Aller au contenu

riton

Staff ZoneBis
  • Compteur de contenus

    3 086
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par riton

  1. riton

    Evil Dead - Fede Alvarez - 2012

    Eh ben c'est pas trop tard ! Il était temps de moderniser tout ça. J'espère que ce sera en 3D au moins...
  2. Enorme réussite. Visuels magnifiques, ambiance terrible, un pur délice. Indispensable !
  3. Tiens c'est marrant, je l'ai vu hier soir. Pas grand chose à rajouter : c'est très agréable et bien foutu, du fan service à gogo pour l'amateur de scène de braquage old school.
  4. Hisayasu Sato a un univers particulier, avec des repères et des figures propres, mais je suis pas certain qu'il faille à chaque fois tenter d'y coller un sens précis.Je veux pas dire que ses films sont nawak, mais qu'ils ont une part conséquente dévolue aux impressions et sensations qu'on a pas forcément envie de rationaliser ou d'aplanir. Wife collector j'en ai un "bon" souvenir, d'une ambiance très étrange. Il faut que je le revoie. Dans un genre assez différent, son dernier film Love & Loathing & Lulu & Ayano est un drame moins extrême, toujours avec un budget réduit et tour
  5. Ben pareil que les deux collègues au dessus. Les deux rednecks sont rigolos et les acteurs qui les incarnent sont à la hauteur, mais à part ça, y'a pas grand chose à se mettre sous la dent.
  6. De ce côté, tu n'as pas grande peur à avoir. Même en tournant le dos à l'écran tu t'aperçois que les deux films boxent dans des catégories très éloignées. En revanche, La Terza Madre n'est pas le point ultime de la déconfiture argentesque ; Giallo est bien plus ahurissant à ce titre.
  7. riton

    Super Shark - Fred Olen Ray, 2011

    Je pense pas voir le film un jour, mais le trailer est
  8. riton

    Bedevilled - Jang Cheol-so - 2010

    Je suis d'accord avec Steve, sauf en ce qui concerne son avis sur les ruraux, qui font plus que pousser Bok Nam à bout. Ils représentent une logique de groupe, que l'auteur décrit ici dans le cadre d'une société traditionnelle, une structure pyramidale avec la vieille en haut, les étages en dessous qui moutonnent et profitent, le tout aux dépends d'une minorité (ici Bok Nam) servant d'exutoire aux pulsions destructrices de la société. Un type de mécanique dont on a tous été témoins - à un autre degré s'entend - dans le cadre du travail, ou de bandes d'amis. Ceci dit, l'autre face de la pièc
  9. J'ai vu le film en salle (copie 35mm) lors de la ressortie Carlotta justement, et certains plans étaient bien granuleux avec un rendu particulier, quelque chose d'assez dur, un grain pas du tout enveloppé ni souple comme on a l'habitude avec les films couleur rapides.
  10. Imparfait mais finalement très attachant. Dans la catégorie vraiment foiré, y'a les passages avec le ministre, heureusement limités en nombre. Sinon on a un scénario qui boite à 5 pattes, mais après tout ça participe du côté bis en liberté, film de genres échevelé. Ensuite y'a une scène énorme, mais elle est au début, et un climax en ouverture c'est pas forcément facile à gérer. Le reste du métrage réserve bien son lot de bonnes séquences, mais la première est quand même la plus brillante. Enfin, les références restent malgré tout très présentes et structurent une partie non négligeable
  11. riton

    Animal Kingdom - David Michod (2010)

    J'ai trouvé ça pas mal, mais pas renversant non plus. C'est quand même très éloigné de Scorcese. C'est pas du tout un rise and fall : dès le départ c'est un piqué dans le bourbier pleins gaz, et sans aucun panache. Tout est blème, l'environnement social miteux, les flics tarés, la famille complètement tordue... on est bien loin des envolées de Goodfellas ou Casino. Après il manque quelque chose pour que les coups portent vraiment. Toute cette merde se barbouille tranquillement devant tes yeux, mais l'odeur te saisit pas franchement aux tripes. Je sais pas, peut-être un défaut de conviction,
  12. Pas vu tous ses films, mais j'avais vraiment bien aimé les 4 premiers Ju-On (les japonais donc) en tant que corpus cohérent, mais visiblement, il y a peu d'amateurs. En revanche, je te conseille sans retenue son Réincarnation, ambiant et efficace. Bill Murray en parle bien ici : viewtopic.php?f=36&t=9173&p=131372&hilit=rinne#p131372
  13. A noter qu'on voit la bouille de Hitoshi Matsumoto sur les covers des DVD ainsi que dans les extraits video, et dont le très surprenant Symbol sera à l'affiche d'Hallucinations Collectives (Cyril staïle).
  14. riton

    Chloé - Atom Egoyan (2009)

    J'ai pas vu De beaux lendemains. Si tu dis que c'est du bon, j'essaierai de me le faire.
  15. riton

    Chloé - Atom Egoyan (2009)

    Je dois avouer que j'avais pas du tout pensé à faire le rapprochement avec la vague de thrillers 90's droitiers autour du schéma gentille famille + méchant intrus. Mais c'est vrai qu'en simplifiant à mort, si on résume le film en deux lignes, on pourrait faire le parallèle. Sauf que c'est pas du Adrian Lyne mais du Egoyan. Donc beaucoup moins exploit et immensément plus cérébral. Et que si stimulation il y a elle provient beaucoup moins des scènes de nudité que des relations plus ou moins tordues que les personnages entretiennent entre eux, voire avec eux-même. C'est à mon sens nettement
  16. riton

    Dream Home - Ho-Cheung Pang (2010)

    Tout pareil, une vraie excellente surprise. C'est furieux, intelligent, et bien construit. C'est aussi une synthèse réussie entre un genre populaire ( le cat III 90's outrancier) et le film d'auteur "à message", ce qui est quand même rare. On en veut encore !
  17. Encore un remake qui ne s'imposait d'aucune manière. L'original n'est pas un immense film, mais au moins il dit quelque chose d'un cinéma d'une époque, voire peut être quelque chose d'une époque tout court. Celui-ci révèlera une certaine idée du néant créatif, même au pur plan de l'exploitation. Pas de rage, pas d'émotion, juste un parcours balisé plouf plouf. Un distillat d'ennui hautement concentré.
  18. riton

    South Park

    Steve Waring en fait.
  19. riton

    South Park

    Ben oui, parce que le matou revient le jour suivant, Le matou revient, il est toujours vivant.
  20. C'est effectivement d'un excellent niveau. C'est très bien écrit, l'interprétation est excellente, et la tonalité originale. La deuxième saison (en cours) est peut-être un peu plus appuyée dans le côté loufoque, mais ça reste encore très loin d'une caricature forcée. Du très très bon.
  21. riton

    [Wild Side]

    Il faudra attendre de voir ces nouvelles éditions in extenso avant de se faire vraiment un avis, cependant : je ne suis pas absolument convaincu par l'argument qui voudrait que les chef op seraient les garants absolus de la conformité des ces versions aux films sortis en salles à l'époque. Ces artistes sont comme tout le monde soumis aux goûts de l'époque et peuvent aussi changer d'avis. En l'occurence, ce qui me semble (peut-être à tort) ressortir de ces comparatifs, c'est que toutes ces nouvelles éditions seraient globalement plus froides que ce qu'on a vu jusqu'à présent, avec des couleur
  22. riton

    Perfect Blue - Satoshi Kon - 1998

    Paprika supporte aisément les visonnages répétés tant y'a à manger dedans. Donc tu peux y aller sans crainte.
  23. J'ai pas vu Expendables, mais je veux bien te croire. Sinon, c'est vrai que la scène finale de Hard Boiled, c'est un peu un gros gâteau avec plein de crème. Ceux qui aiment peut s'en foutre jusqu'au ras des babines, mais ça peut écoeurer ceux qui n'apprécient pas. J'adore ce passage, mais je le trouve aussi moins précis, moins brillant que celui du salon de thé du début.
  24. Quand même... y'a des passages une peu mélos/lourdingues chez Woo, d'accod. Encore que ça fasse partie du charme HK de l'époque. Mais il y a des scènes d'action insurpassées : la scène d'ouverture est de A toute épreuve est juste immense. J'ai du me la taper plus d'une dizaine de fois, et elle me semble toujours aussi incroyable à tous points de vue. Je ne vois aucun actionner ricain qui puisse rivaliser dans ce genre de rythme/montage/mouvement. Et comme Stephane, j'ai découvert Woo avec ce film en salle, lors de sa première courte sortie en VF . Et je suis sorti avec un sourire qui a mis
×
×
  • Créer...