Jump to content

Predators - Nimród Antal - 2010


Kerozene
 Share

Recommended Posts

  • 1 month later...
  • Replies 56
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Ah et puis j'aime pas cette image numérique à deux balles ça va être tout le temps comme ça les films de cinéma maintenant? ça va ressembler à des telenovelas?

Je me suis fais la meme reflexion en voyant ce film.

Je me suis demandé si le projectionniste n'arrivait pas a faire la mise au point ou si vraiment le cinéma du futur allait désormais nous servir ce type d'images baveuses et floue...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Mouaih, vu dans l'avion et sans avoir détesté je dirais que c'était quand même bien à chier.

Broody prends la voix de Bale dans les batmans de Nolan, et on s'ennuie sec a attendre que le film se finisse.

Assez relou pour ma part, j'ai même failli arrêter le film et ne pas le finir.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

je dis comme tout le monde, c'est nul, y'a pas d'âme dans ce film, putain j'y croyais quand même, l'idée des plus méchants enculés regroupés pour buter du Predator ça me plaisait mais en fait non, on dirait une idée d'un gamin de 15 ans, en plus ils font tous pitié, putain Adrien qui comprend tout ce qui se passe et l'explique aux autres c'est juste minable, ça + le twist inutile + les Predators qui font pas peur + pas de gore = pas bien du tout.

 

Maintenant je comprends Steve quand il me disait que c'était bien fait pour sa gueule à Laurence Fishburne que sa fille se fasse emmancher devant tout le monde.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Rho la tristesse!

Le film accumule quand même les tares comme une bête:

- les seules bonnes idées visuelles sont reprises à l'identique (ou en moins bien) du premier film

- Brody (que j'aime beaucoup) n'est clairement pas à sa place, il est ridicule et en fait des caisses en vilain dur super badass

- Brody et ses punchline: j'ai pu TOUTES les réciter avant même qu'il ne les lâche

- iconisation foireuse

- twist à la con qu'on voit venir gros comme un camion au moment de l'introduction des personnages

- Fishburn a bouffé du LSD

- la sulfateuse du gros russe fait un bruit de mobilette

- Antal ne sait pas filmer la jungle

 

Bref, Neil Marshall, tu fais chier, il était pour toi ce film!!

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

C'est pas mal, mais faut savoir à quoi s'attendre, soit un mélange improbable entre Cube et Jurassic Park 3, avec des predators dedans.

 

Effectivement, la jungle, c'est visiblement pas le meilleur endroit où mettre Nimrod Antal, qui filme tout ça comme si il se baladait au jardin des plantes. Par contre il réussit quelques belles scènes, comme le combat du Yakuza.

 

Adrian Brody qui joue au mercenaire avec sa mitrailleuse et son gros nez, ça passe plutot bien, mais il rame un peu pour donner de l'envergure à son personnage. Et il manque clairement à cette troupe de gugusses un personnage qui sort du lot. Quand apparait un Laurence Fishburne qui semble retourner son Apocalypse Now, on se dit que c'est gagné, mais

 

 

ce gland décide d'en avoir marre de survivre depuis 10 ans et meurt comme une bleusaille face à un Predator qui se souvient soudain de comment on chasse les taupes.

 

 

Zut alors.

 

Les apparutions des Predators, c'est le manque de classe à son meilleur, par contre ils ont une bonne gueule. Et cette histoire de tribu qui se fout sur la tronche pour passer le temps est complètement mal branlée, mais a le mérite d'apporter un peu de fraîcheur.

 

je passe sur le fait que personne n'a l'air interloqué de se trouver sur une autre planête ou par les dialogues explicatifs (dont tout le monde se branle en fait ).

 

- bref, on sait pas comment ils s'apellent, mais ils mettaient déjà la race à Arnold en 87.

- ah ouais. il reste du jambon ?

 

Bref, écrit et produit par Rodriguez, qui comme dit Lezob, aurait peut être mieux fait de le tourner lui-même avec Dani Trejo dans un vrai rôle, Cheech Marin, Tito Larriva, Salma, Mickey Rourke et Enrique Eglesias (ah non).

Link to comment
Share on other sites

Un métrage qui commence très fort avec une ouverture en chute libre. Plus abrupt tu meurs.

 

Predators brasse ensuite pas mal d’influences : Cube (les enlèvements mystérieux), Lost (persos catapultés dans une jungle étrange) et Les chasses du Comte Zaroff (avec des Predators toujours friands de chasse à l’homme).

 

Ca continue tambour battant avec de la grosse action qui débourre, animée par une galerie de tronches pas possibles : Adrien Brody, Oleg Taktarov (qui me fait toujours furieusement penser à un Charles Bronson version stéroïdes), Danny « Machete »Trejo, Walton « The Shield » Goggins et, plus tard, Larry Fishburne.

 

Pas mal de références au chef-d’œuvre de McT : le gros Russe nous ressort la mitrailleuse gatling de Jesse Ventura, le Yakuza et son katana remplacent le militaire aux couteaux, la vision thermique (incontournable), l’évocation des aventures du Major Dutch Scheffer.

 

Bien tendu, le film se prend un méchant coup de mou à partir de la rencontre avec le personnage de Fishburne (Ronald Noland … ça c’est du nom !).

 

J’ai un peu décroché à partir de là

 

Rien de neuf dans l’intrigue et une action moins décapante qu’au début, c’est dommage.

 

Si l’idée de ramener des humains sur une autre planète pour les chasser était plutôt bonne, je trouve que le fait que l’action soit entièrement située sur une autre planète nuit grandement au film. C’est trop fantastique, le danger semble moins prégnant que sur terre. L’univers fait factice

 

Autre bonne idée qui foire à l’arrivée : le fait que le personnage de Fishburne maîtrise la technologie de camouflage des guerriers de l’espace. Pas du tout exploité !

 

On se console un peu avec quelques passages mieux foutus que les autres (mention spéciale au combat au sabre contre un Predator, passage incongru mais bel hommage au chambara ).

 

A l’arrivée, un film distrayant mais pas inoubliable.

 

Un actioner SF qui commence sur les chapeaux de roue mais ne tient pas la distance.

 

Moyen

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...