Aller au contenu

riton

Staff ZoneBis
  • Compteur de contenus

    3 086
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par riton

  1. J'ai pas mal de difficulté à voir le lien entre ce film et les deux longs-métrages précédents du réalisateur. Ce Train est impersonnel, inoffensif et visiblement taillé pour être consensuel. Il n'y a quasiment ni insultes ni grossièretés (ce qui est assez inhabituel dans les films de genre coréens), pas de gore, mais un bon paquet de leçons de morale stabilotées, de la musique pouet-pouet... mais putain où sont passées l'audace et la gravité du réal de King of Pigs et The Fake ? Je suis curieux de voir Seoul Station. Peut-être qu'il est là le vrai film ?
  2. Il y a quand même une bonne partie du film qui s'inscrit dans la veine du drame d'un foyer familial (j'ai eu du mal à ne pas penser au Housemaid de 1960). Ca ne bascule vraiment dans le film d'épouvante qu'à la fin, même si l'ambiance générale du film prépare le terrain. De ce côté, il faut bien avouer que c'est un very slow burner, mais le climax vaut le détour. Perso j'ai bien aimé les effets visuels bricolés En fait d'après ce que j'avais lu, j'attendais un truc un peu plus rythmé et radical, mais si on m'avait juste dit que c'était une curiosité sympa j'aurais pas été déçu du tout.
  3. riton

    Achipé achopé

    r2BGPHQV5Go dwUWTut1bh4
  4. Ben justement, j'ai pas trouvé. The Witch affirme le cadre fantastique d'emblée, ce qui permet de lire les différents niveaux assez clairement dans le développement du film. The Stangers au contraire m'a donné l'impression de vouloir jouer sur les deux tableaux - de façon assez opportuniste me semble-t-il - et du coup ça ne marche pas. Alors que The Witch est un vrai film fantastique dans lequel on peut lire des commentaires sur les thèmes abordés, je vois The Strangers comme un film bordélique qui, à force de vouloir bouffer à tous les rateliers, finit par être inoffensif.
  5. Grosse, grosse déception. Pas hyper fan du Refn à priori, j'avais quand même trouvé Drive sympa et Only God Forgives vraiment intéressant, même si pas exempt de défauts. Eh ben Neon Demon, flop total. Passé le générique qui promet des influences Bavesque, c'est le cardio plat. Visuellement c'est fade, voire borderline miteux quand il abuse des effets de flare. Du coup, je me suis posé des questions, et j'ai revu un bout de OGF pour voir si j'avais pas surévalué la photo de ce dernier. Ben quand même, justement y'a pas photo. Neon Demon est carrément très en-dessous de ce côté. Quant aux
  6. riton

    The Witch - Robert Eggers (2015)

    Lyon : en VF only au Pathé carré de soie. Ha ha ha ha ! Crève !
  7. Si tu as de la place, tu n'as pas intérêt à encoder. Tu rippes tout le disque, et voilà : tu aurais ton Video_TS avec sa structure sur ton HDD. Sur PC, pas de difficulté, maintenant sur Mac, je sais pas quel logiciel gratos fait ça.
  8. Why don't you play in Hell est une tuerie, peut-être le film le plus réussi de Sion : le mélange d'action effrénée, de références filmiques, de discours quasi méta et de d'histoire premier degré est au top de l'efficacité. Et le ton du film est toujours pile poil. Perso je trouve Love Exposure surévalué : trop fouillis, trop cheap, trop long. Cold Fish et Guilty of Romance sont des très gros morceaux, mais beaucoup moins fun que Why don't you play in Hell. De Strange Circus j'ai le souvenir d'un film intéressant malgré ses défauts. J'ai un excellent souvenir de Exte: Hair Extensions, variatio
  9. Le film montre, début octobre 1944, deux journées de la vie de Saul Ausländer, prisonnier juif hongrois à Auschwitz. Il fait partie du Sonderkommando de l'un des fours crématoires, groupe d'ouvriers strictement séparé du reste du camp et qui, tout en attendant leur propre exécution à tout moment, est forcé de participer à la crémation et à la dispersion des cendres des victimes de l'extermination massive. aka Le fils de Saul. Le film s'ouvre sur un plan totalement flou. Puis Saul entre dans la zone de netteté, et entraîne la caméra - i.e. le spectateur - avec lui. Tout le film est tourné
  10. riton

    Narcos - Netflix (2015)

    Padilha réalise les deux premiers en fait. Bon, globalement ça semble quand même bien taillé pour le marché nord-américain. Il ne faut pas chercher trop de contexte historico-politique la-dedans, ni même de description sérieuse des mécanismes sociaux en jeu. Dommage. Honnêtement ça se suit bien, même si comme les camarades du dessus, j'ai trouvé les fils mélos pas très bien gérés et le final décevant.
  11. riton

    Vos lectures du moment

    C'est énorme, et le travail de Sienkiewicz est à tomber raide. Hélas, la toute dernière édition est carrément calamiteuse, elle aplatit totalement l'image et anéantit une bonne partie du travail graphique.
  12. La télé qui chatouille l'entrejambe.
  13. Mr Pickles c'est fini pour cette saison Qu'importe, adultswim fournit à l'intention de ceux qui sont en manque de trucs tordus ... King Star King. Complètement givré, blindé de violence, de trips hallucinés, de boobs, asscheeks et tout ce qui fait le sel de la vie. hAwhSA3Btvw
  14. De la HDR dans des salles où les éclairages de sortie niquent la projection, ça c'est le vrai progrès.
  15. http://www.worldwidedvdforums.com/viewtopic.php?f=35&t=19244
  16. Oui, mais ça c'est une répartition de commercial, pas d'amateur. C'est même pas une définition par genre en fait, juste par cible d'acheteur. Il paraîtrait qu'il y a plein d'adultes qui lisent Tintin, qui regardent Totoro (pour rester dans des exemples ultra connus).
  17. La question du public auquel le truc s'adresse ne devrait pas être un souci primordial. En revanche, si c'est uniquement un anime calibré pour des 13-15 ans en rien de plus, alors effectivement, je suis pas le coeur de cible. Mais je suis probablement pas le seul dans ce cas alors. Perso, je vois pas de profondeur à la chose, c'est pas bien écrit, trop bavard, y a pas d'excès notable d'aucune sorte et soit dit en passant si ce sont les scènes de carnage avec les géants qui sont censées faire le spectacle, je veux bien mais y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Et oui, je conn
  18. Un petit avis un peu divergent : vu les 5 premiers épisodes, et ça me suffit amplement. L'unique bon point : la tronche des géants. Voilà, c'est tout. Le reste, c'est des personnages qui passent leur temps à crier leurs pensées, leurs sentiments, le tréfonds de leur petits êtres durant tout l'épisode, juste assez longtemps pour atteindre l'inévitable cliffhanger pourri. C'est balourd, y'a un côté Jeanne et Serge à l'armée, et c'est rempli de vide. Chaque épisode pourrait aisément être ratiboisé au tiers de sa durée... bref c'est un truc clinquant, bruyant et creux calibré pour un large publi
  19. Je me doute bien que le DCP n'est pas en cause.
  20. The Raid 2 m'a fait l'impression d'être plus "fluide" en salle qu'en home vidéo. J'ai eu moins l'impression que le film avançait par à-coups avec des tunnels çà et la. À mon avis, la salle lui donne une cohérence qui lui fait défaut sur petit écran. En revanche, et ça n'a rien à voir avec le film lui-même, je l'ai vu à l'UGC Confluence, et c'était catastrophique : couverture lumineuse absolument pas homogène, avec une grosse chute sur les bords genre vignettage, plus des noirs boueux. C'est la deuxième fois que je me fais une séance là-bas, le première c'était pour The Rover, avec 20 minute
  21. riton

    Blue Ruin - Jeremy Saulnier - 2014

    Je l'ai pas du tout vu comme un vigilante. Le ton du film et le décor social du film m'ont plutôt fait penser à des films comme Out of the furnace ou Joe, dans le sujet et l'approche tout du moins. Il semble qu'il y ait une petite pointe d'intérêt pour les films noirs qui traitent de populations oubliées, de losers ruraux, de white trash... tant mieux. Sinon ce Blue Ruin vaut bien un coup d'oeil.
  22. riton

    Conseils BATMAN en VF

    Trois classiques incontournables, tous sortis en VF, mais peut-être pas tous réimprimés ? - Arkham Asylum a.k.a. L'Asile d'Arkham a.k.a. Les Fous d'Arkham de Grant Morrison et Dave McKean. - Batman - Judge Dredd : Jugement à Gotham John Wagner, Alan Grant et Simon Bisley - Batman : Cris dans la nuit (Batman: Night Cries) Archie Goodwin et Scott Hampton
  23. J'ai un souvenir un peu mitigé de celui-ci, probablement parce que le bouquin de Newton Thornburg dont il est tiré est plus riche (ce qui est finalement normal) et plus puissant. Faudrait que je le revoie, mais en passant, je recommande très chaudement
  24. riton

    sitcom?

    The IT crowd SInon, Hung n'est pas stricto sensu une sitcom traditionnelle (décors plus variés, moyens techniques et niveau de réal plus élevés) mais c'est une comédie (un peu) dramatique non dénuée d'intérêt. et je vote aussi pour It's always sunny in Philadelphia et Bored to death.
  25. Ça fait longtemps que j'ai pas vu le premier, mais j'ai pas le souvenir qu'il ait été tourné en vidéo, alors que ça saute aux yeux pour les deuxième et troisième opus. Sinon ce sont des passages obligés pour tout amateur de déviances asiatiques.
×
×
  • Créer...