Aller au contenu

Benj

Modérateur
  • Compteur de contenus

    10 473
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Messages posté(e)s par Benj

  1. 88eb7ff4-74f7-49d4-96c2-1b1b5cbd9fec_2.j

    Citation

    John Berlin a servi comme policier à Los Angeles de nombreuses années. Recherchant le calme et la tranquillité, il émigre dans une petite bourgade en campagne. Mais à peine arrivé, John se retrouve impliqué dans une étrange affaire de meurtre. De plus, ses relations avec ses collègues sont de plus en plus conflictuelles. Alors qu'il fait la rencontre d'Helena, une jeune femme aveugle dont il s'éprend, John découvre que le serial killer est sur ses traces.

     

    Il en a fait combien Andy Garcia des thrillers pétés comme celui là ?

    Enfin il n'est pété que lorsque arrive le dénouement et l'identité du tueur, parce que niveau écriture et motivations du gars c'est moisi de la bite.

    Mais avant ça, Garcia se fait plaisir en flic fougueux, Henriksen et Thurman font leur job sans éclat, il règne une atmosphère sympa dans cette ville enneigé. Mais le tout reste tout de même ultra plat.

    Sinon le boobs double de Uma est sympa mais grillé.

  2. Voir le docu en 2021 c'est quelque chose parce qu'on s'aperçoit que tous les docus Netflix un peu choc ont dû pomper le concept d'Herzog.

    Heureusement (ou pas) qu'il est derrière le projet parce que beaucoup serait passé à coté de la folie du gars, de la mise en scène de sa vie, ou même du pilote d'hélico qui n'a aucune sympathie pour la victime ou le légiste complètement pété qui raconte ce qu'il a entendu sur la cassette le soir de la mort.

    D'ailleurs j'étais pas hyper d'accord sur le procédé de Werner quand il écoute la cassette, sur le fait de se mettre en scène, de dire à la nana de cramer la bande, etc...

  3. MV5BMTEwNjg2MjM2ODFeQTJeQWpwZ15BbWU4MDQ1

    Citation

    Peu fier de son ascendance, le Docteur Frederick Frankenstein accepte pourtant de retourner sur les terres de ses ancêtres. Rattrapé par la folie familiale, il décide de suivre les traces de son aïeul et de créer à son tour une créature à partir de cadavres, avec l'aide de son fidèle serviteur Igor. Malheureusement, chargé de trouver le cerveau d'un génie, ce dernier se trompe et rapporte à Frankenstein un cerveau anormal.

     

    J'ai voulu le voir parce que c'est culte pour pas mal de gens.

    De Mel Brooks je n'avais vu que Le Shériff Est En Prison et j'étais resté de marbre devant.

    Celui là c'est pareil, c'est même pas que ça ne me fait pas marrer mais ça ne me fait pas grand chose. Je ne trouve même pas que l'humour ai vieilli ou qu'il n'est pas drôle. J'ai été plus intéressé de voir jouer Marty Feldman et Gene Hackman. Comme je n'ai aucune sympathie ni dégout pour Gene Wilder, j'ai trouvé le temps un peu long.

  4. s-l400.jpg

    Citation

    Pour les besoins de sa thèse, Cécile, ethnologue et intellectuelle, va rencontrer Alex. Cécile pénètre dans le milieu de cette jeune femme qui lui est totalement opposée. C'est ainsi qu'elle se retrouve dans la tribus des 'Bimbos' où tout n'est qu'apparence et séduction. Ce nouvel art de vivre va lui révéler des aspects insoupçonnés de sa véritable nature.

     

    Honnêtement j'ai pas passé un mauvais moment.

    Ça aurait pu être tellement plus cringe mais leur critique de la bimbo est assez light, donc finalement c'est bien plus opportuniste qu'autre chose.

    Gégé objet du désir de Godrèche c'est un peu n'importe quoi, surtout que le gros fait le minimum syndical.

    Godrèche c'est bien qu'elle ai arrêté le ciné. Dany Boon qui joue un gros kéké du sud a trouvé son meilleur rôle.

    C'est vraiment Aure Atika qui sauve le film.

    De source sûre, tout le background anthropologie / ethnologie c'est du bullshit.

     

     

     

    • Like 1
  5. 5780534.jpg

    Citation

    Valentine, jeune et brillante étudiante, prépare son agrégation de lettres. Aussi sérieuse qu'organisée, elle n'a pas une seconde à elle et ne songe pas à l'amour. Mais la vie de la jeune femme bascule lorsqu'elle tombe sous le charme d'Edouard, un jeune musicien...

     

    Je ne l'avais jamais vu en entier et ma zouz pas du tout donc on a profité qu'il soit sur Prime pour se le faire.

    Déjà Lindon en love interest c'est cool mais pourquoi ? En plus Marceau est comme dans la vie, ultra chiante et pas fun.

    Maintenant je ne comprends pas pourquoi en 88 tout les keums flashaient sur cette meuf, elle est mignonne oui mais elle a l'air tellement chiante. Où alors c'est parce qu'on voit sa fourrure et ses doudounes dans le film. Comme Adjani, cette génération d'actrice molle me faisait pas kiffer, je préférais fantasmer sur les actrices américaines.

     

    Après le film est bof, leur histoire dure trop longtemps et ça se termine avec une morale moisie.

    Y aurait pas Lindon le film serait ultra plat.

  6. 7_732211.jpg

    Citation

    Trois jeunes amies d'enfance, Chloé, Agathe et Lily, vivent à Paris et sont invitées au mariage de Katia, qu'elles n'ont pas vue depuis plusieurs années. Le mariage se déroulant à Rio de Janeiro, les trois copines s'envolent dans une ville de fête, de plaisir et d'excès en tout genre. Et là ça tourne au vinaigre.

     

    Bah vous savez quoi c'était pas si pire. Non franchement je m'attendais à une belle bousasse et finalement j'ai été agréablement surpris.

    C'est pas le film du siècle niveau scénar et réa mais il divertit bien.

    A priori les gens n'ont pas aimé (les gens d'Allociné wesh) parce qu'ils s'attendaient à voir une comédie alors que c'est pas exactement la grosse comédie franchouillarde. Ça vire même vers le sordide léger.

    Alison Wheeler est assez bonne actrice, les autres ça passe. Et Patrick Mille qui enfin ne joue plus Chico do braziou, lui aussi est plutôt bon.

  7. 91WhWJcyE1L._AC_SL1500_.jpg

    Citation

    Deux petits voyous se voient obligés de participer par hasard a une évasion. Poursuivis par les autorités, ils se réfugient dans un petit village, déguisés en prêtres.

     

    Moi j'aime bien quand De Niro cabotine et qu'il s'amuse et là c'est le festoche de la tronche en biais. Il est aidé par Penn qui lui aussi s'amuse en faisant le benêt.

    Le film ne s'arrête jamais et va droit à l'essentiel. Et il est plutôt beau, le village de bord de rivière à la frontière du Canada est magnifique, limite j'aurais aimé qu'ils s'attardent un peu plus dedans.

     

    Dispo sur Prime en VF ou VO sous titré anglais.

  8. 5520469.jpg

    Citation

    L'insouciant Nyles fait la connaissance lors d'un mariage à Palm Springs de Sarah, soeur de la mariée et demoiselle d'honneur. Les choses se compliquent rapidement lorsque le duo se retrouve piégé dans l’espace-temps de ce mariage, contraint de revivre sans cesse la même journée.

     

    C'était correct, ça ne révolutionne en rien la boucle temporelle, ça ne raconte rien de nouveau non plus.

    Sandberg est d'une sobriété agréable.

     

  9. Comme la plupart c'est joli (enfin je crois) mais putain c'est creux.

    Et puis à partir du moment où Cage part en couille c'est là où ça a commencé à ne plus m’intéresser. Parce que c'est du fan service de base, foutre Cage en psycho et le laisser faire. Puis ces combats chorégraphiés alors que le gars est juste un bucheron ça passe pas non plus.

    La fille par contre est envoutante.

  10. Avortement_clandestin.jpg

    Citation

    Un soir, après le travail, au lieu de prendre l'autobus, Sophie accepte de monter en moto avec un inconnu. Le conducteur est jeune, beau, persuasif. Elle accepte de boire un verre chez ses amis. Là elle est contrainte de boire et finalement, battue et violée.
    Enceinte elle explique tout à sa mère et les deux femmes disposant de peu de revenus vont d'une mauvaise situation à une autre, entrainées dans une spirale infernale...

     

    Et bien c'était pas bien hein.

    Déjà parce que la fille, Sophie, après s'être fait violer a la bonne idée avec son keumé, Jacques, d'aller confronter le violeur histoire qu'il paie pour un avortement. Sauf que pas de bol elle tombe sur le voisin qui lui aussi veut la baiser. Donc à priori à Chantilly (la ville du viol) y a que des porcs sales.

    Un peu avant Jacques ne s'était pas montré plus bouleversé que ça à l'annonce de la grossesse et du viol.

    Il y a un rythme assez neurasthénique pendant la pauvre heure que dure le film, le tout sur une musique type comédie de golmons complètement hors propos.

    Je ne sais plus comment ça se déroule mais Sophie va voir un docteur qui lui dit qu'il ne fera rien car l'avortement est illégal. On va lui parler ensuite de l'Angleterre, du coup sa mère y va pour choper les tarifs. Elle revient et c'est trop cher, du coup Sophie sur les conseils d'une amie, va en soirée bourges où on lui présente M. Duroc qui aime bien payer pour de la chair fraiche, donc rebelote tentative de viol.

    Finalement elle décide de se faire douloureusement avorter en clando dans un HLM, avec les vieilles qui font les concierges. Et elle se fait balancer aux poulets par on ne sait qui. Là y a un flics qui enquête et qui chope Sophie et sa mère, le gars en charge de la déposition culpabilise à mort Sophie (et c'est pas le premier) car elle aurait dû venir pour parler des cet "accident". A aucun moment ils ne vont s'occuper à trouver le violeur.

    Et puis là Sophie et sa mère se retrouve au tribunal, par manque de moyen on a toute une séquence avec des magistrats, juges, etc... qui braillent face caméra devant un rideau, et toujours avec une musique flinguée. Sophie est relaxée et nous dit que pour elle ça s'est bien terminé, mais les autres, hein les autres...

     

    On sent quand même l'opportunisme d'Eurociné de surfer sur le débat de l'époque en proposant un film qui finalement a l'air assez proche de la réalité. Car nombreux sont les personnages qui shament la Sophie, ceux qui se déchargent (Jacques) et les flics qui en branlent pas une et qui accablent la meuf (comment ça ça n'a pas changé ?). Puis on va pas me faire croire que les plans nichons et chatte c'est pour montrer l'horrible vérité.

    C'est pas malaisant, c'est juste moche et limite.

     

    Et pour les curieux le film est sur Youtube.

  11.  0818764.jpg

    Citation

    En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d'une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu'au Sud profond, ils doivent se confronter aux humiliations, perceptions et persécutions, tout en devant trouver des établissements accueillant les personnes de couleurs.

     

    Bon la polémique "white savior" du film je ne trouve pas qu'elle soit justifiée, là pour moi c'est plumet le noir qui a aidé le blanc. Et encore si il s'agit de cela. Parce que finalement il ne raconte pas grand chose de profond non plus. Ce truc de "je grandis dans ma tête à cause de l'autre", premièrement c'est faisandé et de deux c'est pas non plus l’épiphanie dans la tête du Viggo.

    Après le gimmick du bouquin vert c'était vraiment pour donner un titre au film.

    Mahershala est correct sans plus. Mais c'est parce qu'en face il y a Viggo qui éclate tout, j'ai eu des doutes au début quand j'ai vu qu'il jouait un italo-américain et puis finalement il excelle.

  12. J'ai abandonné Death Stranding, c'est trop chiant. Je ne pige pas les notes qu'il a eu, le jeu est répétitif et pas fun. Faut arrêter de sucer la quequette de Kojima.

     

    H2x1_NSwitchDS_YokusIslandExpress_image1

    Yoku's Island Express

    Jeu super frais qui mêle plateforme et flipper. Ça fait du bien après le grisâtre Death Stranding.

    Vraiment trop court.

     

    test-last-guardian.jpg

    The Last Guardian

    Les jeux de Fumito Ueda sont toujours beaux et sympa. Ils sont aussi courts et avec une caméra et des déplacements laborieux.

    Celui là c'est un mix entre Ico et Shadow of Clossus, la bête est super attachante et l'histoire est touchante.

  13. kubo-feature.jpg

    Citation

    Kubo, un jeune garçon aussi intelligent que généreux, vit avec sa mère dans un petit village de bord de mer. Il gagne chichement sa vie grâce à son don pour conter des histoires en donnant vie à des origamis. Cependant, cette existence paisible est bouleversée quand, par erreur, il invoque un démon assoiffé de vengeance. Kubo s'engage alors dans une quête épique pour percer le secret de la chute de son père, le plus grand samouraï que le monde ait jamais connu.

     

    Du Studio Laika c'est celui que j'ai le moins apprécié. Je trouve que le film fait le forceur pour tirer les larmes ou au niveau de l'humour bien trop présent et ressemblant à celui de prods basses qualité façon Dreamworks.

    Après ça reste tout de même un plaisir pour les yeux.

     

  14. Bablet c'est un maitre pour l'archi, les détails tout ça.

    Je n'ai lu que Shangri La et La Belle Mort et les dessins sont depuis le début exceptionnels.

    Les histoires je suis moins fan.

     

    Une galerie à Paris avait organisé une expo des planches originales de Carbone et Silicium, et le gars nous disait qu'il avait tout vendu en 3 jours, ce qui est rare.

  15. Je suis comme le gars du dessus.

    Pour avoir fait un peu de boxe, le film est assez juste (même si romancé) et il évite les pièges faciles. Alors certes ça ne dit rien de bien spectaculaire mais ça propose quand même un film de boxe différent.

    Et la petite qui joue la fille de Kasso est incroyable.

     

    Malheureusement le film n'est dispo qu'en VOD, il n'y a aucun DVD ni BR

    Actuellement sur Netflix.

  16. A la revoyure je trouve que c'est un chef d’œuvre de A à Z.

    Ce n'est même pas à la limite de la caricature, les personnages sont finement écrit et ça évite justement d'aller trop loin.

    Pas fan d'ABBA du tout et là je trouve que la BO colle bien au film et j'ai presque kiffé la zik.

    Et Toni Collette est parfaite, je trouve que c'est une actrice sous coté, même si elle a une filmo pas dégueu.

     

    PJ Hogan c'est l'homme d'un seul film en fait.

  17. La chronique de Nanarland raconte tout.

    C'était pas si atroce, j'ai bien encaissé la Julian, par contre l'avorton mi Zemmour mi Mezrahi qui joue le facteur est pénible à souhait avec son physique dégueulasse et sa voix nasillarde. A un moment il a un timbre à la Wally Gator. A priori on nous prend pour des golmon en le faisant passer pour un queutard mais faut pas déconner, le gars est laid.

    Sinon en 81, violer le fion d'un homme avec une canne dans une comédie ça passait comme papa dans maman.

    Y a une seule vanne de réussie, quand Julian chiale parce que son facteur lui a glissé des mains, la maquerelle lui propose à la place un grand noir, et la Julian répond "non merci le café ça m’énerve." Peut être que cette vanne foireuse est drôle parce qu'on s'est tapé 1h15 de film avant.

    Le final avec les majorettes et sa zik atroce achève bien.

     

    Le gars qui a écrit le film a aussi pondu des oeuvres fleuries comme Viol, la grande peur, Convoi de filles mais aussi Avortement clandestin... Un homme raffiné apparemment.

     

  18. J'ai commencé Death Stranding.

    Autant je suis de bonne volonté pour faire des missions secondaires, mais là ça commence à me souler de ne faire que transporter des merdes.

    Et pourtant j'aime bien les concepts à la con, mais si le jeu n'est que ça ça va vite me saouler.

    Et en plus l'histoire et l'univers de Kojima ne m'intéressent pas plus que ça.

  19. Je croyais n'avoir jamais vu la série 😮 alors qu'apparemment si.

    A la revoyure du coup le seul truc que je peux dire c'est que la série est bien mieux que le téléfilm. Mieux animé et dessiné, moins foutraque, et l'histoire de résurrection n'est pas franchement intéressante.

    Pas étonnant qu'ils ne soient pas allé plus loin, ils avaient déjà tout dit la première fois. Dans les bonus l'auteur pense qu'il a un chef d’œuvre qui va devenir culte entre les mains, c'est mignon mais non. Sans Samuel Jackson ça serait un peu terne tout ça.

    Le jeu vidéo par contre je me souviens avoir bien kiffé, tout possesseur d'une PS3 ou 360 se doit d'y jouer.

×
×
  • Créer...