Jump to content

The house of the devil - Ti West - 2009


Jeremie
 Share

Recommended Posts

J'ai un souvenir soporifique de The roost et je n'ai pas vu Trigger Man. Le fait est que, malgré ces antécédents, l'affiche du dernier film de Ti West est sans doute la plus belle affiche "à l'ancienne" qu'on est pu voir. Et pas d'effets Grindhouse s'il vous plaît...

 

Mary Woronov + Tom Noonan + Dee Wallace, pourquoi pas. Mais cette histoire de maison hantée a l'air cheap et pas bien intéressante. Mais bon, belle affiche quand même...

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • 4 weeks later...
  • 3 months later...

Le film est tellement fond dans son trip retro que même un bundle vhs/dvd vient de sortir :

 

http://www.amazon.com/gp/product/B003360JKY?ie=UTF8&tag=film-20&linkCode=as2&camp=1789&creative=390957&creativeASIN=B003360JKY

 

Il le fooooooooooooooooooooo

 

Sinon bon, je l'ai loupé à Gerardmer, et je viens de rattraper ça C'est beaucoup, beaucoup mieux que The Roost, et pour cause on pense pêle mêle à des titres comme The sentinel, Halloween ou Trauma.

Jocelin Donahue est une sacré beauté, l'aspect revival est assumé de bout en bout (score au synthé et actrices plus vraiment dans l'air du temps) et la dernière partie sa vautre dans la boucherie. Un bemol tout de même : il y a quand même une bonne partie où il ne se passe rien, aussi bien dans le bon sens du terme (horreur malheur, qu'est ce qui se passe ?!) que dans le mauvais (je glande, je suis une baby-sitter, je me fais chier).

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

alors, au début, j'ai trouvé ça génial, le côté 70's très réussi, l'ambiance vintage. Le début est un peu lent, "super" me suis-je dit, ça colle justement avec cet aspect du film, ça met en place l'ambiance, ça fait monter la tension. Et puis, quand au bout d'une bonne moitié de film, l'ambiance est là, la tension est à son comble...et non, rien n'arrive, comme dit Jeremie, rien, ni d'horreur, ni de pas horreur, ni rien. La baby sitter s'emmerde grave, et nous avec! Du coup,le soufflet retombe, la boucherie arrive trop tard alors que je me suis déjà désinteressé du shmilblick, comme un cheveu sur la soupe je trouve. Et cette partie là m'est apparu presque baclée au final! Et je trouve que la fin tombe à plat, une montagne accouchant d'une souris!

grosse déception pour ma part.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Très grosse montée en tension tout le long du film.

Moi c'est tout le contraire de vous, c'est quand il commence à "se passer quelque chose" que je trouve le film moins réussi.

 

Après, on sent que les gars ont étudiés à mort les films des 80's car on sent que les images, le montage, le rythme, la bande son, tout est fait pour vous emmener dans un trip "je regarde un classique du film d'horreur des années 80 en VHS". Et ça fonctionne super bien, la mise en place prends son temps, mais tout est vraiment bien amené, tout est fait pour que l'ado de 2010 s'impatiente et attende ses scènes "torture porn" qui ne vont jamais arriver comme un con. Manquait plus que les images VHSisées pour faire comme Tarantino avec la pellicule.

 

Super séance pour ma part.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Je rejoins monsieur Moustache, j'ai adoré ces scènes "où il ne se passe rien", car l'atmosphère du film y trouve son apogée... on est face à une perpétuelle attente et celle-ci n'est pas chiante car Ti West parvient finalement à la rythmer de manière maline et efficace. Perso je n'ai été tendu à aucun moment, mais ma moitié a passé 45 minutes à se raidir et à enfoncer ses ongles dans mon avant bras, c'en était franchement fascinant... Quelle chance de ressentir les effets de la peur cinématographique pareillement... Et lorsque que le final arrive, c'est un peu la déception... principalement parce que mal monté, trop rapide, et pas assez radicale à mon sens.

Sinon le rendu 80's est hallucinant, entre le casque de walkman et ses écouteurs en mousse orange, les gobelet de coca-cola vintage et les épouvantables pantalons taille haute, c'est réjouissant de véracité!

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 1 year later...

 

ATTENTION QUELQUES SPOILERS

 

J'ai trouvé ça ultra bandant, du début à la fin. La vraie flippe au ciné pour moi c'est ça: faire monter une pression, tout du long. Pas foutre de l'imagerie super attendue à tout bout de champ (Cf. The Conjuring). Dire qu'il ne se passe rien est assez injuste, car la mise en place débute assez rapidement, avec ce coup de fil à une cabine qui commence à éveiller les soupçons. Les éléments ne manquent pas, l'éloignement de la maison, un lieu peu accueillant sans pour autant être repoussant, ses occupants qui semblent louche mais sans savoir pourquoi, des soupçons sur des petits détails (au début je croyais que le mec n'avait pas de femme, que c'était un zinzin solitaire), quelques jumpscares bien amenés et des petits pièges bien installés (le coup du livreur de pizza!). Ca se construit petit à petit, mais ça n'arrête pas, et ça marche!

Mais le principal ressort de flippe qui a vraiment fonctionné sur moi, c'est ce sentiment d'être tout seul dans un endroit où l'on ne voudrait pas être. Ca j'ai trouvé que ça fonctionnait vraiment bien. L'héroïne agit comme on le ferait dans un lieu pareil: elle a peur et essayer de le dissimuler, non pas parce qu'elle soupçonne un truc, mais sur le fait d'être seule dans un lieu aussi peu accueillant. Jusqu'à ce moment où elle soupçonne vraiment un truc louche et tout bascule. La transition se fait de manière assez intelligente et efficace. Jusqu'à cette dernière séquence qui tranche effectivement avec le reste, mais ça ne m'a pas choqué plus que ça. J'ai davantage ressenti ça comme une sorte d'explosion de la pression qui arrivait ici à son paroxysme. C'est moins "suggéré" que le reste du film, mais je n'ai pas trouvé ça "en trop" ou que ça cassait l'ambiance, ça faisait même un peu de bien, ça apporte de la diversité, d'autant plus que c'est assez court, et que ça ne se perd pas dans des explications dont on se branle la tartine. Tout ça pour s'achever sur un petit soupçon de fin ouverte, et non sur un truc super évident à base d'une menace qui n'a pas été arrêtée pour annoncer de manière tonitruante un second volet.

Quand à la réalisation, c'est aussi impeccable. Bien sûr le côté 70's est très réussi dans les moindres détails. Ca peut faire un peu trop penser à un exercice de style, mais quand c'est aussi réussi, difficile de faire la fine bouche. Mais au delà de ça, c'est très bien réalisé, simplement, avec de subtiles idées et une très belle photo.

"House of the devil" est vraiment ce que j'attends d'un film d'horreur, jamais te lâcher les couilles tout du long, surprendre, et pas le considérer comme un divertissement d'attardés. Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...