Jump to content

L'échelle de Jacob - Adrian Lyne - 1991


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Presque 20 ans plus tard, on a toujours pas compris le coup de génie qui a ébranlé Lyne, spécialiste du produit papier glacé avec pas mal de colorants et peu de conservateurs. Exit les grandes têtes d'affiches, les spitch semi-sulfureux et les dérives adultérines : place au cauchemar.

 

Après avoir participé à la guerre du Viet-Nam et s'être séparé de sa famille après le décès de son fils, Jacob trouve le réconfort auprès d'une jeune femme brûlante et caractérielle. Mais son train train de vie va devenir un enfer lorsque des formes incertaines et des spectres démoniaques viennent lui rendrent visite.

Incroyable de constater avec le temps l'influence majeure du film de Lyne sur tout un pan de l'imagerie du cinéma d'horreur actuel, des créatures agitées de spasmes hystériques, aux décors cramoisis suintant la rouille et le sang en passant par les aléas temporelles et oniriques du héros. Et la saga vidéoludique Silent Hill s'empressant de parachever l'univers délétère instauré.

 

Rarement on avait eu l'impression de vivre un cauchemar aussi étouffant, à quelques encablures de Labyrinth Man (sans les dérives surréalistes et contemplatives), de Polanski et de Angel Heart, frère de sang du film de Lyne. En attendant un Blu-Ray qui arrivera espérons le un jour, le zone 1 comporte des scènes coupées TRÈS INTÉRESSANTES non retenues sur le disque de Studio Canal. En réalité, presque toute une partie de la fin a sauté : bande de salauds !

 

Visible ici

 

 

 

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Ben moi je l'ai vu qu'une fois, j'ai trouvé ça bien, mais j'ai aucune envie de le revoir. C'est très bien, très beau, tout ça, mais je suis jamais vraiment rentré dedans.

Ma soeur, elle, a carrement detesté et m'a donné son DVD ya qques mois ! Et je le reverrais pt etre jamais malgré ça

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 1 year later...

Etonnant que l'on parle plus haut de L'antre de la folie, car j'ai revu les deux films avec ma moitié et le Lyne est pas passé du tout. Comme quoi, le film ne fait pas autant l'unanimité contrairement à ce que je m'étais imaginé

 

Toujours un grand moment de cinéma en ce qui me concerne, bien qu'un poil trop lent par moment. Et à vrai dire, je me demande si le film peut fonctionner encore tant la conclusion semble tellement évidente depuis le début. Mais la réutilisation ad nauseum du thème

"je vois des choses bizarres = t'es mort et tu le sais pas"

n'aide pas beaucoup j'en conviens. J'aime en tout cas ses détails bizarres et ses créatures dérangeantes qui réservent des scènes d'hallucinations toujours aussi malsaines.

Je reviens sur les trois scènes coupées, toutes trois très réussies, et qui gonflaient considérablement la dernière partie (un peu trop même). Ainsi, outre une scène de flippe dans un glory hole, toute la sous intrigue autour

d'un prétendu sérum visant à calmer les délires de Jacob, a été fustigé. On le voyait délirer dans une chambre d'hôtel miteuse, face à un monstre lovecraftien qui sortait alors du plafond.

. Quant à la séquence finale

on avait la confirmation que Jezebel était une succube venue hanter Jacob, ce que le montage final ne faisait que supposer sur certaines scènes

.

Esperons que Studio Canal livre un blu-ray plus convaincant que le dvd et réhabilitera les dites scènes

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

Vu pour la première fois à l'instant, et pour avoir vu l'antre de la folie pour la première fois aussi il y a peu (quand il est repassé au cinéma), je peux dire que le film de Lyne est largement meilleur que celui de Carpenter. Enfin, il fait moins vieux, en tout cas.

 

Merci à Jérémie pour ces explications sur les scènes coupées, vues qu'elles ne sont effectivement pas sur le dvd, et ça explique pourquoi dans la bande-annonce

 

 

Le chimiste dit qu'il peut calmer les effets de l'échelle de Jacob, alors que ce n'est pas dit dans le film

 

 

Par contre, avec un titre comme celui-ci, je m'attendais à plus de références bibliques. Elles y sont, mais d'une manière à la fois voyantes (les noms bibliques, et donc la fameuse échelle de Jacob) et à la fois cachée

 

 

En fait l'échelle de Jacob, c'est l'escalier qu'il prend à la fin ? Ou c'est juste un jeu de mot parce qu'il s'appelle Jacob, et qu'il est mort. Et pourquoi sa copine s'appelle Jezebel ? D'après Wikipedia, c'est un personnage biblique qui a essayé d'emmener un prophète vers un faux dieu, mais ça n'a pas grand chose à voir

 

 

 

Visuellement, le film est classe, avec comme le dit Jérémie des éléments qui ont bien alimenté les survival horrors, silent hill en tête. La scène de l'hôpital, et l'hallucination lors du réveillon sont terribles !

 

Après, je pense que le défaut du film est d'avoir un twist au cul plus gros que Serena Williams et Nicky Minaj réunis, et après Angel Heart, je pense que les spectateurs devaient se dire qu'il y avait sacrément baleine sous gravillon. Mais c'est pas grave. Au contraire, je trouve ça cool :

 

 

Le mec est mort, mais parce qu'il n'a pas accepté sa mort, il arrive à vivre dans une sorte de réalité parallèle où il aurait survécu. Sauf que cette réalité est parasitée par l'apparition des démons, pour lui rappeler sa mort. On dirait du Ubik, je trouve cette idée très forte. J'aime l'idée que le mec arrive à aller suffisamment loin dans son après vie pour comprendre ce qui s'est passé. Le sixième sens s'est vachement inspiré de cela, il me semble

 

 

Elizabeth Pena est super sexy dans le film. Quand on va sur sa fiche IMDB, on se dit que c'est moche de vieillir.

 

Enfin, il y a des guest sympas : Macaulay Culkin tout jeune, le docteur Benton d'urgence, et Jason Alexander de Seinfeld.

 

Bref, content de l'avoir enfin vu.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...