Jump to content

L'ENFER - clouzot / bromberg / medrea (1964/2009)


FUCK YOU BILL MURRAY
 Share

Recommended Posts

 

L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea. Ni fiction ni vieux film, ce documentaire, qui sortira le 23 septembre, dans les salles françaises raconte le tournage insensé de L'Enfer de Clouzot, film inachevé et dont personne n'avait pu voir les images.

 

Ce documentaire, Serge Bromberg - intarissable sur cette formidable aventure - l'a réalisé comme on mène une enquête. Et pour causes, si chacun savait qu'Henri-Georges Clouzot avait, durant le mois de juillet 1964, tourné pendant deux semaines, personne n'avait jamais vu la moindre image de ce qui aurait dû être L'Enfer, le film le plus ambitieux du réalisateur français (soutien de la Columbia américaine et budget illimité). « Mais tous les témoins de ce tournage s'accordaient pour le décrire comme incroyable même si tous avaient une version différente du tournage », raconte Serge Bromberg qui, dès lors, ne voit plus d'autre alternative que celle de retrouver ces images, pour en quelque sorte tirer l'affaire au clair.

 

La providence a voulu qu'il mette la main sur les 185 boîtes de bobines, ce qui représente rien moins que 16 heures d'images. « Et là, reprend notre interlocuteur, j'ai compris ». Compris quel enfer ce fut effectivement tant pour le metteur en scène qui s'est littéralement perdu dans son projet et pour toute l'équipe du film, à commencer par les acteurs, Romy Schneider (26 ans) absolument sublime, et Serge Reggiani, carrément malmenés par un Clouzot qui s'abîme dans la recherche sans fin de la perfection et dont les doutes laissent tout un chacun dans une incompréhension totale.

 

La suite ici : http://cannes2009.rfi.fr/fr/2009-05-19/enfer-selon-clouzot-cinema-festival-cannes-classics

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Effectivement, un docu très intéressant. On est un peu partagé à la vue de toutes les expérimentations de Clouzot, et on se dit que cet "Enfer" aurait pu être aussi bien un chef d'œuvre totalement révolutionnaire qu'un truc complètement foiré sans queue ni tête. Au vue de la filmo du maitre, on a envie de croire en la première option, mais de toute façon, l'histoire a décidé pour nous en refusant de trancher ... Reste donc un docu intéressant pour comprendre ce naufrage. Un docu qui confirme bien la réputation tyrannique du réalisateur. Le gros point fort du métrage reste les rushes enfin visionnables, dont certains sont vraiment hallucinants ! Romy est plus belle que jamais, ça regorge d'idées, de folie visuelle, pas toujours bien canalisée d'ailleurs, mais quand même, il y a de quoi avoir l'eau à la bouche. A coté de ça, le reste se suit sans trop d'ennui mais reste dans une facture assez classique. Mais bon, rien que pour voir ces bouts de cinéma absolument fascinants sur grand écran, ça vaut le détour. Libre à chacun ensuite de laisser son imagination fantasmer ce qu'on aurait pu avoir...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Vu hier soir en salle ce film passionnant qui a obtenu le césar du meilleur film documentaire il y a quelques jours. Une salle remplie à l'annonce de la venue de Serge Bromberg qui a présenté le film et a répondu aux questions de l'assistance après la projection. Le documentaire en lui même est extrêmement bien construit. On pénètre dans l'Enfer, le film de Clouzot, mais également dans l'enfer du tournage dû à la personnalité du metteur en scène et ses relations complexes et difficiles avec l'équipe du film. Les rushs, retrouvés et restaurés par Bromberg, montrent les quelques scènes tournées en extérieur et les expérimentations visuelles de l'auteur. Mais la vraie force du documentaire réside dans les interventions des protagonistes de l'histoire qui se souviennent - souvent avec beaucoup de détails - de leur expérience sur ce film. La partition composée spécialement pour le documentaire est absolument sublime et accompagne parfaitement les images. Une vraie réussite à tous points de vue. Un bon 8/10.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Docu très intéressant, et surtout très frustrant que le film ne soit pas fini parce qu'avec les expérimentations de l'équipe il y avait de quoi claquer le beignet très très fort !!

 

Une sorte de Pygmalion moderne où Clouzot l'artiste sublime sa créature Romy qui finira par le mener, lui et son tournage. Vu le film au ciné en présence du réalisateur qui nous a raconté pas mal d'anecdotes qui rendent le tournage encore plus mystérieux, plus impressionnant comme des histoires de plans impossibles à tourner (contrat avec l'acteur, conditions dangereuses, etc...) mais que l'on voit quand même dans le documentaire! Et comment ils ont été fait, là reste le mystère.

Maintenant, je veux la version Cannibal Holocaust où l'on montrera des films amateurs de touristes ayant filmé le tournage (des photos montrent bien des gens avoir pris des vidéos dont aucune n'est trouvable) que l'on puisse découvrir tout ce qui s'est passé.

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...

Très intéressant, cependant si le film voulu par Clouzot reste une frustration du fait de son inachèvement, il en est de même pour les explications relatives à l'exubérence et la folie du tournage. Clouzot en tyran, Schneider qui fait sa star, Reggiani qui pète un cable..... Tant d'éléments qui foutent la pression sur toute l'équipe mais que ne se ressentent que doucement au travers de la narration d'un docu dont le principal mérite demeure l'exhumation d'essais visuels expérimentaux absolument fascinants. J'aurais voulu plus de substance en ce qui concerne les conflits de plateau, car limiter la folie du tournage à "c'était un gros budget avec plein de monde" et "Clouzot était perfectionniste", j'ai trouvé ça un tout petit peu léger. Il semble que la loi du silence domine.

Schneider est belle, mais ce n'est rien en comparaison de Dany Carrel

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...