Jump to content

21 grammes - alejandro gonzalez inarritu - 2003


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

Amours vaches. Bienvenue dans le tohu-bohu annexé du tambour d’une machine à laver. Des divagations démantibulées et des volutes ubuesques, à l’abandon, jusqu’à un crépuscule désaffecté et neigeux. Car Alejandro Gonzales Inarritu persiste, après l’âpreté surexcitée d’Amours Chiennes, dans une dramaturgie picaresque faisant coïncider en un bouillant éclatement le destin de trois personnages décontenancés, filmés au plus près, à même le corps pigmenté, cadavérique, délaissé.21 GRAMMES

 

Les obsessions sont analogues, le deuil d’un enfant – que le cinéaste exorcise à chaque coup de manivelle – et l’accident de voiture malencontreux. Autour de cette tragédie, et de la culpabilité ou de la rédemption qui pourraient en découler, se cristallise, comme autant de minces pellicules arrachées à un support brut et peu engageant, le destin écartelé d’un professeur de Mathématiques en attente d’une greffe cardiaque (Sean Penn traînant son spleen empesé), d’une mère de famille ex-junkie (Naomi Watts, révélation de Mulholland Drive et de The Ring, sublime d’ambivalence anxieuse) qui voit ses proches décimés sous les roues d’un ex-taulard embrigadé par les dogmes de l’Eglise (Benicio Del Toro labile et claquemuré). Evidemment, la trouvaille de génie, le cachet auteuriste et dissident du long métrage provient de sa dislocation flétrie, d’une temporalité déstructurée qui voit virevolter des blocs sécables entrelaçant passé, présent et futur. Au début cela donne une joyeuse pagaille drolatique et intrigante, sur la fin cela commence sérieusement à sentir l’esbroufe fate. Car l’habillage amèrement ostentatoire (grain rugueux et filtres appuyés) s’il n’a pas le manichéisme chromatique drastique du Traffic de Steven Soderbergh se distingue tout de même par sa vanité stérile. Les codes se font évanescents, les afféteries de style masquant à grande peine les caractères faméliques, stéréotypés et versatiles. Seule Charlotte Gainsbourg tire son épingle du jeu, par la limpidité de sa présence fantomatique, par sa quête impérieuse de maternité et de filiation. Pour obtenir le sperme de son conjoint agonisant elle est prête à tout, voire à la nécrophilie. L’humanité affalée déserte ainsi insidieusement le film cosmopolite, pour s’évaporer – soupirs dévastés d'êtres accablés – dans les terres retirées d’un pays en déshérence (broussailles esseulées, poussières dansantes, gueules exténuées). La chosification insipide pointe à la dernière image, cette piscine vide n’est autre que la cage thoracique béante d’un homme ayant rejeté son nouveau cœur – d’ailleurs le premier plan anémique nous montrant le corps opalescent de Naomi Watts allongée devant un Sean Penn méditatif renvoie immanquablement au dernier plan (le personnage de Paul ayant été vu plus tôt contemplant le spectacle de la déliquescence corrodée du bassin). Au centre de l’oeuvre perturbée, faussement transgressive et sinistrement suicidaire rien ne saurait palpiter – sauf si l'on bat nerveusement sa coulpe –, la métaphysique frelatée et l’eucharistie dévote auront eu raison de la linéarité salutaire. Pourtant, quelque part, Cristina – la harpie camée, shootée à la violence et à la mort – aura été fécondée.

 

«La Terre a tourné pour nous rapprocher». Dans sa thématique théologique maniériste et disposée l’immaculée conception n’est pas la plus mince des couleuvres que le cinéaste nous fera avaler, jusqu’à la nausée. Ce Dieu miséricordieux contempteur qui préside à l’avènement d’un futur synonyme de souffrances est alors illogiquement adulé alors que le scénario crie son reniement. Accepter

les caprices du hasard, certes, les voies du Seigneur sont impénétrables, mais le déni de l’évolution progressive et séquentielle résonne comme un désaveu de la faculté curative octroyé par l’Être Suprême. Jack se transmue suivant cette optique indigente et fanatique en alter ego vespéral de Job. Parabole, sainte trinité, blancheur livide de la pureté, Inarritu appose diligemment le reliquaire exégète de l’iconicité religieuse, tombant alors dans la cadence foutraque qu’éconduisait le Crossing Guard de Sean Penn sur un postulat pourtant analogue. Ses desseins esthétiquement troubles se parent d’une évidence fulgurante, répugnante et désemparée, celle de l’éveil exsangue à sa propre conscience de sa géographie mystique atrophiée – prostré et rétif, il élude méticuleusement la scène du drame originel mais flotte autour d’elle d’un voyeurisme phagocytaire, écrasé par l’attrait d’une violence froide et sèche. La causalité taillée au cordeau emporte le propos aux tréfonds d’une philosophie déficiente, d’une société morcelée expulsant ses interférences humaines et autres anomalies trop complexes pour réchapper au broyeur fastidieux des tressautements de la caméra portée à l’épaule. Voici des constituants à la dérive, honnis dans le néant anesthésié, comme autant de grammes de finesse saupoudrés au sein d'un monde de brutes (l’aréole rosée de la poitrine de Cristina, perdue sur la frêle immensité de son enveloppe charnelle blême et émouvante). Vingt-et-un grammes c’est encore trop lourd pour que l’âme visqueuse gorgée de mollesse s’envole au plus haut des cieux, délivrée de ses tourments. Et l’averse duveteuse de flocons mort-nés de s’épancher placidement.

 

 

Link to comment
Share on other sites

J'avais lu le scénario avant de voir le film et j'avais été très impressionnée par sa structure éclatée qui m'avait incitée à continuer à lire. Cependant, ça passe mieux par écrit. L'avantage d'une construction aussi peu linéaire est que l'on apprend vite à connaître les personnages et que l'on passe d'une émotion extrême à une autre en très peu de temps. Mais ce rythme staccato mériterait de beaucoup plus ralentir vers la fin pour donner au spectateur le temps de souffler, de se poser afin de prendre un peu de distance bienvenue avec les drames se superposant depuis le début. Il y en a même presque trop, chaque personnage est extrêmement bien développé, sa vie et son entourage existent pleinement et on a l'impression qu'il y aurait matière à en faire une trilogie.

 

Penn, Watts et Del Toro sont éblouissants dans leurs rôles respectifs de mari égoïste de par sa souffrance et son attente d'une greffe du coeur, d'une mère de famille fragile et dépassée par les évènements, et d'un père de famille ex-taulard dont la vie vole en éclats irréparables suite à un accident de la route où la petite famille de Watts se fait tuer.

Seule Charlotte Gainsbourg est trop mauvaise actrice pour tenir face à ses trois personnages à facettes multiples. Elle sera éphémère et discrète pour les uns, mais fade et invisible pour les autres.

 

Comme le dit PW, culpabilité et rédemption sont au programme de ce film incroyable qui explore à merveille les tréfonds de l'âme humaine sans tomber dans l'excès ou la lourdeur de son propos. C'est dur, c'est brut, c'est sans concessions, sans beauté et surtout, sans mièvrerie ou hypocrisie.

 

10/10

Link to comment
Share on other sites

Wonkley, est-ce vraiment toi qui a écrit ça ?

Ou sont passés les LOOOOOOOOOOOOOOOOL

et les ILLLLLLLEFFFFFFFFFFFFFFFOOOOOOOOOOOOOO ?

 

Je suis tout perturbé

 

 

Sinon, excellent film, profondément pas drôle, original, brillament interprêté et très bien écrit.

 

se distingue tout de même par sa vanité stérile

 

Ah, le talent ne cessera de rencontrer des détracteurs

Il suffit de voir Anderson vs DVDRama pour s'en rendre compte ...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
J'ai vu aucun de ses films, mais je suis sur que je vais pas aimer non plus !

 

 

perso j'ai vu tous ses films et j'aime pas beaucoup, son meilleur film reste pour moi Amours Chiennes avec une première demi heure terrible

après c'est de la branlette, c'est "beau", bien fait mais très creux et trop "regarde mon film d'auteurs"

 

je t'encourage vivement à découvrir Amours chiennes

Link to comment
Share on other sites

  • 10 years later...
  • 1 year later...
 Share

×
×
  • Create New...