Housewife - Can Evrenol - 2017

Du Praxinoscope au DCP
Avatar de l’utilisateur
Jeremie
Gens Poutre
Gens Poutre
Messages : 6640
Inscription : 07 avr. 2008, 13:25
Contact :

Housewife - Can Evrenol - 2017

Messagepar Jeremie » 13 sept. 2017, 22:40

Image
Image

Durant son enfance, Holly a vécu un véritable cauchemar dont elle ne s'est jamais remise : le massacre de sa famille. Adulte, elle s'est mariée avec un écrivain, mais reste prisonnière de ses angoisses, qui l'empêchent de devenir mère. Un jour, une ancienne amie du couple refait surface, les invitant à rejoindre un culte branchouille dont le leader sonde les esprits et les rêves...

Très référentiel, voire parfois trop, Baskin était un cas trop de rare d'horreur turque assez soignée, avec assez de moments marquants et méchants pour en faire un passeport en vue d'une suite plus excitante. Hélas, ce second long d'Evrenol est carrément pire :?
Déjà on part encore de l'idée d'un court rallongé, preuve qu'il y a un sérieux soucis :D et on a affaire à du rosemarybabisme en bonne et due forme, avec une structure onirique qui se souhaiterait intelligente et tortueuse, mais en réalité juste énervante. Baskin avait déjà tendance à jouer sur la corde du mindblowing, mais là c'est simple, on ne comprends rien :D c'est pas bien écrit du tout (la scène d'intro, très confuse, ne sera jamais expliquée, entre autres) et sérieusement convaincu d'être malin en reprenant des scènes entières vues ailleurs (le bébé de Chromosome 3, le visage arraché de Dagon, et même Baskin en fait :shock: :lol: ).
Reste le visuel, toujours très léché, très orienté Bava/Argento, mais avec un univers plus planplan que celui, déjà plus original, de Baskin. La fin tente d'en mettre plein la vue avec des visions lovecraftiennes assez osées pour un si petit budget, et ça passe plutôt bien...sauf qu'on s'en fout :D Bref, pénible...

Revenir vers « Cinoche »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités