Aller au contenu

Des idiots et des anges - Bill Plympton, 2008


Messages recommandés

Ouverture du LUFF09!!!

 

Le film le plus personnel de Bill Plympton.

Une petite merveille!

 

Le dernier long métrage, issu de l’esprit décapant du maître du cartoon décalé, tourne autour du plus antipathique des personnages. Détestable, vulgaire, macho et stupide, cet homme mérite finalement la vie misérable dans laquelle il s’est enfermé. Mais un beau matin, il découvre des petites ailes d’ange sur son dos. Des ailes qui le forcent à faire des choses qui lui sont contre nature, telles que venir en aide à son prochain. Alors qu’il fait absolument tout pour se défaire de ce nouvel attribut qu’il considère encombrant, certains individus mal attentionnés y voient l’occasion de s’attirer gloire et richesse.

 

Plympton continue à jouer les virtuoses du dessin xénomorphe et affine son style narratif en laissant son récit glisser sur des traits en constante mutation. C’est avec l’humour acerbe qu’on lui connaît que l’auteur s’attaque aux versants les moins glorieux de la nature humaine : l’égoïsme, la vanité, le mépris… Ce qui n’empêche nullement son film d’être empreint de poésie. Une poésie noire et cruelle, mais de la poésie tout de même.

 

Bill Plympton n’a peut-être plus besoin d’être présenté, mais il est bon de rappeler que cet habitué des festivals underground a envoyé Disney sur les roses à l’époque d’Aladdin afin de pouvoir évoluer en toute indépendance. Sage décision sans laquelle jamais les cartoons pour adulte dont L’incroyable lune de miel (1997), Les Mutants de l’espace (2001) et Hair High (2004) n’auraient pu voir le jour tels qu’on les connaît.

 

Sure le LUFF; http://www.luff.ch/fr/festival/2009/cinema/des-idiots-et-des-anges/

 

Site officiel: http://www.idiotsandangels.com/

 

8baLlP_xLVM

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il part en vrille à la fin je trouve, ça ne tient pas la distance. Plympton c'est le roi du court, un format qu'il valorise à mort en le justifiant carrément. Ses longs il a du mal. Trop déconstruit, manque de fluidité dans l'enchainement de ses (superbes) séquences.

 

Ca reste un bon film, avec des morceaux à la poésie fulgurante comme on dit, mais c'est trop foutraque en fin de parcours. Sur ce même thème il n'arrive pas à la cheville du mind game des jap' du studio 4° C par exemple. Comme si des idiots & des anges tournait en rond autour de la seule introduction du métrage de yuasa.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que tu dis n'est pas faux en ce qui concerne un film comme Hair High, mais le dernier est au contraire beaucoup plus solide, mieux construit. Le final devient évidemment absurde, mais c'est aussi pour ça qu'on l'aime.... Je ne connais pas le truc japonais dont tu parles...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant Plympton, je voulais savoir s'il l'on voit dans un de ses courts une bouche grande ouverte avec des dents pourries et l'on entend la voix du dentiste effrayé de l'état des dents. A la fin la bouche croque les doigts du dentiste et fait un sourire béat.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...
×
×
  • Créer...