Aller au contenu

Léo

Membre ZoneBis
  • Compteur de contenus

    2 841
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Léo

  1. C'est trop bien Milan Calibre 9 ! Un des meilleurs poliziottesco, réalisé par Fernando di Leo qui est un peu le maître du genre.
  2. L'immonde dvd René Chateau m'a un peu gâché le plaisir, mais il a au moins le mérite d'être au format et la VF d'époque est de bonne facture, hormis l'accent marseillais de certains seconds rôles. Sinon j'ai été conquis par ce bis ibérique qui lorgne du côté de Psychose, à mi-chemin entre l'horreur gothique et le giallo. Suspiria lui doit sans doute beaucoup. La direction artistique est du niveau de ce qui se faisait de mieux en matière de gothique et n'a pas à rougir face à une prod Hammer de la même époque. Après les meurtres sont peu nombreux, c'est lent et atmosphérique et quelques s
  3. Enfin découvert en salle (en 2D malheureusement) et à peu près du même avis que les deux de dessus. Pas un chef d'oeuvre mais une très chouette série B, bien rythmée, avec une direction d'acteurs décente. Esthétiquement ça vieillit bien grâce à une solide photo en noir et blanc, des décors de toute beauté et surtout des scènes sous-marines hypnotisantes ! Pour la créature, elle fait sans doute sourire aujourd'hui mais les deux acteurs sous le costume ont su adopter la bonne gestuelle que ce soit sous l'eau ou sur la terre ferme. Et puis elle a un je-ne-sais-quoi de triste et pathétique
  4. Léo

    Doutes - Yamini Lila Kumar - 2013

    Je n'ai appris l'existence de cette pépite que très récemment, grâce au podcast Nanarland ! Et pour cause, après un passage éclair dans une vingtaine de salles, le bousin disparait purement et simplement : pas d'édition physique, absent des plateformes vod et aucune diffusion tv... Jusqu'à ce qu'un petit malin ait la bonne idée de le balancer sur Youtube il y a deux ans. Aucune idée d'où provient la copie mais il y a des ST anglais. Fansub ou bien le film a t-il été miraculeusement exporté à l'international ? Là encore le mystère reste entier ! Yamini Lila Kumar, l'épouse de Christoph
  5. Léo

    Tenet - C Nolan - 2020

    Un mélange de James Bond et de Mission impossible, le fun en moins et de la sf en plus. Le Scénario est incompréhensible, c'est froid, la photo est terne, les séquences émotions et les moments de bravoure ne fonctionnent pas. Il reste de bonnes scènes d'action, des acteurs corrects et de beaux paysages. Je peux pas dire que je suis déçu puisque pas un grand fan de Nolan à la base. Mais tout ça pour ça... Sinon 250 millions quand même... Et Warner qui refuse de balancer le nombre d'entrées, ça sent le sapin !
  6. Léo

    Exit - Rasmus Kloster Bro - 2020

    Un bon petit huis-clos sans prétention. C'est bien stressant et j'ai apprécié l'aspect limite documentaire ultra dépouillé. Et puis ça fait du bien en 2020 un film qui dépasse à peine les 80 minutes. Bon après c'est pas follement original mais je trouve le réal couillu d'avoir rendu son héroïne aussi "antipathique", pour rester gentil. Intéressant aussi cette relation ambigue qu'elle développe avec le jeune érythréen. Le sous-texte social est abordé discrètement, de manière assez juste. Malin sinon d'avoir balancé le film en salle en plein covid, deux ans après sa sortie un peu partout d
  7. Carlotta sort le film en BD le 16 septembre et le ressort en salle pour l'occasion, au MK2 Biblio et au Reflet Medicis. J'ai donc pu le découvrir au ciné, dans son master 4K, et bonne petite claque ! C'est un très chouette bis espagnol, bien plus ambitieux que ce qui ce faisait à l'époque dans le genre. L'histoire est on ne peut plus simple : il ne reste que des gamins tueurs ultra flippants sur cette île paumée. Pourquoi ? Comment ? On ne le saura jamais. C'est lent, lourd, oppressant... La scène d'ouverture à base d'images d'archives nous mets d'ailleurs directement dans le bain. Se
  8. Léo

    Dune - David Lynch - 1984

    Je l'avais jamais vu, j'ai donc profité du replay d'Arte pour le découvrir. Je sais que le film est à demi réhabilité, que bcp le trouvent fascinant et hypnotique malgré ses défauts. Perso j'ai vraiment souffert ! C'est un pur film de producteur, et manque de bol, c'est ce cher Dino qui produit ! On se retrouve donc avec une adaptation de type "space opéra" d'un classique de hard SF. La plupart des Fx, décors et costumes sont incroyablement laids et kitschs. Je ne parle même pas des coupes de cheveux des pauvres Brad Dourif et Dean Stockwell. L'histoire est à la fois très classique et l
  9. Léo

    Double Impact - Sheldon Lettich - 1991

    En fait il me semble qu'il va aussi sortir avec un t-shirt dans un méga collector à 60e, et c'est pas une blague Sinon c'est quand même un film plus ou moins culte, qui a rapporté près de cinq fois son budget à sa sortie. Puis c'est devenu un classique de video-club et une des meilleures audiences d'M6 dans les 90's. Il est aussi considéré comme un des meilleurs JCVD, qui conserve une bonne base de fans. Et comparer Double Impact qui est un vrai film de cinéma avec Shadowchaser et autres dtv moisis, faut pas deconner ! C'est pas la première fois qu'ESC sort des coffrets de ce genre pou
  10. Léo

    Double Impact - Sheldon Lettich - 1991

    Gamin j'ai dû voir quasi tous les Schwarzy, Sly et pas mal de Seagal mais bizarrement quasi aucuns Van Damme hormis Bloodsport et Full Contact ! Donc séance de rattrapage avec Double Impact et bcp aimé ! C'est drôle, bourrin, violent, bien rythmé et gentiment débile. Les bastons sont cools, les tenues de Jean-Claude piquent les yeux et Bolo Yeung a trop la classe avec sa pure gueule de cauchemar ! Et cette scène de cul ultra kitsch totalement gratuite ! J'ai trouvé que c'était un peu long quand même mais c'est vraiment pour chercher la petite bête.
  11. Loué en vhs il y a pas loin de 20 ans et hormis la séquence empallement à coup de lance sur un couple en train de s'envoyer en l'air, ça ne m'avait pas marqué plus que ça et je m'étais poliment ennuyé. Là je l'ai revu un peu à la hausse mais c'est pas la folie non plus. J'aime bcp la scène d'ouverture avec le meurtre de la comtesse, ambiance gothique 60's à son meilleur, c'est du niveau des meilleurs Bava de la décennie précédente. Ensuite c'est un tout autre film à mi-chemin entre le giallo et le slasher. Il y a une petite ambiance, des meurtres sacrément gores et des nichons. Le savoir-f
  12. Vu à la Filmothèque. Belle copie 35mm mais vf pas top. Et putain qu'est-ce que c'est chiant ! La mise en scène de Herzog est soignée mais j'ai pas trouvé ça particulièrement beau, atmosphérique ou poétique... L'ennui a pris le dessus et j'ai vraiment senti les 1h45 passer. Sinon j'arrive toujours pas à savoir qui de Adjani ou de Topor joue le plus abominablement mal, à croire qu'ils faisaient un concours. Chouette musique malgré tout et les trop rares apparitions de Kinski relèvent un peu le niveau. C'est toujours ça de pris mais je suis pas loin d'avoir détesté !
  13. Dans le labo aménagé de sa villa, un scientifique et son assistant parviennent à greffer une âme humaine dans un serpent. Pendant ce temps au rez-de-chaussée, la femme du scientifique en question, nympho et esseulée, s'envoie en l'air avec le majordome sadique et la gouvernante. Il y a aussi l'adolescente qui revient du couvent. La belle-mère a des vues sur elle, le majordome et l'assistant tentent de la violer, le serpent la sauve in-extremis en tuant ses agresseurs. S'en suit une histoire d'amour passionnée entre le serpent et la jeune fille, à base de scènes de cul proprement hallucinantes
  14. Léo

    Martyrs de Pascal Laugier (2008)

    J'avais bcp aimé à sa sortie mais bizarrement pas revu depuis. Du coup je me le suis refais hier et 12 ans après c'est un peu la douche froide ! En fait ce n'est jamais qu'un torture porn tout ce qu'il y a de plus classique. J'apprécie la première partie franchement glauque et jusqu'au boutiste. Morjana et Mylène sont très bien et la découverte de la cave me colle encore des frissons ! Par contre cette seconde partie c'est juste pas possible. Sinon je trouve la photo assez laide et je ne me rappelais plus de ces effets clippesques un peu pénibles. Bon ça reste discret, on est pas
  15. Pas franchement convaincu. J'y ai retrouvé plus ou moins les mêmes défauts et qualités que La porte du Paradis. C'est un beau film noir assez classique avec un Mickey Rourke dans le rôle de sa vie, des seconds rôles qui déchirent, de la violence sèche, des persos sacrifiés quand on s'y attends le moins, une magnifique photo et je retiens les très bonnes scènes de fusillades du resto et de la boîte de nuit ainsi qu'un final d'anthologie ultra bourrin. Mais alors qu'est-ce que c'est chiant ! Avec une demi-heure en moins et un rythme plus ramassé j'aurai peut-être été plus indulgent. Là c'est
  16. Enfin vu cette grande fresque mégalo, dans sa version restaurée et supervisée par Cimino himself en 2012, et au Max Linder s'il vous plait ! C'est très beau mais très inégal, et très long ! La photo et les décors naturels sont magnifiques, la BO somptueuse, il y a de la violence sèche, des fusillades mémorables et une bande son à base de gunfights, d'explosions, de chevaux hurlants, de cris, de rires et de pleurs. On en ressort un peu désorienté, limite titubant ! Après difficile de passer outre tout ce qui ne fonctionne pas. Le scénario est confus et rempli de trous, les séquences émo
  17. Léo

    Crawl - Alexandre Aja (2019)

    J'étais assez enthousiaste de voir Aja retourner à de la série B sans prétention après ses deux dernières tentatives un peu vaines... Et au final, c'est quand même moyen. Je reconnais pas mal de qualité au film qui est sans temps morts et dure moins d'1h30, avec une bonne direction d'acteurs et des persos bien écrits, et puis les crocos cgi sont vraiment très beau. Mais j'ai trouvé que ça manquait de nervosité, le père et sa fille se font croquer 50 fois et semblent à peine souffrir, et la séquence émotion est un peu naze. Disons que ça se regarde mais on est sur du très (trop) classique,
  18. Jamais vu le film qui a l'air effectivement gratiné, au moins autant qu'un bon Star Crash ! Par contre je me suis écouté la BO du Maestro Morricone qui défonce tout ! Ce thème ! 1Bsr0PLvzWI
  19. Josey Wales, un paisible fermier, voit sa femme et son fils massacrés par des soldats nordistes. Laissé pour mort, Josey decide de se venger. Un des derniers classiques du western américain, qui semble avoir fait une carrière plus discrète en France (un peu moins de 380 000 entrées) malgré de nombreuses diffusions tv... Adapté d'un roman du ségrégationniste Asa Earl Carter, dont Eastwood rachète les droits, le film est co-scénarisé par Michael Cimino et Philip Kaufman. Ce dernier qui doit aussi le réaliser se fait dégager fissa par Clint qui en profite pour passer derrière la caméra. ce se
  20. Léo

    Showgirls - Paul Verhoeven (1995)

    Revu en salle au Brady est c'est toujours aussi mortel ! Tout a déjà été dit sur ce film donc je vais la faire courte : je crois bien que c'est mon Verhoeven préféré ! C'est quand même hallucinant qu'un truc pareil ait pu sortir à Hollywood, avec un budget de 45 millions et une promo rouleau-compresseur malgré son interdiction NC-17. Après je peux comprendre que bcp soient passés à côté avec son intrigue "minimaliste", son extrême vulgarité, ses scènes de full-frontal totalement gratuites, ses ruptures de tons à gogo et ses persos pas toujours franchement attachants... Un film dur quoi,
  21. Léo

    The Hunt - Craig Zobel - 2020

    Bien aimé également. Un bon petit survival satirique sans prétention. C'est bien rythmé, fun et assez gore. La satire n'est pas toujours d'une très grande finesse mais c'est bien écrit, malin, avec quelques twists sympas qui permettent de maintenir l'intérêt pendant 90 mn. Et j'ai bcp apprécié l'actrice principale ! Content de l'avoir découvert en salle sinon. On peut d'ailleurs remercier ce cher Donald de lui avoir fait un peu de pub, sans quoi le film serait probablement sorti directement en vod dans une relative indifférence.
  22. Elle n'a toujours rien fait depuis, et le film n'existe qu'en dvd sans aucuns bonus (et depuis peu sur Shadowz). Malgré sa sélection à la Mostra de Venise et de bonnes critiques dans la presse bobo, le film ne semble vraiment intéresser personne ! Sinon sur la forme c'est pas mal. L'interprétation est solide, c'est bien filmé et la photo est chouette. Si on est amateur de synth-pop la BO est plutôt sympa également. Le gros soucis c'est que ça ne raconte pas grand chose et ne mène nulle part. On nous le vends comme une énième réinterprétation du giallo alors que pas du tout, c'est surtou
  23. Léo

    Enemy - Denis Villeneuve (2013)

    La photo est jolie, il y une petite ambiance, quelques rares moments de tensions, et Sarah Gadon irradie. Sinon, c'est une énième histoire de doppelganger très classique est hyper caricaturale avec un Gyllenhaall en bad boy motard/acteur raté ou en prof de fac coincé et maladroit ! J'ai détesté le montage à la truelle et la musique qu'on croirait issue d'une banque de sons libres de droits, et comme tout le monde, je n'ai rien compris au plan final. Pas compris non plus ce qu'est venue foutre Isabella Rosselini là-dedans, c'est limite du caméo et son perso n'apporte rien à l'histoire.
  24. De belles images, un chouette score de Broadcast (un groupe cool que je ne connaissais pas) et une interprétation solide. C'était bien parti, la première demi-heure est assez amusante avec des dialogues que font mouche. Le choc des cultures entre ce petit anglais timide, souffreteux, et tous ces ritals extravertis et décomplexés est assez savoureux. Puis en effet, je me suis rapidement rendu compte que ça n'allait nulle part, et c'est quand assez chiant malgré que ça ne dure que 90 petites minutes. Le film est vendu comme un hommage aux giallis et de manière générale au "savoir-faire" du cin
  25. Très bon ! Sur la base du Chat noir de Poe, Martino brasse habilement plusieurs thèmes et sous-genres : giallo, huis-clos gothique, machination... La mise en scène et la photo sont une fois de plus très soignées, l'ost de Nicolaï est magnifique , le casting fera plaisir à tout bon bisseux qui se respecte et Edwige est subliiiiiime en garce manipulatrice ! Sinon le titre tient toutes ses promesses, il y a du vice effectivement ! Du saphisme, du trio amoureux, des meurtres sanglants, du hippie déviant, du machisme et un twist final tarabiscoté ! Martino était vraiment en état de grâce à
×
×
  • Créer...