Jump to content

La Petite Aurore l'enfant martyre - Jean-Yves Bigras (1951)


Ekynox
 Share

Recommended Posts

Ce que j'avais écrit sur DD, question de comparer Aurore (2005) et celui-ci.

 

__________________________

 

Ça y est.

 

Sans doute qu'il était perdu dans une botte de foin de l'oncle Gustave, voila qu'il arrive enfin en DVD:

 

 

(Désolé pour la photo, c'est ce que j'ai trouvé de mieux )

 

Si vous vous intéressez un tant soit peu au cinéma québécois, bouder Aurore serait bouder un moment marquant qui s'est inséré dans notre culture. Et oui.

 

Basé sur une histoire vraie, le film raconte les atrocités que subira Aurore (Yvonne Laflamme) causées par sa méchante marâtre (Lucie Mitchell). Aurore tentera de la dénoncer, mais son entourage est trop con pour s'aperçevoir de la tragédie. Même le père Anatole.

 

La marâtre fera bouffer du savon à Aurore, la poussera dans les ronces, la brûlera avec un fer à friser et les ronds d'un four... et j'en passe.

 

 

Ajoutez donc à tout ça une mise en scène pitoyable, des faux raccords à la pelle, un jeu d'acteur foireux (mais hilarant, il faut voir Lucie Mitchell se complaire dans sa cruauté), des situations tout simplement délirantes (les scènes de tortures bien entendu) et surtout une musique d'ORGUE venant appuyer lourdement les moments dramatiques... interprété par la vieille Germaine Janelle Évidemment, si vous avez en horreur l'accent québécois ( ) peut-être allez vous devoir passer votre chemin, car dans les années 50, c'était encore plus bûcheron et campagnard que maintenant. Mais que l'on veuille ou non (en plus d'être sans aucun doute le premier nanar québécois) "La Petite Aurore l'enfant martyre" est un film important du patrimoine culturel qui semble avoir marqué plus d'une génération en plus de l'avoir représenté (dont le père "looser", la victimisation et l'expression "né pour un p'tit pain" qui revient sans cesse dans notre cinéma, même de nos jours). Ajoutons, que Lucie Mitchell (la marrâtre) a éprouvé toutes les misères du monde à se trouver d'autres rôles, tellement que la population l'a détesté (en tant que personnage et non pour sa performance ) à la suite de ce film. Elle se faisait même cracher dessus dans la rue !

 

Point culminant du film...le poële!!

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...