Jump to content

Le cri des ténèbres - William Fruet - 1980


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Après l'excellent Rape & Revenge/Survival Week-End sauvage du même Fruet, j'avoue que ce titre là m'a laissé un peu froid de son côté, surtout au vu du spitch très prometteur...

 

La jeune Maude quitte la ville pour aller passer l'eté chez sa grand-mère maternelle, qui entretient comme elle peut une grande bicoque qu'elle a restauré en pension de famille. Autrefois, le lieu servait alors de funérarium...

Malgré le dévouement de sa grand-mère, et la présence protectrice de son nouveau boyfriend, Maude est particulièrement peu à l'aise, à la fois menacée par la présence d'un chat noir agressif (ben tiens...), et peu indifférente aux discussions étranges qu'elle entend dans la cave. Bientôt, un couple de pensionnaires est tué non loin de la maison, alors noyé avec leur voiture...

 

Les premières images séduisent (maison décrépite sur fond de ciel crépusculaire, utilisation discrète mais appréciable de la Steadycam...) et ont se laisse embarquer volontiers dans ce suspens classique, mais résolument efficace (la pièce interdite cachant un terrible secret) rappelant vaguement le superbe Montclare qui sera tourné deux ans plus tard à l'autre bout de la planète, jouant sur les mêmes notes de mystères et les ambiances rurales pas nettes. Fruet filme correctement, ses acteurs tiennent la route, dommage que certains figures au bord de la caricature viennent ternir un peu le tableau (rednecks abrutis, citadines hystériques...).

 

Le problème c'est que Fruet tourne un peu en rond, et le rythme en dent de scie n'aide malheureusement pas à garder la cadence. Pire encore, la révélation finale est en fait d'une connerie désarmante

plagiant ouvertement la conclusion de Psychose, ce qu'on avait vu venir fermement auparavant sans trop en tirer des conclusions

.

C'est bien dommage...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...