Aller au contenu

Arnaud

Members
  • Compteur de contenus

    37
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de Arnaud

  • Rang
    Rob Zombie
  • Date de naissance 05/07/1975

Converted

  1. Arnaud

    Kick-Ass - Matthew Vaughn (2010)

    Un geek, c'est un ado oisif, un homme enfant. Le geek a une expérience de la vie basée sur le cinéma. Un geek vit replié sur lui-même. Ses meilleurs souvenirs, au geek, ce sont des scènes de films. Dans ses films, le geek réalisateur se réfère à la vie selon d'autres films, pas à la vraie vie. Dans un film de geek, il arrive que le geek filme de jeunes ados qui se tripotent. Un geek vit replié sur lui-même. Un geek, c'est un ado oisif, un homme enfant. Un geek, c'est un homo, option pédophile. CQFD ?
  2. Même à la télé il est foireux. Moins bien meme que "les hommes de l'ombre" avec nolte, une variante sympa (juste sympa) autour de ce fait divers. l'adaptation du bouquin reste à faire. L.A confidential reste indétrônable pour le moment (grosse faiblesse pour cops avec james woods perso). et la pirouette du scénar pour illustrer la mort de blanchard - carrément une histoire ds l'histoire ds le bouquin - relève vraiment du grand n'importe quoi. dommage.
  3. http://lesgivresdlabobine.wordpress.com/2009/09/09/quoi-d%e2%80%99neuf-dans-l%e2%80%99frigo-un-neuf-neuf-neuf/ (...) At world’s End (Ved verdens ende) (...) est scénarisé par Anders Thomas Jensen (Adam’s Apples) et réalisé par Tomas Villum Jensen, un duo dont on attend encore par chez nous Clash of Egos (Sprængfarlig bombe) qui date déjà de 2006. Voici la présentation frapadingue de leur nouveau larcin, jugez plutôt : Le psychologue expert en criminels Adrian est envoyé en Indonésie pour examiner le cas de Severin Gertsen, un danois qui dit avoir atteint les 129 ans grâce à une plante carn
  4. Bizarre ce film, ça ne m'a jamais fait cet effet là. Vu au ciné en VF : j'ai détesté. Branleur, vide, moche, avec des acteurs qui se tiraient la tronche tout le temps... Et puis j'ai vu le uncut en vo (via le dvd maintenant à 5 € à intermarché) : le pied ! Les scories ci-dessus n'en sont plus, elles participent à l'ambiance & je pense que j'étais pour cette seconde vision davantage in the mood qu'à la première. Peut être qu'à la 3ième je retournerai une énième fois ma veste. Ou alors c'est le uncut qui fait tout : rythmique au poil, qq plans que je trouvait moche ont disparu (le gros b
  5. Il part en vrille à la fin je trouve, ça ne tient pas la distance. Plympton c'est le roi du court, un format qu'il valorise à mort en le justifiant carrément. Ses longs il a du mal. Trop déconstruit, manque de fluidité dans l'enchainement de ses (superbes) séquences. Ca reste un bon film, avec des morceaux à la poésie fulgurante comme on dit, mais c'est trop foutraque en fin de parcours. Sur ce même thème il n'arrive pas à la cheville du mind game des jap' du studio 4° C par exemple. Comme si des idiots & des anges tournait en rond autour de la seule introduction du métrage de yuasa.
  6. Il sort demain au DK. Chez nous dans l'hexagone ça sera... un jour
  7. > Les seules choses positives que j'en retire, c'est l'intensité des fusillades et le personnage de l'agent au cheveux blancs (sais pus son nom tiens ). C'est Stephen Lang, va voir sur allocine gros faignant Complètement d'accord en ce qui le concerne, c'est le super 4ième rôle du film, qui pique la vedette à Bale chez les gars du futur "aifbéhi" de Hoover. Pourquoi il a droit à ce final, je ne comprends pas. c'est lui qui écoute à l'oreille de dillinger sur la fin + va causer à blanchette. Ca aurait du échoir à bale, c'est évident. Les rumeurs sur un christian bale casse-burnes sur l
  8. Arnaud

    Les Givrés d'la Bobine !

    Alors alors, autopub : quoi d'neuf par chez les givrés : Entre autres choses : la bande-annonce d'At World’s End, scénarisé par Anders Thomas Jensen, ainsi que qq infos sur la prochaine adaptation d'un bouquin de Lindqvist (Morse). Hop : http://www.lesgivresdlabobine.com/
  9. Gros nanar qui peine à égaler le "ne vous retournez pas" de roeg. nanar fascinant néanmoins.
  10. + 1 L'article d'ecranlarge est plus que dithyrambique...
  11. ... la question c'est : jusqu'où a été le boulot du chef op de kubrick : Larry Smith ? Faudrait creuser le truc tiens.
  12. Bizarre ce titre, c'est vrai. Je ne vois pas en quoi ce film est "pro-fête", c'est plutôt tout l'contraire. Enfin moi j'dis ça. Sinon : La claque. Début traumatisant, immersion partagée dans la taule (si j'avais été un ex taulard, est-ce que j'aurais voulu voir ce film ?...), acteurs tous ds le ton, incursions dans le fantastique réussies, polar de haut vol... Il y a du ringo lam chez audiard, et du ringo à son meilleur.
×
×
  • Créer...