Jump to content

Mike Hunter

Members
  • Posts

    151
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Mike Hunter last won the day on April 4

Mike Hunter had the most liked content!

Converted

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Mike Hunter's Achievements

Bruno Mattei

Bruno Mattei (2/6)

1

Reputation

  1. J'ai juste trois choses à dire: - C'est le truc le plus drôle qu'il m'ait été donné de voir - Le personnage de Ron SWANSON est mon nouveau modèle professionnel (et humain) - Rashida JONES est la plus belle femme du monde
  2. Mike Hunter

    24

    Saison 6 Mouais... Jusqu'ici, la série était totalement invraisemblable et distrayante, mais cette saison s'avère très poussive. On sent que les auteurs n'ont plus trop d'inspiration et commencent à tourner en rond. A certains moments, ça devient même franchement ridicule, presque auto-parodique. Il y a quelques moments bien WTF,mais dans l'ensemble c'est pas terrible. Heureusement que le casting intègre Powers BOOTHE en tant que Vice-Président, tant ce mec a le charisme pour ce rôle, il arrive presque à sauver la fin de la saison. Mais dans l'ensemble, faut se motiver pour finir les 24 épisodes.
  3. Mike Hunter

    24

    Saison 5 Comme d'hab', de méchants terroristes veulent attaquer l'Amérique. Heureusement, Jack Bauer va leur botter le cul! Un truc assez particulier dans cette saison, c'est l'atmosphère paranoïaque, le danger venant tout autant du gouvernement que des terroristes. De même, on a droit à un détournement d'avion à l'écran: chose pas surprenante de la part de Jack Bauer, mais qui intervient seulement 5 ans après le 11 septembre (comme si le traumatisme était déjà oublié). De nouveaux directeurs se succèdent en une seule journée à la CTU (à chaque saison, il y a toujours 3-4 patrons qui changent) dont l'un particulièrement incompétent. Cela rappelle à quel point un mauvais manager peut totalement détruire et mettre en péril son équipe, même si elle est constituée des meilleurs éléments. Par ailleurs, on se rend compte qu'être locataire à la Maison Blanche, surtout en situation de crise, nécessite un sang-froid et une capacité de discernement ( ce que n'a pas le POTUS)
  4. Merci pour le lien c'était très intéressant (même si les fins restent toujours obscures)
  5. Il est dingue ce jeu! Commencé hier, déjà fini, mais je vais m'y remettre pour débloquer la fin secrète!
  6. C'était très bien! Enfin un truc Marvel qui a une approche originale et tranche avec le côté trop formaté des films (qui finissent paradoxalement à ressembler à une série TV), tout en réussissant à rester connecté au DCU. le début est vraiment étrange avec ce style qui pastiche les sitcoms des 50's puis des 60's, 70's.. etc (d'ailleurs tu te rends compte que ces sitcoms avec leurs esthétiques trop propres et rassurantes ont un côté glauque et inquiétant). Honnêtement, tu devines assez rapidement ce qui se passe, mais c'est bien amené et ça ne sombre jamais dans le ridicule. Après Mandalorian et ça, j'ai moins peur que Disney + reprenne en main des franchises mythiques.
  7. Mike Hunter

    24

    Saison 4 Journée tranquille et ordinaire pour Jack Bauer: deux attentats nucléaires, une tentative assassinat sur le Président, une menace de guerre avec la Chine... Etc. J'avais déjà vu cette saison il y a plus de 15 ans: j'en avais aucun souvenir, à part la dernière image qui voit l'agent de la CTU partir sur les routes tel un cow-boy solitaire qui vient de nettoyer la ville. Jusqu'ici chaque saison aura dépassé la précédente entre de WTF, raccourcis et invraisemblances, mais ça marche (pour l'instant) et on a toujours autant envie de binge-watcher.
  8. Pour ceux qui connaissent pas, c'est peut-être ce qui se passera si on a un COVID plus méchant C'était pas génial: très laborieux dans l'ensemble, qui se contente d'illustrer platement l'histoire de Stephen KING. Dans les premiers épisodes, la narration fait de nombreux aller-retours et flashbacks plutôt que d'être linéaire. C'est censé dynamiser le récit, mais cela l'embrouille plus qu'autre chose. D'ailleurs je ne suis pas sûr que quelqu'un qui ne connait pas l'histoire puisse réellement suivre. On ne voit pas réellement la phase d'épidémie avec l'effondrement de la civilisation, à part dans quelques scènes: les survivants se regroupent très rapidement autour de leurs leaders respectifs et on n'a pas réellement l'impression qu'ils ont vécu un choc. Le personnage de la Poubelle, pourtant crucial, est traité par dessus la jambe et doit avoir CINQ scènes sur les 9 épisodes. D'une manière générale, l'esthétique est pas ouf' et risque de salement vieillir (je sais qu'on est dans une série TV, mais il y a des limites). Un autre problème est que ça a été tourné à Vancouver durant l'automne/hiver: il est impossible de montrer l'extérieur du Las Vegas des partisans de Randall FLAGG et l'essentiel des scènes de cette partie consiste en des intérieurs ou des incrustations bien moches. Par contre, je comprends ce qui séduit les américains: on parle d'un groupe de personnes fuyant une catastrophe et chercher à recréer une nouvelle civilisation sous l'égide d'un leader charismatique. Bref, pas mal de mythes fondateurs imprégnant le ciné US.
  9. Mike Hunter

    24

    Saison 3 Après les soldats serbes et les terroristes arabes, Jack BAUER et la CTU affrontent des narcotrafiquants mexicains. Toujours aussi invraisemblable, mais toujours aussi palpitant. Le ton est moins politique, il y a moins de réflexions sur le terrorisme et la réponse à y apporter, même si le traumatisme du 11 septembre est toujours présent. Par contre, on y voit un début de pandémie avec beaucoup de situations qui sont devenues courantes depuis presque un an: traçage des cas contacts, confinement... etc. De nouveaux personnages sont introduits et d'autres disparaissent: 24 est une des premières séries où on n'hésitait pas à tuer un personnage (même secondaire) parce que cela servait la narration et non à cause de la démission/renvoi de l'acteur. Si c'est devenu courant, ça l'était beaucoup moins il y a quelques années. Je trouve totalement fascinant le personnage de Sherry PALMER: elle se révèle être une authentique psychopathe totalement incontrôlable, ce qui est inquiétant vu sa proximité avec le pouvoir.
  10. Mike Hunter

    24

    Saison 2 La saison 1 était sympa, mais avait pas mal de défauts: le souci majeur est que seuls les 12 premiers épisodes avaient été commandé par le diffuseur avec les principales intrigues résolues, mais en laissant des pistes ouvertes pour éventuellement continuer. Devant le succès de la série, 12 épisodes supplémentaires furent commandés. Le problème est qu'avec le principe de la série, il faut que les intrigues s'étalent sur l'ensemble des épisodes et non la moitié, sinon ça ne marche pas réellement. Malgré ses indéniables qualités, cette première saison laissait un goût d'inachevé. Pour la saison 2, les auteurs ont enfin pu exploiter pleinement le concept de la série et le saut qualitatif est impressionnant. Il y a une vraie tension qui parcourt les épisodes, il faut dire que les enjeux sont sensiblement plus élevés (une attaque nucléaire contre Los Angeles Vs une tentative d'assassinat d'un candidat à l'élection présidentielle US). Évidemment, il y a toujours ce grand écart invraisemblable entre un ton qui se veut hyper-réaliste et l'avalanche de merdes qui tombent sur Jack BAUER en 24h (infiltrer un réseau terroriste, désarmer une bombe atomique, subir une séance de torture...) mais pour l'instant la série s'en sort bien Avec le recul, c'est intéressant de voir que cette saison 2 fût diffusée avant l'invasion de l'Irak, mais parle déjà de représailles militaires menées par les USA sur la base de fausses preuves. Mais il y a aussi des résonances avec aujourd'hui: on voit aussi comment se comporte la tête de l'état (le Président et ses ministres) en situation de crise et on se rend compte qu'il vaut mieux avoir des gens qui gardent leur calme et non des excités qui démarrent au quart de tour.
  11. Mike Hunter

    24

    Saison 1 Events occur in real time Presque 20 ans que la saison a été diffusée (précisément en novembre 2001. Elle vient d'être mise en ligne sur Netflix (ça tombe bien, à l'époque j'ai regardé que les 4 premières saisons et m'en rappelle plus). Elle a un pris un petit coup de vieux, mais reste intéressante. Simplement par son concept, elle a lancé le binge-watching tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Lors de sa première diffusion, le haut-débit et les coffrets DVD commençaient à se répandre, mais c'est 24 h chrono, avec son format ultra-addictif, qui a montré qu'un spectateur pouvait enchainer les épisodes et a profondément changé le mode de consommation des séries TV. D'une certaine manière, elle a un peu anticipé les futures plates-formes de diffusion sur lesquelles son format est totalement adapté. Cela doit être une des premières série qui met en vedette un acteur venu du cinéma (certes la carrière de Kiefer Sutherland était en perte de vitesse à l'époque, mais les anciens se rappellent que la télévision, ça a longtemps été pour les acteurs de seconde zone). Depuis, les choses ont bien changé. 24 h chrono, c'est le grand écart entre un concept ultra-WTF et casse-gueule (Vous croyez sérieusement qu'autant d'évènements sont possible en une seule journée?) et une volonté de faire ultra-réaliste: d'une manière assez miraculeuse, la série s'en tire plutôt bien et reste totalement regardable. Certes, ça a un peu vieilli (et pas uniquement à cause des téléphones portables), mais on enchaine les épisodes car on reste pris dans l'action. Nos standards ont évolué, mais si on se rappelle de l'époque, 24 h chrono était un sommet d'action et de suspense. Mais c'est surtout le caractère prophétique de la série qui marque quand on la regarde 20 ans après: tout d'abord le thème du terrorisme alors que Ben Laden venait juste de balancer les Boeings sur le World Trade Center. Mais surtout le personnage de David Palmer: sénateur afro-américain et futur présidentiable, droit et intègre, on ne peut s’empêcher de penser au futur Barack Obama (qui n'était à l'époque qu'un obscur élu au Sénat de l'Illinois). Je pense que ce dernier, lorsqu'il a vu la série, s'est dit que lui aussi pouvait.
  12. Saison 4: Dernière saison pour le commandant Caplan. C'est plus divertissant que dans la saison 3: il y a des gangsters turcs ou marseillais qui sont bien vénères, des blacks qui sont bien vénères aussi, un nouveau divisionnaire aussi psychorigide que Vogel (mais qui précise qu'il est sain mentalement!), quelques scènes proches du tortureporn, des scènes d'action efficaces... Après ça reste du Braquo: une série policière française qui tente désespérément de copier les codes de ses homologues US mais se heurte à à des dialogues souvent ridicules et à un WTF pas totalement assumé. Les auteurs ont toujours navigué entre le réalisme à la Engrenages et la badasserie façon Bébel/Delon de la belle époque, mais sans réellement choisir. Au final, ça reste un objet bancal, perclus de défauts mais plutôt distrayant.
  13. Saison 3 C'est toujours très sympa, mais... La fin de la seconde saison laissait déjà entrevoir un problème qui ne fait que se confirmer ici: on tourne en rond. Karate Kid n'est pas un univers follement intéressant avec des persos dont on se souvient et qu'on a envie de revoir (surtout que certains ne sont plus disponibles). Depuis que le décor a été posé, il n'y a finalement pas grand chose de neuf qu'on peut proposer (ça intéresse qui le passé de Sensei Kreese? Personne, cela ne fait que retirer du charisme au personnage) . Certes, cela reste toujours sympa à regarder, surtout grâce au personnage de Johnny Lawrence (le vrai Karate Kid selon Barney de HIMYM), le format court (10 épisodes d'environ 30 minutes) fait bien passer la pilule, mais il ne vaut mieux pas que la série s'éternise. La saison 4 est déjà prévue, je pense que je la regarderai, mais j'espère qu'il n'y en aura pas d'autres.
  14. Saison 3: Grosse chute de régime. Les saisons précédentes étaient stupides, mais distrayantes. J'ai la surprise de constater que le Porsche Cayenne est le véhicule dont est doté les forces de police, mais à part ça, c'est le calme plat. C'est une histoire classique de guerre de truands russes avec en parallèle la vengeance d'un ancien flic radié (VOGEL). Il y a également un perso qui surgit de nulle part et qui veut faire la peau au commandant. C'est pas fondamentalement mauvais ou mal traité, c'est juste que la sauce ne prend pas et qu'on s'emmerde (un peu).
  15. Saison 2: ça prend une autre direction en terme d'histoire: les auteurs ont changé et ont choisi de faire une histoire d'espionnage avec des agents secrets revenus se venger. J'aime beaucoup la partie où Alain FIGLRAZ est en mode vigilantisme et massacre du voyou (cet acteur a un putain de charisme avec sa tronche de truand!). Sinon c'est toujours aussi nawak et wtf. Tout est toujours amené avec la délicatesse d'un tractopelle, cela sonne parfois faux (notamment dans les dialogues qui font parfois trop écrits), mais est très distrayant
×
×
  • Create New...