Aller au contenu

riton

Staff ZoneBis
  • Compteur de contenus

    3 098
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par riton

  1. Bon, ben voilà un petit morceau de bis nawak. On a un héros musclé à la machoire carrée qui fait des mauvais rêves et a l'impression de truicider des gens par-ci par-là. Mais est-ce qu'est-ce qui est rêve ou réalité ? hmmmm ?? Réalisation plate avec de bonne pointes d'anémie, décors pas à la hauteur pour ce genre d'histoire, Richard Conte et Anthony Steffen cachetonnent, des partouzes qui ne montrent quasi pas de nudité (juste quelques nichons occasionnels) , tout ça n'est pas très consistant. Reste la bonne musique de Ciprani, des passages oniriques avec des gens tout nus et grimaçants,
  2. riton

    Elvifrance

    YEAH !!! merci
  3. Sayuri Strip Teaseuse de Kumashiro sur Arte : déjà diffusé hier soir, repasse cette nuit à 3h00 du matin. A vos machines !
  4. Quelle transformation subite !
  5. riton

    Dog Bite Dog (2006) - Soi Cheang

    Ca vaut le coup d'oeil. C'est noir et violent, avec un coté mélo propre au ciné HK. La fin est hélas too much et déséquilibre un peu le tout en tentant une lichette d'excès gratuit cat III à l'ancienne alors que l'univers du film en est assez loin. Je crois me rappeler de certains bruitages animaliers symboliques qui sont aussi de trop. Les masturbations sur la photo prétenduement magnifique sont exagérées, mais on commence à en avoir l'habitude. Mais c'est effectivement sauvage et sans concessions. A voir.
  6. Comme le bon docteur au-dessus. C'est assez agréable à voir, mais loin du meilleur de Kawajiri. Il semblerait que ce soit produit avec des brousoufs ricains.
  7. Ben quand même, le sujet de la parabole, les rapports de pouvoir entre différents groupes déterminés au sein d'une société est bien un brin politique. Et on peut dire qu'il est abordé d'un point de vue anti-conservateur et feministe, ce qui ne le place à priori pas à droite, les "révolutionnaires" de droite ayant toujours été encore plus rétifs que ceux de gauche à l'émancipation feminine.
  8. Ce qu'on peut dire c'est que cette interdiction est un mauvais signe. Parce que le film n'est pas extrêmement violent sur un plan graphique, loin s'en faut. C'est son propos qui a été condamné, qui n'est d'ailleurs pas mysogine, mais critique et radical.
  9. Mouais, pas certain que les membres de la commission de classement soient (ni aient jamais été) représentatifs de la population cinéphile européenne. De plus, les autorités japonaises de classement font un usage plus intensif du classement R-18 que les nôtres.
  10. C'est quand même d'une mauvaise foi à se crever les yeux. Le film est suffisament court pour être vu jusqu'au bout, et donc il ne peut y avoir maldonne sur son aspect feministe révolutionnaire. Je pense plutôt que c'est le moyen que donne le film pour sortir de ces relations qui a déplu. Si vraiment il fallait qualifier cette interdiction, l'adjectif politique serait bien plus approprié que moral.
  11. Le texte stiplue "à partir de Affairs" donc avant où après ? D'autre part dans cette même interview, il déclare ne jamais avoir travaillé pour la Nikkatsu... J'ai envoyé la question au site midnight eye qui vient de mettre en ligne une interview de Adachi.
  12. A propos du texte de présentation : il faudrait vérifier consciencieusement, mais je crois que L’Amour derrière les murs n'est pas la première production indépendante de Wakamastu, mais la dernière qu'il ait faite sous la bannière de la Nikkatsu (il y a officié de 1963 à 1965). Le premier film 100 % Wakamatsu pro sera Quand l'embryon part braconner. C'est en tous cas youjours cette version de l'histoire que j'ai lue, et celle qui est reprise dans wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Koji_Wakamatsu Quant à son interdiction d'accès aux US, il est probable que ce ne soit pas tant à cause du
  13. Bon, le message de Black Cat juste en-dessous de l'annonce de la sortie prochaine du DVD français n'est pas du plus grand tact, d'accord. Mais on ne va pas en faire un affaire nationale non plus, et passer à autre chose. J'en profite pour copier/coller : Meatball Machine n'est pas un modèle d'originalité. Histoire d'amour entre marginaux, alien parasites controllant l'esprit et le corps de leur hôte, clin d'oeil à Urotsukidoji, et énorme influence de Tetsuo et des films indépendants qui vinrent dans la foulée. Ce n'est pas non plus un film visuellement magnifique. Image vidéo (néanmoins
  14. - Ellroy : inévitable si tu es amateur de roman noir, au moins pour essayer. Mon préféré reste Le Grand nulle Part, mais ce n'est pas forcément la meilleure porte d'entrée dans l'oeuvre. La trilogie Lloyd Hopkins est très bien aussi et ce sont des romans plus courts (du coup moins fouillés aussi). Un excellent titre de lui qu'on oublie est Un Tueur sur la Route quoiqu'un peu atypique par rapport au reste. - Palahniuk : pas pu finir un bouquin de lui. A mon avis, une escroquerie littéraire sauce nihilisme commercial, mais ce n'est que mon avis. - Ballard : je ne connais pas grand chose
  15. Oui, malgré quelques menues incertitudes de mise en scène (de mémoire un petit manque de rigueur dans certain plans), ça fait du bien de voir un film noir loin des effets hystériques devenus monnaie courante. A propos des subtilités de scénario, je ne trouve pas qu'il en manque particulièrement. Il fait juste l'économie de twists fun et inutiles pour se concentrer sur son sujet et développer une situation dramatique et des personnages. D'ailleurs il fait fortement penser à celui du chef d'oeuvre de Hodges, Get Carter. Ceci dit tu spoiles un peu en révélant le choix final du personnage pri
  16. riton

    [Hk Video]

    Si j'ai bien saisi, c'est un coffret Ringo Lam, donc à priori Island ne devrait pas dedans.
  17. Bon, ça fait très longtemps, mais je n'ai pas souvenir de racisme. Je me souviens d'un anti-bolchevisme ultra violent, tintin marchant dans les ruines déclamant des trucs du genre quel beau pays, regardez comme ces cochons de soviets l'ont massacré... ma mémoire a-t-elle oblitété une partie du discours ? Sur le colonialisme, le racisme en a été une caution morale important quand même, et c'est justement ce que montre Tintin au Congo. Mais bon, comme Faes, je n'ai jamais été un grand fan de Tintin.
  18. riton

    [Hk Video]

    Une trilogie d'accord, mais il ya 4 "on fire" : "city", "school" et les deux "prison". Le mieux ce serait city, le premier prison, et surtout une version uncut de school.
  19. riton

    Vos lectures du moment

    Une lecture opportune par les temps qui courrent. L'expérience de Milgram est célebrissime, mais le bouquin présente les différentes variantes avec les résultats détaillés ainsi que l'analyse de Milgram lui-même. Chaudement conseillé.
  20. C'est vrai que c'est impressionnant à ce niveau. C'est tout mauvais de partout, mais l'interprétation atteint de tels sommets de médiocrité que ça en devient fascinant. Je trouve juste le rapprochement avec Scarface : on aurait voulu faire une caricature beauf pastis du film de De Palma qu'on s'y serait pas pris autrement. C'est quand même dommage qu'ils aient pas mis un rôle de flic pour Pierre Mondy.
  21. riton

    [Wild Side]

    Vu le premier disque qui présente des problèmes d'image non négligeables, et ladite interview de Shilling. Sandman a raison, le monsieur a une petite tendance à s'écouter causer au détriment d'un propos construit. Ce qu'il dit sur le film est cependant plutôt pertinent dans l'ensemble. Simplement 7 ou 8 min auraient suffi au lieu de 25. L'interview de Shinoda est en revanche bien meilleure.
  22. riton

    Recherche d'éditeurs

    Globalement il existe deux gros systèmes pour le livre papier : - les éditeurs pros, dignes de ce nom, qui s'occupent de traiter avec les circuits de distribution, de l'impression... Ils peuvent avoir leurs propres circuits de distrib ou passer par les circuits des autres. - les éditeurs à compte d'auteur ou du même genre, et qui font plutôt un travail de commercial que de véritable éditeur. Là c'est très variable, et c'est une bonne grosse jungle pleine d'arnaques dans tous les coins. L'éditeur peut alors se dégager plus ou moins de son travail de distribution, mais ce n'est pas sérieux c
  23. riton

    Rinne - Takashi Shimizu (2005)

    J'ai bien aimé. Quelques appréhensions au tout début, mais finalement j'ai trouvé ça assez prenant, et j'ai bien marché. Les allergiques à Shimizu et/ou aux cheveux longs vont encore pleurnicher. Tant pis pour eux.
  24. riton

    Coffret Michel Lemoine (70's)

    Bonne nouvelle, pas cher en plus.
  25. En même temps il écrit "pour moi", ce qui signifie bien la limite de son propos. Et de plus, je suis d'accord avec lui, il n'est pas vraiment discutable que Pixar fournit le cinéma dans ce qu'il a de plus industriel ainsi que la machine à merchandising. Je ne connaissais pas non plus. il existe une compilation de travaux en DVD : http://www.asia-diffusion.com/new/dvd.php?id_dvd=1617
×
×
  • Créer...