Jump to content

Steve

Membre ZoneBis
  • Posts

    6,636
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Steve

  1. Quand on voit le manque de qualité du cinéma européen ces dernières années dans le même genre de satire sociale, on ne peut qu’être un peu envieux devant ce que le continent asiatique peut offrir. Parasite est très divertissant et marrie plutôt bien les genres. Ceci dit, je trouve que la fin tombe franchement à plat, par rapport au développement qui précède (par exemple le truc de “l’odeur”, c'était la seule chose qu’il pouvait trouver pour définir le caractère odieux de M. Park?)
  2. Je... non rien. Sinon, pas besoin de m'étendre, je suis vraiment pas rentré dans le trip. C’est un peu comme le Hail Cesar des Coen, c’est un peu le bazar et j’ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent. Quand j’ai vu la fin venir, je me suis mis en PLS vu que c'était un gimmick qui m’avait déjà agacé dans un de ses films précédents.
  3. C’est mon cas, on y est allé en famille. L’ado a bien entendu adoré, l’épouse m’a broyé le bras, j’ai de mon côté eu l’impression d’un déjà vu avec The Shallows, même si à comparer, le film d’Aja a plus de mordant (hu hu). Le chien n’est pas d’une grande utilité (alors que la mouette de The Shallows pesait). Boulot de dingue des décorateurs et des practical effects, j’étais bouche-bée (le côté claustro fonctionne grave.) En plus je découvre au générique que le film a été tourné en Serbie
  4. C’etait bien merdique quand même. Avec Levine, ca passe ou ça casse généralement (j’aime bien 50/50 et The Night Before, beaucoup moins Mandy Lane tu Warm Bodies). Mais là c’est carrément feignant comme truc. Aucun suspens dans la partie romantique, j’ai trouvé que Theron était vraiment pas à l’aise du tout. Quand à l’intrigue politique, c’est complètement nase. Que ce soit le titre anglais ou français du film, c’est complètement mensonger en plus, Rogen n’a aucun effort à faire pour séduire Theron. Je m’attendais vraiment à autre chose vu la promo séduisante ces derniers mois.
  5. Claquage de beignet pour moi aussi. J’avais apprécié Hereditary, mais deux trois trucs m’avaient un peu fait tiquer, et je me demandais si on avait pas à faire à un petit malin qui allait se vautrer sur son second film. Mais il a non seulement transformé l’essai, il l’a carrément tué le game cette année en qui me concerne. C’est finement écris, je trouve pas que le film fonctionne sur de gros twists comme pouvait le faire Hereditary, si on fait attention y’a des indices partout dans le film sur la manière dont absolument tout va se dérouler. Et de ce fait, je suis resté très spectateur, j’ai pas eu l’impression de devoir vraiment rentrer dedans émotionnellement, tout en prenant un pied incroyable à chaque chaque étape de l’épreuve de Dani et en étant subjugué par la manière dont Aster a mis en scène chaque seconde de son film. Alors bien sûr, ça donne l’impression de se branler un peu la nouille (2h30 quand même), mais c’est bien une des très rares fois que ça valait le coup d’aller au ciné de mon côté cette année. A24 a quand même le talent de vendre un truc aussi lent et barré (presque autant Jodorowski-esque que Polanski-esque) à un vaste public, qui de toute manière ne reste pas indifférent lors des projections. Ari Aster leur doit certainement beaucoup. Ah et pour finir, les hallucinations du film sont beaucoup plus réalistes que celle de Climax
  6. Le setup est excellent, et j'aime bien quand ça s'engueule en espagnol dans les films. Perso, c'est dès qu'ils passent sous-terre que ça a commencé à m'ennuyer.
  7. C'est le meme real. Pas encore vu les deux premiers, mais je me suis jete sur celui de Miley Cyrus. C'etait... penible.
  8. Y’a un autre Yann M. qui pense la même chose
  9. Ptain c’te bouillie. Ça faisait depuis Alita que j’étais pas retourné en salles, et j’ai l’impression que ce dernier proposait mille fois plus de cinéma que cette conclusion paresseuse aux 20 et quelques films du MCU. Je vais pas en faire des tonnes parce que je sais que je ne suis pas la cible de ce Fan Service: The Movie. Autant sur certains films solos j’ai pu être plus captivé, autant les relations entre les persos dans Avengers m’ont toujours ennuyé mortellement. Là, y’a tellement de persos que t’es censé t’attacher à un nouveau truc larmoyant qui est exposé en 2 minutes chrono. Bizarrement y’a que Hawkeye qui m’a intéressé dans l’histoire et c’est bien le perso qui me manquait le plus dans les épisodes précédents. Thanos, qui claquait pourtant dans IW, n’y croit plus du tout dans celui-ci. La bataille finale est encore une fois un gros gâchis à base d’armée de petits monstres gris vs amas de néon lasers et boucliers. C’est insupportable et illisible.
  10. Steve

    TOP / FLOP 2018

    Pas vu grand-chose cette annee. Pas sur que ca aille mieux l'annee prochaine. Il n'y a vraiment que les festivals qui me motivent a aller en salle. Avec le fiston qui commence a vouloir aller voir ses films de super machins tout seul avec ses potes, je vais bientot pouvoir eviter ces trucs de 3h qui ne m'apportent rien. Je me suis case sinon pas mal de trucs a la maison, Netflix ou autre. Et pas de gros gros claquages de beignet cette annee non plus, alors que l'annee derniere Mother!, The Florida Project et Grave m'avait emplis de joie. Sur ce, mon top/flop au Lohan-o-metre Spider-Man: Into The Spider-verse Sorry To Bother You The Sisters Brothers Ghostland Love, Simon Upgrade A Prayer Before Dawn Incredibles 2 Putin's Witnesses Ava Ultra Pulpe Revenge A Quiet Place Phantom Thread Icarus Three Billboards Call Me By Your Name Black Panther The Ritual The Outlaw King Cam Eighth Grade Lady Bird The Night Comes For Us Apostle Hereditary Beirut Annihilation Laissez bronzer les cadavres First Man Leave No Trace Game Night Alpha Hostile Roma Mission: Impossible - Fallout Climax Psychokinesis Ready Player One Le monde est a toi The Ballad of Buster Scruggs The Miseducation of Cameron Post The Shape of Water 22 July Deadpool 2 Avengers: Infinity War Aquaman Ibiza Johnny English Strikes Again Set It Up The Crescent The Meg Mamma Mia! Here We Go Again Venom Skyscraper Fifty Shades Freed Bumblebee Crazy Rich Asians Pacific Rim: Uprising Halloween
  11. Fini la premiere saison du spin-off au Mexique. C'est bien moins reussi pour l'instant. Les faits sur lesquels c'est base sont beaucoup moins foldingues j'imagine (on est loin du narco colombien qui se cache dans les murs lors de la perquisition ou de l'humanisation de persos comme El Patron). Ca va sans doute bouger avec la saison 2, on sent que les tetes vont litteralement tomber. Cote sosie, apres Didier Bourdon, on a un sosie de Bernard de La Villardière qui donne la replique a Diego Luna en sosie de Sosie de Robert de Niro dans Heat.
  12. Netflix annonce une serie prequel https://www.thenewsminute.com/article/beginning-netflix-announces-prequel-baahubali-series-91288
  13. Tel Tarantino redonnant une nouvelle vie au 70mm, on peut etre fier que le depoussierage de la technologie Pan&Scan soit francais. La bande annonce au format pour comparer : l66t3NUHAgQ
  14. Hé bé. Que c’était laborieux ! Je me demande ce qui a pu se passer pour qu’ils se disent “ça y est, on tient le bon script, on peut se lancer”. C’est en gros la même approche que H20, ni plus ni moins. Tout le monde joue comme des patates, des fois on se dit que ça va partir sur une piste intéressante puis c’est avorté dans les 3 minutes qui suivent, les pointes d’humour sont à la ramasse. Reste le score de Carpenter vraiment chouette. Sinon, je suis toujours aussi circonspect sur la carrière de David Gordon Green
  15. La suite est en ligne. C’est reparti pour près de 10h de gueules de cassos et de paysages ravagés, encore une belle promo pour l’Etat du Wisconsin. Pour avoir suivi un peu le développement de l’affaire entre les deux saisons, on pouvait raisonnablement remettre en cause l’innocence de Steven Avery, reste que la procédure et les procès qui suivirent furent catastrophiques. Cette fois, on suit les nouveaux avocats de Steven Avery et Brendan Dassey, tentant toutes sortes d’appels et de recours possibles dans le système judiciaire américain. C’est passionnant de ce côté-là. Par contre, les méthodes d’investigations et de mise en scène de la nouvelle avocate de Steven font ricaner tellement on s’approche de la parodie de séries télés procédurales américaines. C’est plutôt bien filmé, on s’emmerde pas, et même si on est pas vraiment plus avancé à la fin, on reste scotché à cette tragédie collective des familles...
  16. J’ai cru comprendre que les execs de Netflix ne sont pas super impliqués dans le processus artistique des films, à l’inverse des studios plus classiques dont les films sont peut-être plus carrés vu le risque financier plus important. Il y aussi le fait que les projets que Netflix achètent sont déjà ceux qui n’arrivent pas à se monter de manière traditionnelle, donc qui mériteraient sans doute de passer entre les mains de producteurs et vendeurs plus expérimentés pour guider les réals vers un produit mieux fini.
  17. J’ai bien aimé. C’est dans la lignée de The VVitch, The Ritual, même si le film voudrait sans doute plus se rapprocher de The Wicker Man. Je trouve que c'était juste un peu sur-écrit pour donner un peu de consistence au protagoniste. Avec un meilleur acteur que Dan Stevens, ça serait peut-être passé, mais là l’intrigue avec la sœur passe tellement derrière les 15 sous-intrigues du film, qu’on ressent jamais le but précis de son perso.
  18. Craig Mazin parle de Rusty Lake Paradox dans le dernier Podcast de John August https://johnaugust.com/2018/what-is-a-movie-anyway Vers 36:20
  19. Cool, merci Bast. En attendant, les fans adorent mais on a aussi des très bonnes critiques de journalistes https://toucharcade.com/community/threads/cube-escape-paradox-by-rusty-lake.324185/ https://www.rockpapershotgun.com/2018/09/20/rusty-lake-release-cube-escape-paradox/ https://www.pcworld.com/article/3305074/gaming/cube-escape-paradox-review.html https://www.droidgamers.com/2018/09/20/cube-escape-paradox-rusty-lake/
  20. Ca intéressera peut-être certains joueurs plus occasionnels, mais on vient de lancer simultanément avec un développeur hollandais un court-métrage live action qui accompagne le nouveau jeu de leur license Cube Escape / Rusty Lake, en gros un point and click, style escape room, avec un côté plutôt bis. Je vous laisse juge du film. 9ZXFaaQJb0c Et amusez-vous avec leur nouveau jeu, qui est en deux chapitres (dont le premier est gratuit) iOS: https://itunes.apple.com/app/id1372021096 Android: https://play.google.com/store/apps/details?id=air.com.RustyLake.CubeEscapeParadox Steam: https://store.steampowered.com/app/909080/Cube_Escape_Paradox/ itch.io: https://rustylake.itch.io/cube-escape-paradox Trailer du jeu: JWiH1eNR0-8
  21. Comme Prod, encore une saison de fou. L'episode dont tu parles, mais aussi tout ce qui vient apres, Bobo le zebre et toute la classique spirale infernale...
  22. Après la mort de son épouse lors d'une violente agression qui l'a laissé paralysé, Grey Trace est approché par un inventeur milliardaire qui propose de lui administrer un remède expérimental qui va "upgrader" son corps et ses facultés. Désormais doté d'un implant fonctionnant à l'intelligence artificielle, Grey voit ses capacités physiques décuplées et se lance dans une mission vengeresse, afin de faire payer ceux qui ont tué sa femme. Petit quand meme. Ca faisait longtemps qu'on avait pas vu un petit thriller d'action cyberpunk aussi solide, et au cinema en plus. Entre les trucs petes relegues au catalogue Netflix, les remakes de GiTS ou Robocop qu'on prefere oublier, et un Blade Runner 2049 discutable ou un Hardcore Henry trop debilos, ce Upgrade remplit l'air de rien son contrat. Y'a des belles couleurs, du camerawork videogame-esque, du cassage de bras et de tronche, du cynisme que ne renierait pas le createur de Black Mirror. Un des petits plaisirs coupables de cette annee. 1hTLGlgZ4Z8
  23. C’est prévisiblement triste que le film passe inaperçu. Sortie repoussée de mois en mois, marketing bancal. On se doute bien que Sony allait avoir du mal à faire de son film en langue tribale sous-titrée un hit mondial. Toutefois, le résultat ne mérite aucunement les moqueries. On est loin de 10000 BC (aussi literallement puisqu’on est en 20000 BC), ca reste relativement intimiste, la photo est splendide, et même si la dramaturgie est un peu poussive, j’ai passé les 90 minutes les plus rafraichissantes cet été au cinéma.
  24. Je sais pas quelle dose de champi / LSD vous prenez vous, mais je peux pas humainement imaginer de bad trip aussi cauchemardesque que ce Climax Je suis comme le réal de l’autre Climax, un peu partagé car si on ne peut pas faire la fine bouche sur une nouvelle provoc de Gaspar et une nouvelle ballade hallucinante au travers de la caméra de Debie, la sauce prend un peu moins cette fois-ci, y’a pas mal de scènes assez convenues en fait (surtout la partie couloirs en fait, car j’aime beaucoup la toute dernière partie). C’est désagréable comme il faut (c’est un peu ce qu’on cherche quand on paye le prix du billet) et ça dure pas plus de deux heures comme les deux précédents Noé, mais ça aurait nécessiter un peu plus de travail, je pense pas que le côté tournage en urgence ait bénéficié au résultat final. Anecdote sympa: le distrib tchèque offre de la sangria gratuite lors des avant-premières.
  25. Tiens c'est interessant çà. J'avais pas vu ça comme ça, mais je vois ce que tu veux dire, sans pour autant l'expliquer non plus Moi je sais que j’associe toujours ce film à Arlington Road, on les trouvait souvent ensemble en bac à soldes DVD à l’époque. Pour le coup Arlington Road est un vrai film pré-11/09, mais je pense que le côté paranoïaque prémonitoire des deux films nous le fait associer à cet événement.
×
×
  • Create New...