Jump to content

The Exorcism of Emily Rose - Scott Derrickson (2005)


Cyril
 Share

Recommended Posts

A bitter and repressed single lawyer (Laura Linney) takes on the church and the state when she fights for the life of a priest who performed a deadly exorcism on a young woman. Linney must battle the cocky state lawyer as well as her own lonliness, as she realizes that her career so far has not fulfilled her, nor is she happy in her job on a day to day basis.

 

 

http://www.imdb.com/title/tt0404032/

Link to comment
Share on other sites

je pense comme toi mister Wonder ... je sais pas pourquoi mais elle me plais. Elle est pas très jeune

 

 

Laura .. quel doux prénom pour une si jolie actrice. Je sais pas pourquoi mais elle m'attire ... son ravissant sourire, ses yeux pétillants de gentillesse, son corps qui promet milles merveilles, sa voix si douce et caline ...

 

Je sais pas pour vous ... mais je lui peterais bien le cul avec ma grosse clé à molette ...

 

Désolé Wonder .. j'ai pas pu me retenir.

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

4659_print.jpg

 

Un film intriguant, qui ne laisserait presque pas indifférent s'il n'aboutissait pas en provocation pour les amateurs de fantastique d'une part et ceux qui ont horreur de se faire manipuler par un quelconque lobby judéo-chrétien d'autre part. Je commencerai par dire que "Emily Rose" est tout sauf un film facile, on sent quand même une vraie sincèrité derrière le projet, et un minimum de conscience artistique. Le film démarre très très bien, et malgré les sentiers battus qu'il traverse (autant du côté du film de possession que du film de procès) on sent bien qu'on a affaire à un film qui ne ressemble presque à aucun autre. Mise en scène soignée, beaucoup de personnages très interessants (le perso de Laura Linney est même passionnant d'une certaine manière), une intrigue plutôt ouverte à l'interprétation. Le problème, c'est qu'une fois qu'on a donné l'impression au spectateur qu'il avait le contrôle, on a sa confiance, et au bout d'une heure de film, il y a comme un truc qui cloche, l'objectivité commence à être remise en question. Et c'est insineux, il faut être très attentif, mais la manipulation est réelle, et ma foi plutôt impressionnante (dans le sens dangeureux du terme). Au final, d'un seul coup tout semble orienté (ouvertement hein) envers un discours en faveur de la foi religieuse, mais il est presque impossible pour un spectateur lambda déjà conditionné à certaines croyances de ne pas s'impliquer alors dans la thèse développée par le film. Un vrai cas à part parmi les gros succès imprévus de ces dernières années, qui nécessiterait une analyse approfondie.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Tiens, Allan Theo avait loosé sur ce coup-là

 

M'enfin bref... Je rejoins totalement l'avis de Movierev sur ce film. Intéressant, intriguant, hybride et le cul entre deux chaises avec un final un poil douteux qui laisse une sensation désagréable de tentative de bourrage de crâne non pas forcément pro-chrétien mais qui semble pousser les athées à devenir agnostiques. Morale finale à la limite de l'acceptable donc, et c'est bien dommage car le film est diablement efficace dans ses scènes d'exorcisme certes pas exemptes de clichés mais en même temps, comment faire autrement? Mention spéciale à la possédée de servie, Jennifer Carpenter, dont les expressions faciales seules suffisent à foutre une trouille bleue

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...