Aller au contenu

Amer - Hélène Cattet & Bruno Forzani, 2009


Messages recommandés

  • Réponses 116
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Oui mais toi tu racontes n'importe quoi ... Dans Amer tu n'as pas d'histoire, pas de trame, rien.. tu suis une jeune fille à 10/16 et 35ans. Le raccord entre les histoires ? Aucun.

 

Inferno c'est quoi le scénario exactement ?

 

oui enfin ses premiers gialli,ou "ténèbres","Stendhal","Le sang des innocents","Jenifer" et pas mal d'autres sont quand même bien narratifs,c'est pas du Lynch...pareil pour pas mal de films de Fulci.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pas du tout péjoratif, c'est en partie pourquoi j'adore ces films, mais on va pas me dire que le scénario de Frayeurs, de l'Au-Delà, de Suspiria ou de Ténèbres (par exemple) sont des modèles de complexité, avec des dialogues géniaux et inspirés

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mais on va pas me dire que le scénario de Frayeurs, de l'Au-Delà, de Suspiria ou de Ténèbres (par exemple) sont des modèles de complexité, avec des dialogues géniaux et inspirés

 

oui mais là tu triches tu cites exprès les films les moins narratifs de ces deux cinéastes (à part "Ténèbres" qui comme l'a dit justement Pascal Laugier est "un film écrit" )

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(à part "Ténèbres" qui comme l'a dit justement Pascal Laugier est "un film écrit" )

 

Et c'est d'ailleurs pour ça que c'est un film raté, qui ne fonctionne que sur ses scènes chocs. Cattet et Forzani ont bien compris que ce qui fonctionne dans le genre, ce n'est certainement pas l'écriture, mais juste la mise en scène brute. Et c'est ce qui rend Amer attachant, il ne rend hommage à ce genre dégénéré qu'en utilisant ses points forts, pas en se voilant la face et en développant une intrigue qui, même à l'époque, n'était qu'un prétexte à montrer du sang et de l'érotisme.

Amer contient bien une histoire, mais elle n'est que la matrice du genre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
oui mais là tu triches tu cites exprès les films les moins narratifs de ces deux cinéastes

 

J'ai choisi des films qui sont souvent cités comme références et considérés si pas comme leurs meilleurs films en tout cas comme en faisant partie. C'est sûr que les western ou les polars de Fulci sont pas de la même veine ou que Profondo Rosso (mon Argento préféré) est un film beaucoup plus écrit & dialogué que Suspiria ou Inferno, mais on peut pas nier que ce sont des reproches qu'on aurait pu faire à ces cinéastes, et qu'on leur a sûrement fait d'ailleurs.

 

Enfin bref tout ça pour dire que ça me rend extrêmement curieux et impatient de voir Amer

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(à part "Ténèbres" qui comme l'a dit justement Pascal Laugier est "un film écrit" )

 

Et c'est d'ailleurs pour ça que c'est un film raté, qui ne fonctionne que sur ses scènes chocs. Cattet et Forzani ont bien compris que ce qui fonctionne dans le genre, ce n'est certainement pas l'écriture, mais juste la mise en scène brute. Et c'est ce qui rend Amer attachant, il ne rend hommage à ce genre dégénéré qu'en utilisant ses points forts, pas en se voilant la face et en développant une intrigue qui, même à l'époque, n'était qu'un prétexte à montrer du sang et de l'érotisme.

Amer contient bien une histoire, mais elle n'est que la matrice du genre.

 

Mouais. Les films d'Argento ne comportait pas non plus du sang à profusion. Certes la mise en scène était là pour sublimer les crimes mais de là à dire que tout tournait autour des 2/3 scènes sanglantes c'est un peu pousser le bouchon. Que se soit chez lui où les autres. Le giallo ce n'est pas qu'Argento. Dans Solange y a pas de sang mais un scénario. C'est un peu facile.

Amer effectivement copie l'essence même de ce genre. Après on marche où pas. Moi j'ai marché au début mais à la fin j'en pouvais plus. Mais je comprends bien que cela puisse toucher certaines personnes. C'est pour ça que malgré ma déception, c'est un film que je reverrais et qu'il faut voir de toute façon.

Maintenant, non il n y a pas de véritable histoire. Juste des sensations autour d'un personne. Où alors faut me le dire maintenant

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

François Cognard m'autorise a vous partager ce petit bonus.

 

Un comics AMER, pondu par un critique/comics artist canadien peu après la projection du film à Montréal et l'annonce du Prix du public. Pour ceux qui n'auraient pas compris l'intrigue ! Fun non ?

 

 

Sinon la review du film (Claquage de Beignet) arrivera avec la video du Luff dans la semaine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 months later...

Alors moi, pour le coup, je rejoins tout à fait Superfly. C'est bien joli mais c'est viiiiiiiiiiiiiiiiiiide. Et s'il y a un scénario, il doit faire à peu près 2 lignes... C'est bien simple, à coté "Lost Highway", c'est du cinéma de papa.... Et effectivement, si on a déjà vu des giallos dans sa vie, bon ben voilà, ya pas de quoi se rouler par terre, si ce n'est que c'est tjrs cool de voir un film comme ça en salles... Au final, ya peut etre 15 minutes du film qui m'ont plu, le final est pas mal, et quelques séquences éparpillées ici ou là fonctionnent bien... Mais le reste, soit 80% du film m'a fait chier à un point.... C'est un peu un film d'autiste, comme si Fabrice du Welz avait fait un giallo par exemple... J'ai pas envie d'en dire specialement du mal, la séance n'est pas entièrement négative, mais clairement, c'est la deception qui l'emporte malgré tout...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelque part, ce film m'a réconcilié avec Tarantino, parce qu'il m'a rappelé que repomper des films de genre, ça nécessitait quand même un certain talent et univers perso pour donner un truc de qualité au final !

 

Et qu'on me parle pas de budget, c'est une question de personnalité et il y a plus de personnalité dans 5 minutes d'un "Reservoir dogs" qui a pas du couter des milliards que dans tout "Amer" !

 

Mais bon, je dois être un con de toute façon

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un coté on peut trés bien ne pas aimer les films que d'autres apprécie hein tubby, je trouve que Damien a quand même pas été vache et a expliqué pourquoi le film ne l'avais pas touché.

On va pas partir en trollage (et pourtant je suis adepte de la chose) sur ce forum pour si peu nan ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je veux pas à tout prix défendre le film mais par rapport à ce qui a été dis plus haut, pour moi, à la création même du film, ils ont pas cherché à avoir une histoire ou non, il y a un fil conducteur mais ca ne représente pas du tout son intérêt. Le film est limite expérimental, une expérience sonore et visuelle très très riche.

je veux bien comprendre qu'on rentre pas dedans à cause de ça, qu'on se fasse chier ok, personne n'est obligé d'aimer et on peut être deçu de ne rien avoir eu coté scenar pour se caler l'estomac (surtout si y'a de l'attente sur ce point). Là où je veux en venir c'est que ce serait comme de dire au final : tiens j'ai vu 300 et l'histoire est super bidon.

 

c'est toujours le même problème du film survendu ou conchié, les attentes sont jamais les mêmes et c'est pas possible de rentrer toujours vierge dans un film. On aimerai tout à ce moment là

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quelque part, ce film m'a réconcilié avec Tarantino, parce qu'il m'a rappelé que repomper des films de genre, ça nécessitait quand même un certain talent et univers perso pour donner un truc de qualité au final !

 

Et qu'on me parle pas de budget, c'est une question de personnalité et il y a plus de personnalité dans 5 minutes d'un "Reservoir dogs" qui a pas du couter des milliards que dans tout "Amer" !

 

Mais bon, je dois être un con de toute façon

 

 

"Amer" n'a pas de personnalité? C'est quand même un peu fort. Je trouve au contraire que le film se risque à un style narratif très personnel, car même s'il s'inspire du giallo, les effets de montage ou les cadrages qu'il offre n'existent que l'espace de quelques secondes dans les films qu'il cite. Et c'est là où je trouve les auteurs super gonflés: balayer les styles narratifs en vigueur d'un revers de main pour n'exploiter d'un langage cinématographique "sensoriel". C'est ce que font Hélène et Bruno depuis des années avec leurs courts-métrages et ils le font bien ces cochons.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me suis mal exprimé, tu as raison. Quand je disais "pas de personnalité", je ne voulais pas vraiment parler du film dans son ensemble, qui, effectivement, prend un parti pris assez tranché et s'y tient durant tout le long. Je voulais parler surtout de sa façon d'utiliser ses références. Pr moi, il n'arrive pas à vraiment à les transcender, et disons, à "faire du neuf avec du vieux", on reste dans la citation assez "basique", correctement faite, respectueuse, sincère, mais pas "plus" à mon sens.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...