Aller au contenu

Mike Hunter

Members
  • Compteur de contenus

    141
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de Mike Hunter

  • Rang
    Bruno Mattei

Converted

  1. Mike Hunter

    24

    Saison 1 Events occur in real time Presque 20 ans que la saison a été diffusée (précisément en novembre 2001. Elle vient d'être mise en ligne sur Netflix (ça tombe bien, à l'époque j'ai regardé que les 4 premières saisons et m'en rappelle plus). Elle a un pris un petit coup de vieux, mais reste intéressante. Simplement par son concept, elle a lancé le binge-watching tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Lors de sa première diffusion, le haut-débit et les coffrets DVD commençaient à se répandre, mais c'est 24 h chrono, avec son format ultra-addictif, qui a montré qu'u
  2. Saison 4: Dernière saison pour le commandant Caplan. C'est plus divertissant que dans la saison 3: il y a des gangsters turcs ou marseillais qui sont bien vénères, des blacks qui sont bien vénères aussi, un nouveau divisionnaire aussi psychorigide que Vogel (mais qui précise qu'il est sain mentalement!), quelques scènes proches du tortureporn, des scènes d'action efficaces... Après ça reste du Braquo: une série policière française qui tente désespérément de copier les codes de ses homologues US mais se heurte à à des dialogues souvent ridicules et à un WTF pas totalement assum
  3. Saison 3 C'est toujours très sympa, mais... La fin de la seconde saison laissait déjà entrevoir un problème qui ne fait que se confirmer ici: on tourne en rond. Karate Kid n'est pas un univers follement intéressant avec des persos dont on se souvient et qu'on a envie de revoir (surtout que certains ne sont plus disponibles). Depuis que le décor a été posé, il n'y a finalement pas grand chose de neuf qu'on peut proposer (ça intéresse qui le passé de Sensei Kreese? Personne, cela ne fait que retirer du charisme au personnage) . Certes, cela reste toujours sympa à regarder, surto
  4. Saison 3: Grosse chute de régime. Les saisons précédentes étaient stupides, mais distrayantes. J'ai la surprise de constater que le Porsche Cayenne est le véhicule dont est doté les forces de police, mais à part ça, c'est le calme plat. C'est une histoire classique de guerre de truands russes avec en parallèle la vengeance d'un ancien flic radié (VOGEL). Il y a également un perso qui surgit de nulle part et qui veut faire la peau au commandant. C'est pas fondamentalement mauvais ou mal traité, c'est juste que la sauce ne prend pas et qu'on s'emmerde (un peu).
  5. Saison 2: ça prend une autre direction en terme d'histoire: les auteurs ont changé et ont choisi de faire une histoire d'espionnage avec des agents secrets revenus se venger. J'aime beaucoup la partie où Alain FIGLRAZ est en mode vigilantisme et massacre du voyou (cet acteur a un putain de charisme avec sa tronche de truand!). Sinon c'est toujours aussi nawak et wtf. Tout est toujours amené avec la délicatesse d'un tractopelle, cela sonne parfois faux (notamment dans les dialogues qui font parfois trop écrits), mais est très distrayant
  6. Braquo - Saison 1 10 ans après tout le monde, je m'y mets. Cette série est un gros nawak ultra-jouissif! Les flics ont tous des tronches de déterrés, carburent au whisky ou à la coke, sont joueurs compulsifs, conduisent des cylindrées hors de prix et règlent leurs problèmes à coups de fusils à pompes. Ils chient totalement à la gueule de la procédure judiciaire. A côté d'eux, Gilou dans Engrenages c'est Derrick! Braquo, c'est un condensé du pire d'Olivier MARCHAL: de 36 Quai des Orfèvres à Bronx le bonhomme ressasse toujours les mêmes thèmes, personnages ou histoires
  7. Fini la saison 2: c'est bien supérieur aux daubes qu'on a eues sur grand écran ces dernières années. Voilà une série qui respecte l'esprit Star Wars et sait proposer du neuf en même temps. On retrouve cet esprit un peu naïf et manichéen des premiers films, mais qui sait proposer du vrai spectacle. La réussite est d'autant plus admirable que le héros est masqué durant toute la série (à l'exception de quelques scènes) mais reste charismatique. On croit à cette relation père/fils, maitre/élève entre lui et cette boule de CGI tout autant que celle entre Luke SKYWALKER et Yoda. Sur les 8
  8. Slasher - Saison 3 Dans un immeuble, un des habitants est poignardé par un tueur masqué. Un an plus tard, le criminel revient s'en prendre aux habitants. C'est beaucoup mieux que la saison 2! L'histoire n'est pas follement originale, mais les personnages et les liens qui les unissent sont plus intéressants et mieux exploités: dans un immeuble, tu peux mettre en scène des personnages réellement différents (en terme d'âge, d'origine, de milieu social) alors qu'avec des moniteurs de camps de vacances, ce sont forcément des ados avec des enjeux pas spécialement intéressants
  9. Slasher - Saison 2 Lors d'une colonie de vacances, 5 jeunes animateurs ont accidentellement tué une de leur camarades et caché le corps. 5 ans plus tard, ils apprennent qu'un projet de construction risquerait de faire réapparaitre le cadavre. Ils se rendent sur le lieux du drame, pour le week-end en plein hiver. A la place de la colonie, une communauté pacifique s'est installée. Peu après leur arrivée, un mystérieux tueur s'en prend à eux. Vous avez lu le pitch de la série? C'est une dizaine d'adultes enfermés dans un chalet en plein hiver avec un tueur qui rôde. Et c'e
  10. Comme disait la Reine Victoria: Never explain, never complain. Officiellement, la Reine n'en parle pas. D'après les bruits de couloir, la série l'amuse plus qu'autre chose. Par contre, il y a un épisode de la saison 2 qu'elle n'a pas du tout apprécié sur l'éducation de Charles. Pour la saison 4, on aborde les évènements plus récents (les années 80 avec Diana et Maggie) et il parait que Buckingham Palace tire méchamment la tronche sur le portrait qu'on fait d'eux (faut dire qu'il y a de quoi!)
  11. Slasher - Saison 1 Une nuit d'Halloween, un tueur masqué a sauvagement tué un couple dont la femme était enceinte. Il a éventré cette dernière et a extrait le fœtus qui a survécu. 20 ans après, l'enfant devenu adulte retourne vivre dans la maison du drame. D'inquiétants évènements se produisent... Spamal! Une série anthologique canadienne d'horreur (une histoire par saison) qui, sans être follement orignale, est correctement emballée et se laisse bien regarder. Malgré son titre, c'est pas réellement un slasher, ce qui fait que les auteurs évitent tous les pièges dans le
  12. Saison 3 C'était pas ouf', déjà que les deux premières saisons étaient pas géniales... Heureusement que celle-ci ne dure que 6 épisodes. C'est un reboot complet de l'univers, les protagonistes n'ayant aucun lien avec ce qui s'est passé. Le tueur reprend le même masque qu'au cinéma, preuve que l'imagination ne va pas être présente. Comme d'hab', des jeunes vont se faire décimer les uns après les autres de manière sanglantes. Il y a plusieurs problèmes: déjà l'esthétique est très moche avec une photo bien dégueue. Je sais que l'on est dans une série TV et que le budget n'es
  13. Toujours fan de cette série qui retrace la vie de la Reine Elizabeth et de son clan. Impressionné par l'excellent casting (renouvelé à chaque époque afin de ne pas avoir une trop grande différence d'âge entre les acteurs et leurs personnages) et la capacité à passer de la petite à la grande Histoire. Cela se veut réaliste et proche de l'exactitude historique, avec les réserves habituelles (après tout, l'Histoire s'arrête à l'entrée de la chambre à coucher). La famille royale fait nettement moins rêver quand on a fini le visionnage, mais n'en reste pas moins fascinante. Pour la sais
  14. Saison 2: Assez proche de la saison 1: on est dans le même univers avec les mêmes perso et l'histoire reprend où elle s'était arrêtée. Il y a deux épisodes de plus, ainsi qu'un double épisode qui conclut très mal l'ensemble. On a la même structure sur les 12 premiers épisodes: des fausses pistes, la révélation durant les 10 dernières minutes puis un rebondissement final. Comme la première saison, c'est pas mauvais, c'est juste quelconque. On regarde parce qu’on veut voir la fin, mais on oublie rapidement après visionnage. Pour une série d'horreur pour ados pas trop exigeants,
  15. Inspiré des films de Wes CRAVEN: en gros, c'est l'histoire d'un tueur masqué qui charcute des adolescents de la haute middle class américaine dans une petite ville bien tranquille. Fini la saison 1. C'est pas génial, faut dire que la saga de base n'est pas non plus exceptionnelle: elle avait son petit effet à la sortie (du moins pour le premier volet), mais la dernière fois que je les ai revu, ça m'avait laissé plutôt froid. D'ailleurs, à l'exception du masque (qui a été modifié) et de la tenue du tueur, il n'en reste pas grand chose. C'est un slasher assez classique. Après, l
×
×
  • Créer...