Jump to content

tromatoxic

Members
  • Posts

    578
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by tromatoxic

  1. Une scène mythique dans le 2 : celle de la baignade dans la piscine des mafiosi où Torrente et son pote ignoraient la présence d'un reactif fluorescent... à la pisse!! un must!!
  2. Apparemment, MisterG et moi même ne sont pas les seuls à bouder l'aspect visuel du film. Une autre critique chopée sur allociné, qui me semble pour une fois intelligente: "Balck Swan est un film étrange à tous niveaux. Il est de ces films qui ne peuvent laisser indifférent, où chacun est juge de son interprétation, de sa réaction, bonne ou mauvaise, mais forcément radicale. Black Swan (comme son titre l'indique) est le côté sombre de l'opéra, en ceci il est parfaitement incarné. La prestation de Nathalie PORTMAN ne laisse aucun doute, c'est une très, très grande comédienne, qui ne s'est pas évanouie comme tant d'autres après de merveilleux débuts à l'écran relevant de son enfance. Et se profile ici un oscar. Et chaque film l'élève un peu plus au rang de comédienne d'exception. On avait entrevue son jeu de la souffrance dans V for Vendetta, nous n'avions encore rien vu... Malgré tout... Ce film mérite amplement une note médiocre. Non pour la surenchère de violence, non pour le découpage parfois chaotique, certes un réel préjudice pour l'intrigue, mais ces deux points évoquant très bien le fractionnement de l'esprit de la danseuse. Non, si je mets une note basse, c'est que je supporte de moins en moins le manque d'attention que l'on porte à l'aspect technique des films et en particulier aux "grandes sorties". Qui supporterait un "black swan" numérique sans réel photographie, caméra épaule au ras du visage des personnage jusqu'à la nausée, le pointage hasardeux, une scène psychédélique en discothèque sans réel intérêt... S'il n'y avait le jeu fabuleux de Nathalie PORTMAN. On nous avait déjà assené les pixels assassins de "Collatéral" à "Miami Vice" avec un bruit né de l'usage intempestif des isos sur malmenés en dépit du bon sens, en voici un de plus. On n'est plus dans l'écriture graphique quand on fait des choses "moches". Première scène, première horreur : des tâches bleues partout dans l'image, une espèce de mauvais fantasme, ou un manque flagrant de maitrise technique, qui sait ? Trois scènes plus loin, même délire, mais rattrapé à l'étalonnage, on conserve le grain pateux d'une caméra poussée à bout de ses ressources, mais on corrige l'essentiel. Là, je dis non... Soit on garde une cohérence graphique, soit c'est fait par le plus grand des hasards... Et j'en ai bien peur c'est le cas. Du coup, voici ma réflexion personnelle : il est tout simplement lamentable de voir un réalisateur tenter autant pour "descendre" la perfection de ses comédiens. Fainéantise ? Laxisme ? Facilité ? Raté ? Incompétence ? Manque de moyens ? Je retiens l'intention, le propos, l'écriture, le jeu, pour ajouter ceci : allez voir ce film, faites vous votre opinion. Nathalie PORTMAN a elle seule mérite que l'on voit ce film, par contre... Darren Aronofsky est un nom qui m'aura bien déçu. Quand à l'histoire en elle même, c'est à l'image du comportement extrême du génie, de l'obsession qui devient une vie. Et pour ceux qui doutent, qui trouvent le propos extrême, les artistes en sont coutumiers, les fait divers ne manquent pas de nous le rappeler régulièrement, de Curt Cobain à Marilyn Monroe et tant d'autres. Et là, pour peu que l'on souhaite faire un voyage de deux heures dans l'esprit survolté d'une danseuse d'exception, c'est réussi jusqu'au malaise." Bien dit
  3. Vu en salles ce jour. Ma critique rejoindrait pour l'essentiel celle de MartinG. D'abord un coup de gueule pour le bruit, pour ma part insupportable. Je ne suis pas contre un peu de grain au cinéma, mais à ce point je dis non!!! Pourquoi cette volonté de sous-éclairage ou de pellicule? Pour faire arty??? C'est juste agaçant et si j'avais su je ne serai pas allé le voir en salles. Les caméra à l'épaule aussi!! J'en ai juste marre!! Et si c'est pour payer 8€ pour voir un truc filmé comme les bronzés 3, je fais finir par aller sur megaupload comme tout le monde!!! A part ça (ou à cause de ça??), je ne suis pas rentré dans le film. Le côté dépressif, le cordon ombilical à couper, les scènes de pleurs hystériques and co je laisse ça au cinéma de Doillon ou d'Haneke (le film m'a fait énormément penser à la pianiste!). Aussi les thèmes sur lesquels tout le monde s'extase sont battus et rebattus et vus en mieux ailleurs (le thème du double par exemple dans fight club, le thème du passage de l'enfance à l'âge adulte avec éveil de la sexualité dans la compagnie des loups, etc...)
  4. C'est pas une question de qualité mais une question de branlette Monsieur!
  5. Ouais... on voit une seconde un ticket de métro bien propre à gauche de l'écran quand elle commence à courir dans la forêt... J'ai bien fait arrêt sur image avec le BR!
  6. Reçu le BLU RAY Anchor Bay. D'abord techniquement le BR est une pure merveille, images et son somptueux. S'agissant du film lui même, en dépit des critiques plus ou moins mauvaises qui tournent, j'ai été agréablement surpris. La première remarque qui vient à l'esprit, et ce n'est pas forcément un défaut, est que le film ressemble comme deux gouttes d'eau au remake de "la dernière maison sur la gauche" : la partition est très inspirée de celle de John Murphy, idem pour la photo délavée, les décors, la tête de tous les acteurs (les méchants crane rasé avec le front bas et la mâchoire carrée, la victime brune lolita aux petit cul petits seins), la coupure du film en deux parties bien distinctes, le fait d'avoir privilégié la violence sur le sexe à l'inverse des deux films originaux, etc... Cela étant, même si l'histoire est connu archi connue, la sauce prend plutôt bien et la tension est réellement présente. A la différence du remake de la dernière maison sur la gauche, ce film a l'avantage de présenter sa deuxième partie se déroulant de jour, ce qui plus efficace, plus violent et plus dérangeant. Les scènes de torture porn sont bien hard et inventives et n'ont rien à envier à celles, par exemple, des récents SAW. A côté de ça quelques points faibles notamment des incohérences scénaristiques (la pire étant celle grotesque des violeurs qui reçoivent tous un objet du viol avant la revenge, on se croirait dans souviens toi l'été dernier...) et surtout le soin particulier du réal d'éviter quasiment tout plan sur l'anatomie pourtant délicieuse de Sarah Butler... Puisque le film avait vocation à être unrated, pourquoi avoir été aussi soft au niveau fesse, alors qu'au contraire l'une des curiosités du film initial était l'impudeur totale de son héroïne qui se baladait en full frontal pendant les deux tiers du film?
  7. Elle est peut-être cut. C'est la version italienne que j'ai revue récemment.
  8. Pour Kerozene alors: les captures du poisson bien introduit: L'un des indigènes se baigne dans dans le fleuve et se plaint de ses hémoroïdes. Ah... après vérification, on lui indique qu'il s'agit simplement d'un poisson qui s'est introduit dans son trou de balles!!! Mais c'est pas grave, ses copains vont l'aider à le retirer! Quand je vous dis que ce nanar il faut le voir pour le croire! Ouf ça fait du bien quand ça s'arrête!
  9. Tu oublies quand même la scène terrible où des grenouilles se font à moitié torturer pour une course aux biftons et aussi la scène où un poisson doit être enlevé de l'anus d'un nageur en quasi gros plans Moi aussi dans mon souvenir il était plutôt fadasse, surtout comparé aux classiques en la matière, mais à la revoyure j'ai un peu changé d'avis.
  10. Effectivement ça fait peur... Davantage du ciné bobo qu'un Madolescenza like?
  11. On y retrouve tout ce qu'on y croise dans les films de cannibales : des animaux torturés, des sauvages qui se torturent entre eux (dont une scène :bom: avec un prisonnier qui se fait bouffer les parties par un boa), des sauvages qui torturent de gentils blancs (dont une scène de torture avec... des fourmis...) Côté fesse, seules les indigènes sont hélas foutues à poil, ce qui est bien regrettable vu que l'actrice blanche principale May DESELIGNY est y délicieuse (des yeux à tomber...). On se contente de ses seins magnifiques qui débordent souvent de son débardeur trop ample pour elle. Du bon bis avec un paquet de scènes tellement absurdes qu'on ne pourrait plus jamais les voir aujourd'hui. Dès le départ, la bande de bobos qui décident d'aller s'encanailler chez les bons sauvages ont un grave problème matériel. Comment se rendre en avion au fin fond de l'amazonie (en fait la guyanne visiblement)? Et bien la réponse est aussi simple que l'étaient toutes les réponses dans les films bis Italien des 80': on en vole un! Et notre bande d'explorateur en herbe de voler un petit hydravion en le poussant manuellement de l'aérodrome pour le ramener chez eux et ce tout en poussant tranquillement l'engin en plein centre ville au vu de tous
  12. Plutôt une bonne surprise. Le ton est bien nihiliste, dépressif et suicidaire à souhait. La direction artistique est réussie avec une vraie création visuelle dans certaines scènes bien insolites (le personnage intégralement de rouge vétu qui erre dans la ville vide, les cendres encore volantes dans la pièce blanche,etc...) Il est original aussi de faire apparaître des personnages secondaires qui apparaissent et disparaissent sans que l'on n'en sache réellement grand chose, ce qui rajoute au suspens et aux dénouements inattendus. La mise en scène est très réussie lorsque tous les acteurs sont filmés sur fond vert, ce qui outre l'aspect visuel bizarre, est en plus en bonne adéquation avec le pitch du film. Des scènes sont presque intégralement pompées sur SILENT HILL LE FILM ou THE MIST, mais restent tout de même accrocheuses à part les cinq dernières minutes du métrage, à fuir.
  13. Mate un peu le dernier DVD MAD alors (THE DEAD OUTSIDE)... SALVAGE à côté c'est QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT...
  14. Vu hier soir avec des pieds de plomb parce que me l'avait prêté. A la base tous les derniers torture porn comme animals, captivity and co, ca me gonfle. Et en fait c'est vraiment vachement bien comme indiqué plus haut! Mise en scène au top, images léchées, musique électro excellente qui fait bien péter le caisson de basse, et surtout des plans, des scènes et des retournements souvent inattendus. En fait le film n'est pas exactement un torture porn mais davantage un revival du genre rare qu'est le film de maison piégée comme le sous sol de la peur ou fou à tuer.
  15. Vu et excellente surprise en effet! J'avais un peu décroché des DVD mad et j'ai acheté celui-ci un peu avec une volonté de donner une seconde chance au packaging. Le film est très flippant dès lors qu'il mise sur une peur hors champ. Attention, il vaut mieux avoir vu le film sans connaître l'histoire au préalable, ce qui était mon cas, pour que l'effet de surprise soit intact.
  16. C'est vrai que la question du filtre bloque à la première vision du film et cela avait ma première réaction sur le post du film plus haut. Le filtre entraîne une sous définition d'image. Cela étant, le filtre passe mieux à la seconde vision du film. Le filtre n'est plus réellement un obstacle après mais c'est vrai qu'il vaut mieux être briffé de prime abord... Cela étant cela ne m'empêchera pas d'acheter Last Caress, mais si troisième film il y a, j'espère que cela sera sans filtre.
  17. D'habitude, les productions type SCI FY avec des CGI dégueus qui animent des films de monstres animaliers, je fuis au bout de dix minutes. Là j'ai passé un bon moment car il n'y a pas une seule minute sans une séquence absurde, idiote ou non sensique. Je ne sais pas ce que donne la VO, mais la traduction VF des dialogues, volontaire ou non, est un régal. Le genre de film qu'on pourrait retrouver en critique détaillée sur nanarland. Avec en prime du croco zigouillé à la tronçonneuse, des CGI réalisés sur commodore 64, pas mal de nichons aussi et même du full frontal, ce qui est plutôt rare pour ce style de DTV. On y retrouve aussi Michael Ironside, qui a a pris un bon coup de vieux, et qui a du mal à courir avec sa bedaine.
  18. Il y a certainement du vrai Un film pour fétards restés québlos dans un buvard
  19. Totalement d'accord avec toi. Vu avec des pieds de plomb tant les Eric et Ramzy me plombent depuis des années. En réalité c'est une bonne surprise qui aurait été meilleure encore sans les deux crétins. Une petite pépite arty d'humour autiste et mongolo, croisement entre l'Humanité et on l'appelle Catastrophe. A certains moments le film est même effrayant, faisant penser à un bad trip dans lequel s'est embarqué le réal et nous de sombrer dedans. A noter que j'ai vu le film hier soir avec quelqu'un de non cinéphile qui, à la fin du film, n'a eu qu'une seule remarque, à la fois intriguée et consternée : "Ce film? C'est fait pour des gens qui se droguent?"
  20. Je cherchais la petite bête, mais à part ça l'achat du DVD reste indispensable, c'est certain. En fait, je m'interroge sur la différence d'image entre BLackaria et le très sympathique All murder mis en bonus. Sur BLACKARIA, c'est certainement voulu, mais l'image est comme recouverte d'un filtre qui lui donne un côté vaporeux, à moins qu'il ne s'agisse que d'un choix d'éclairage. Sur All murders, l'image est bien plus nette, proche de la HD. Les bonus sont aussi excellents, même si manque un making of. Assez amusant d'entendre l'un des deux membres de Double Dragon exposer que moins que les Goblins et Carpenter, c'est surtout la musique d'Ulysse 31 et les cités d'Or qui l'ont inspiré. Des musiques électro terribles qui marqué l'inconscient de toute une génération!
  21. Vu ce soir et franchement bien aimé. J'ai bien plus pris mon pied que devant AMER par exemple. Alors c'est certain, il y a quelques défauts, notamment le décalage existant entre les superbes scènes glam gore (celle de l'ascenseur avec vitre interposée par exemple) et les scènes démonstratives parfois un peu poussives et qui ralentissent le rythme (les scènes avec le vieux flic ou avec le psy, à savoir en gros toutes les scènes où il n'y pas de nichon). On se plairait parfois comme dans un boulard à accélérer certaines scènes de dialogues pour au contraire se repasser en boucle les autres passages envoûtants. Les actrices sont superbes, certains plans qui s'inspirent notamment de suspiria ou de la queue du scorpion sont à tomber et le must du film reste sa musique Nicolaïesque qui est une tuerie totale!!!! Même si le film est un super encouragement pour la suite, perso j'ai un peu regreté la définition d'image. Le DVD est de bonne qualité mais sur un écran de grande taille, les pixels du lettrage du générique ou les zooms sur l'immeuble seventies font un peu pitié. Le film donne vraiment envie de pouvoir découvrir Last Caress en Blu Ray. Et avec un peu plus de fesses et de poils aussi s'il vous plaît.
  22. Ce qui avaient réussi à aimer the card player et aimez vous Hitchcock?, dernières cendres de Dario, dont je fais partie, vont faire la gueule! Cela doit être le film le plus chiant d'Argento depuis son fantôme de l'opéra. Pour visualiser la chose,il faut imaginer un mix improbable entre un épisode de Derrick et un torture porn sans gore et sans cul. Chaque plan est interminable et inutile, le scénario consternant, la mise en scène absente, le maquillage du tueur aurait fait fureur il y a vingt ans dans la rubrique bricolage de Mad et le pire est atteint par le jeu d'Adrien Brody qui concurrence celui du flic de l'Humanité de Dumont...
  23. "PS : Quel que soit le niveau de lecture, on est très loin du chef d'œuvre (je le pense vraiment) de série B de Tony Randel quand même..." Bon c'est vrai j'ai un peu déconné... le 2 reste le meilleur de la saga. En tout cas, ce 5ème opus donne envie de découvrir les séquelles suivantes. J'ai vu qu'on pouvait les trouver à 3 ou 4 euros sur le net. Qui qu'a vu ?
×
×
  • Create New...