Jump to content

Guillaume Tell

Members
  • Posts

    804
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Guillaume Tell

  1. Comme c'est encore tout récent et fort appréciable, me permet de le remettre sous le feu de l'actualité ZB. Tout séduit, comme un mioche, par la simplicité des décors et arrangements de l'intérieur du vaisseau, ai vraiment été déconcerté par cette même simplicité extrême lors du début de l'aventure hors du vaisseau. Le style empruntant au rétrofuturisme - un fusil à un coup alors qu'on débarque seul d'une autre planète, les arrivées d'oxygène par tuyau d'arrosage empruntant au scaphandrier de Jules Verne, ... - insuffle un fort caractère à la mise en scène; les héros qui n'en sont pas vraiment également. Et dés lors le récit file à une allure dingue, le charme a totalement agi. Bref, très recommandable pour son caractère très personnel. PS: je n'irai comme Benj à "l'échanger contre les autres films de l'espace à venir et venus" d'un style plus conventionnel, mais à en attendre plus d'un comme ce Prospect vraiment nécessaire à ce genre tant apprécié.
  2. Eh bien t'as tout résumé.... Cela dit, à regarder le making-off du blu-ray, tous ces efforts et ce travail tout de même impressionnant de construction et récupération en tout genre avec la charitable volonté d'éviter un maximum d'images de synthèse et d'incrustation, dommage d'en arriver là...
  3. Mais il a quand même une putain de voix ... et clair qu'on pourrait, en plus du rasoir, lui acheter du shampoing... Cela dit, très plaisant, strictement aucune longueur. Un petit faible pour le personnage de Colin Farrell. PS: pas fan du tout de Snatch
  4. Très bien pour les scaphandres à la vue desquelles la promesse de péripéties à leur hauteur se dessine instantanément. Et ensuite, bof, bof. Répétitions, monstre à l'anthropomorphisme incompréhensible, saupoudrage écologique, fétichisme de la culotte en coton presque lassant. Bref, grosse déception.
  5. Gros bordel ok, mais très réjouissant pour ma part. Peu importe finalement les références, car l'aspect relativement incompréhensible du tout prend le dessus et verse dans une ambiance WTF très appréciable. Comme lu je ne sais plus où à propos d'un film: c'est "généreux". Et donc tant mieux.
  6. Agréable moment with vraie tête à claque inside. Pas vraiment drôle, pas vraiment dur, pas vraiment original, mais ... se laisse voir. Assez tranquille finalement, les scènes s'égrainent au rythme d'outrages habilement répartis. PS: en vrai, pas vraiment compris comment me suis laissé entraîné par ces quatre ados de Noël...
  7. Y ai presque trouvé un côté "fiction documentaire" vu le sous et sur lignage de la déroute économique de ces Etats du Sud, mais pas désagréable du tout vu le côté étonnamment photogénique des friches industrielles texanes et des casinos de l'Oklahoma. Par contre la présence indienne, voire son omniprésence, me semble un aspect peu mis en avant d'autres films de cette trempe. Pour ce qui est des héros, rien à dire. Bref, un bon moment
  8. Quelle sévérité! Vrai que c'est pas un scénario qui donne mal à la tête, mais l'ambiance grotesque et allumée a bien fonctionné pour moi, en canapé avec un thé, sans champignons ni quoi que ce soit à fumer. L'ensemble sans être beau est bien appréciable, l'ambiance également, Cage à l'aise dans la démesure.
  9. Rien à dire sur le film bien entendu: toujours 100% efficace avec un petit plus tout de même. Ai été frappé des analogies possibles entre ce blob aussi rose que vorace et notre cher covid. (hé oui au masculin pour moi... même si cela va probablement heurter un certain modérateur responsable du PIFFF...) Le verbe "confiner" par exemple, dont je n'ai pas souvenir dans un film de genre, la quarantaine à laquelle la ville et ses habitants sont soumis, l'intervention hasardeuse de l'Eglise, l'expérience scientifique qui aurait mal tourné, la désinformation de la population. Bref, il pourrait être revu "autrement" comme l'on dit, s'actualisant de lui-même.
  10. Vient de le découvrir: grosse claque comme on dit. Rien à dire, si ce n'est ces insupportables et interminables images d'archives en guise d'ouverture.
  11. Un bon petit film qui aime les traces de sang bien marquées, les insectes qui se noient, les canettes de bières comme on ne les voit pas souvent et les héros pieds nus. Un peu long à démarrer, le crescendo sauve le film sur la longueur, la bande-son très sympathique fait le reste. Bref, bonne surprise
  12. Un film pas vraiment supportable, mal vieilli, mais qui a dû l'air de rien bien marquer l'inconscient de plein de mioches et de moins mioches: manger, boire, et quasiment vivre dans son lit, intéressante perspective et alternative au début des années métro boulot dodo.
  13. Tout pareil, après l'avoir revu entre Noël et Nouvel An. Long et quasi soporifique, le comble vu tout le mal qu'ils se donnent à compliquer cette intrigue et à jouer les très très durs... Bref: pas glop, pas glop PS: et ne sais pourquoi, mais ai trouvé l'image tellement moche...
  14. Très recommandable: de l'action agrémentée de dialogues secs comme des coups de triques, le tout bien ficelé, aucune économie de munitions en tout genre, ni d'images chocs. Et pas une mini-ride à presque dix ans de sa sortie. Bref, tout bon pour moi.
  15. Plutôt de cet avis, malgré un début assez sympa type humour humiliation vengeance à venir. Dois avouer des moments d'avance rapide >> ...
  16. Découvert que maintenant à la bibliothèque municipale de Lausanne grâce au visuel de la jaquette donne bien envie, je n'irais pas jusqu'à me mordre les doigts de ne pas consulter les messages de Zonebis plus souvent, mais presque. Parfait pour cette fin d'année sur canapé: vaut amplement le détour.
  17. Ce film passait à la télévision dans les années 80, plutôt surprenant vu l'ambiance générale pour une heure de grande écoute à tendance familiale... Très bon souvenir, ne peux effectivement que le conseiller.
  18. Et juste un truc qui me taraude: doù vient ce titre ??? Bronx??? Marseille, France.... vois pas trop le lien...
  19. Bilan plutôt positif, c'est du Marchal et puis voilà. Un petit plus pour une série de proverbes assez WTF et quelques dialogues qui sonnent pas si mal. Comme dit, cela se regarde aisément. Sang, clopes, déprime, magouille, vestiaires pourris, barbe de trois jours permanente: les fondamentaux sont là. PS: Faux raccord devrait s'en donner à coeur joie sur le thème cheveux sales / cheveux propres et quand même, le père Reno a vraiment une drôle de gueule... Alcool? Chirurgie? . Sa discrète fille, ou plutôt celle qui ne sert à grand chose, est plutôt bien choisie
  20. Suis revenu sur Mes lectures du moment me souvenant de ce post et d'un auteur dont le nom m'échappais. L'ai retrouvé et cela fait vraiment envie. Parfait.
  21. Durant la séance, me demandais s'il n'y avait pas plutôt un "effet Dupontel". On se déplace avec l'envie du premier flash, Bernie ou d'autres bien enlevés. C'est assez sympa, mais en deçà des attentes. Un peu nunuche par moment, un peu touchant, un peu drôle et encore, trop bidouillé pour l'image et les couleurs. Bref, dans la moyenne de ce qui est visible sans souffrance.
  22. Merci d'utiliser des expressions vaudoises* dans tes revues Cyril ( Faut aller le chercher loin l'émoticon Zone Bis... mgreen ... ) * pour ceux qui okazou: vaudoise de Vaud, canton suisse au langage français et fleuri ...
  23. Suite à la douloureuse et récente "expérience" de Blueberry, pas trop envie de me lancer dans Mon Cousin. Par contre, intéressant ce qu'est devenu ce sujet Mon cousin décliné en Comment_manger_sans_film_de_genre. Merci des rappels.
  24. Merci Zonebis et vos avis hostiles Me laissant naïvement guider par des avis de presse dithyrambiques, j'en étais arrivé à croire que j'avais loupé un truc. Bref, je rejoins totalement Nick, le Desponteur et tous ceux qui ont passé une très très longue fin de film.
  25. T'as vu ça où?... La bande-annonce présage quelque chose d'insupportable.
×
×
  • Create New...