Jump to content

Aurore - Luc Dionne (2005)


Ekynox
 Share

Recommended Posts

Ça faisait drôlement longtemps que je n'avais vu un film aussi déprimant...J'en sors et j'ai pris un bon coup de cafard.

 

Alors voila, je rappelle pour ceux qui n'ont pas suivi; Aurore, c'est l'histoire d'une petite fille qui fut maltraité à mort à la fois par sa marâtre, mais aussi par son père. Un drame véridique qui fut porté à l'écran en 1951 et dont on peut voir la nouvelle version aujourd'hui. À vrai dire, c’est assez étrange l’intérêt pour cette histoire dont on connaît tous la fin…

 

Cette version ci s'attarde non pas à la relation marâtre-Aurore, mais plutôt aux raisons de ce drame et qui en sont les acteurs.

 

Bien assez tôt on saisi qu'on aura affaire à un film tire-larmes. Plusieurs éléments viennent renforcer l'effet; musique violon-piano (qui est très jolie tout de même) omniprésente et « visible », une photo très sombre, souvent glacée, des fondus au noirs à pratiquement chaque fin de scènes (y a de l'abus). Les personnages présentés sont pratiquement tous des salauds, certains atteints d’une pathologie (la marâtre), des martyrs, des malades, des simples d'esprits, des intellectuels arrogants, merde y a personne à qui on peut s'identifier (et ça n'aurait pas été une mauvaise chose si le but aurait été autre que de sombrer dans le pathos). Ajoutons un récit se déroulant l'automne et l'hiver, beaucoup de pleurs, de remords, de cris... C’est bien simple, il n’y a aucune lueur de bonté ou d'espoir dans ce film. À force de se faire présenter des images aussi dures, y a les larmes qui s'échappent inévitablement.

 

C'est lorsqu'on arrive au deuxième acte qui se concentre davantage sur la relation entre Aurore et la marâtre que ça devient encore plus dur...Et c'est aussi la partie la plus réussie.

Les sévices infligés ne sont pas montrés à l'écran. La caméra va plutôt s'attarder sur des visages qui assistent, impuissants à la scène. Et là je peux vous dire que c'est diablement efficace. Ces "reactions shot" mêlées avec les cris d'une enfant, ça vous brasse drôlement en dedans. Par la suite, on voit le résultat des sévices. On nous présente seulement les choses, on ne nous montre presque jamais le point de vue d’un personnage. Et nous on regarde…C'est vraiment dérangeant.

 

Malgré tout, il y a bons nombres de lacunes dans le traitement du récit. Trop personnages inutiles et peu développés, on insiste trop sur le thème de la loi du silence, alors qu'en jouant cette carte, le drame et la relation entre la marâtre et Aurore s'en retrouve un peu noyé. À cet effet, les scènes qui se déroulent à l’extérieur de ce drame ne ralentissent que le rythme et sont vites répétitives (les villageois qui répètent « ça ne me regarde pas », « c’est pas de mes affaires », « c’est juste des rumeurs » etc.) et plombent la tension. Aurore est tout de même le cœur du récit et là, on sent très bien que l’intérêt n’était pas de s’attarder sur le personnage, de définir sa complexité ou comment elle vit ses souffrances, mais bien de mettre le doigt sur les coupables et de raconter comment une telle tragédie à pu arriver. Ça reste bancal dans son ensemble, mais une chose est certaine, bordel que ça fait mal à certains endroits. Rien à voir avec la version de 1951. Complètement l'antithèse. Complètement.

 

Comme dans pratiquement tous les films québécois, il y a d'un côté les acteurs de métier et de l'autre les humoristes ou autres vedettes. On sent à plusieurs moments la différence de calibre. Bref...

 

À ma connaissance, il n'y a pas beaucoup de films qui traite du sujet, alors simplement pour ça, ça peut être intéressant d'aller le voir.

 

Link to comment
Share on other sites

En effet, je serais étonné aussi !

Cela dit, un film à surveiller: C.R.A.Z.Y qui risque très certainement de se retrouver dans vos salles. Pour le moment, il sera présenté au festival de Venise ce qui augmentera sans doute ses chances pour une distribution étrangère.

 

4 588 863 $ pour sa onzième semaine.

 

J'en parlerai prochainement

 

 

Pour les bandes-annonces:

 

http://www.cinemamontreal.com/aw/crva.aw/p.cm/r.que/m.Montreal/j.f/i.8020/f.C_R_A_Z_Y_.html

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...