Aller au contenu

riton

Staff ZoneBis
  • Compteur de contenus

    3 086
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par riton

  1. D'accord avec Prodigy : c'est distrayant, mais en termes de travail documentaire, ça vaut pas grand chose. On voit passer de temps en temps des sujets potentiels, mais la série est bien trop occupée à fournir un récit racoleur à base de rebondissements et de suspense pour les explorer vraiment. Donc oui, c'est assez fun, ça passe le temps sans ennuyer, mais ça me marquera pas.

  2. Et pour aller dans le même sens : http://www.justice.gouv.fr/include_htm/reforme_penale_chiffres_cles_plaquette.pdf En bas de page 3, les délais d'exécution des peines d'emprisonnement ferme.

    Sinon : https://oip.org/analyse/la-comparution-immediate/ Pour la comparution immédiate (qui concerne des délits donc et pas des crimes) : "À Marseille, 77 % des personnes sont condamnées à des peines de prison ferme, dans 69 % des cas avec un mandat de dépôt. " Ce qui veut dire que plus d'accusé sur deux part direct en tôle.

     

    Sinon cette émission c'est vraiment du caca liquide. Même le pire des mondos semble digne et bien réalisé à côte de cette sous-daube.

  3. On retrouve là le réal de King of Pigs et The Fake, celui qui s'est lamentablement ramolli/dissous dans Train to Busan.

    Alors effectivement, ça manque cruellement de moyens, les décors sont expédiés et l'animation est par moments très limite. Et c'est bien dommage parce que comme le signale Jeremie, c'est assez radical et bien écrit avec un discours fermement assumé. C'est aussi un retour aux vrais fondamentaux du film de zombie moderne : les zombies sont là pour donner un cadre et une dynamique narrative à une histoire/des personnages/un discours.

    On regrettera qu'une partie du buget de Train to Busan ne soit pas allé dans les caisses de la prod technique de Seoul Station. En raccourcissant de quelques minutes le TGV zombie de mes couilles, il aurait pu donner naissance à un vrai classique en puissance.

    Ça reste chaudement recommandé.

  4. Oui, il y a une poignée de Roman Porno nunsploit. Comme ça vite fait, on peut citer Runa's confessions de Masaru Konuma featuring un méchant prêtre occidental rouquin (les pires), Wet and Rope de Koyu Ohara, Sins of Sister Lucia du même Ohara, Catholic Nun's Rope Hell de Katsuhiko Fuji... chez la Toei, il y a Torn Princess de Yuki Makiguchi et puis bien sûr il y a des épisodes des Joy of Torture avec des bonzesses.

  5. C'est super bien. Dans les limites de ce type de prod (c'est une OAV donc avec des moyens plus limités que ceux d'un film cinoche) c'est juste extra. L'esthétique tue tout, c'est bizarre, inquiétant... c'est vraiment un classique incontournable de la période dorée de l'OAV nippone.

  6. La scène finale dans le bar est extrêmement convenue d'un point de vue du style "noir". C'est vraiment cliché, et à mon sens, mou.

     

    L'évolution du personnage de la procureure sur la fin c'est juste pas possible. On dirait vraiment que les auteurs ont tourné leur veste sur ce coup là. Et justement c'est écrit pour permettre ça, notamment la "résolution" de l'intrigue qui est juste en désaccord avec le reste de la série - son approche descriptive, désabusée.

    Ca sent la couillemolisation en fin de parcours. Enfin c'est mon ressenti.

  7. Alors c'est pas mal, mais ça a ses limites aussi.

    Au niveau des plus, il y a la qualité de production, avec notamment une esthétique soignée, un côté photo plasticienne de temps en temps ; limite un peu démonstratif du coup. M'enfin on va pas se plaindre que c'est trop joli pour de la série, ce serait pas honnête.

    La distribution tue, tous les acteurs sont remarquables. C'est bien simple, tout tient essentiellement grâce à leur interprétation d'une justesse au poil : pile ce qu'il faut, sans trop.

     

    Je suis pas certain d'être convaincu de A à Z par l'écriture. Les personnages sont bien foutus, bien écrits, mais j'ai été parfois dubitatif sur la ligne narrative globale. Mais bon...

     

    En revanche, le gros point noir c'est la fin de la série.

    Le dernier épisode est catastrophique. Il y a un espèce de "twist" complètement con, aberrant, qui fout à la poubelle le parti-pris intéressant de la série, à savoir d'échapper aux poncifs du whodunit pour s'abreuver aux eaux troubles des systèmes judiciaire, pénitentiaire et policier américains.

    En gros, le dernier épisode semble vouloir conclure la série de façon acceptable et convenue, et c'est vraiment dommage.

×
×
  • Créer...