Jump to content

Dernière Limite (Deep Cover) - Bill Duke (1992)


DPG
 Share

Recommended Posts

Enfin vu ce film dont j'avais entendu pas mal de bien ici ou là, notamment de l'ami Corse qui a plus de VHS que tu ne verras jamais de films . Et je me joins au concert de louanges, même si j'ai qques bémols à apporter à tout cela.

 

L'histoire : Un flic est choisi pr inflitrer un cartel de drogue. Il va s'enfoncer dedans de plus en plus et ressembler à ceux qu'il combat. Est-il toujours un flic ? Restera-t-il du bon coté de la loi ? Tadaaaaaaaa

 

Bon, vous l'aurez compris, pitch ultra classique, vu ici ou là, mais toujours efficace. Dans un genre similaire, polar black, BO rap avec le même sujet, j'ai notamment vu "New Jack city" ou "In too deep" ds la même decennie. Mais bon, même si c'est pas follement original, ça reste très bien torché par Bill Duke.

 

Bill Duke justement, parlons en. Pas mal d'entre vous l'ont déjà vu. Acteur realisateur assez atypique, il est notamment un gros bourrin ds "Predator", le gigolo black Leon de "American Gigolo", et on l'a vu ds une pelletée de films en vrac : "Comme un oiseau sur la branche", "Menace 2 society", "Commando", "Payback", "Dragon rouge", ... tout ça ds des roles plus ou moins importants (même si souvent secondaires).

A coté de ça, il a entamé une carrière de real en 1979, en dirigeant un episode de "Cote Ouest" (si c'est pas la classe pour entamer une filmo ça ) et il l'a poursuivi depuis, beaucoup à la télé ("Miami Vice" à "Fastlane" en passant par "Twilight Zone") et un peu au ciné avec quelques titres plus ou moins marquants et réussis là aussi : "Rage in Harlem", "Sister act 2", "Veuves joyeuses" ou "Les seigneurs de Harlem". Je laisse à chacun le soin de classer les titres ds les réussites ou non, sinon je vais etre obligé de dire que j'aime bien "Sister Act 2"

 

Et donc il a signé ce polar en 92. Je dois tout de même dire que les qualités de realisateur de Duke me semblent un poil limitées au vu de ce film. Le film est bon, mais c'est plus pour l'histoire, les acteurs et d'autres choses que pr la mise en image, parfois mollassone, parfois se contentant d'un hors champ alors qu'un plan franc, allant droit au but aurait été 100 fois plus efficace (je pense à une scène en rapport avec un billard), je vais pas refaire le film, mais bon les transitions pourries à la Star Wars, raaaaaaaah. Ce qui me permet par la même occasion de donner mon point de vue sur une vieille rumeur entendue ici ou là par des forumers et meme des journalistes. Le chef op' du film est Bojan Bazelli. Le même que sur "King of NY", "Body snatchers" ou autres films.... Et donc j'avais entendu que nanani, il avait en fait plus ou moins realisé les films, et nanani... Et ben remattez donc les Ferrara et ce film, et si vous pensez toujours que c le meme gars qui a ghost-shooté les deux, vous m'expliquerez. Fin de l'aparte.

 

Donc retour au film, porté par un Fishburne très bon, toujours à l'aise ds tous les registres, Goldblum m'a semblé moins convaincant, je sais que son perso y est pr qque chose mais Jeff a déjà été bien meilleur ailleurs. Du coté des seconds roles aussi, à boire et à manger.

Mais bon, la BO claque, avec notamment dans la chanson titre la première apparition discographique de Snoop Dogg, déjà en duo avec Dr Dre, et le celèbre et multi samplé depuis refrain "Yeah, and you don't stop, cause it's 187 on an undercover cop !". Au final, des qualités et des défauts mais l'histoire est suffisament prenante et le traitement assez sec pour qu'on suive tout ça avec plaisir et sans ennui. Vu sur le DVD z2 metropolitan, dispo regulièrement à une dizaine d'euros ds les Fnac ou autres. A decouvrir donc si le genre vous branche

 

PS : Duuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuude ton colis part demain !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 years later...
  • 1 year later...
  • 2 years later...
 Share

×
×
  • Create New...