Jump to content

Red Riding Trilogy - Jarrold, Marsh & Tucker [2009]


Prodigy
 Share

Recommended Posts

 

Adaptation des bouquins de David Peace (connaît pas), j'ai chopé le coffret DVD un peu comme un con devant le buzz et le bouche à oreille super favorable au projet.

 

Du coup j'ai maté le premier, et bof.

 

C'est très bien réalisé, bien joué, y'a une atmosphère, une ambiance, mais c'est un peu creux, pseudo nouvelle vague british. Ca m'a fait penser à London to Brighton dans le genre super chichiteux on est des british nous on fait du social donc misérabilisme, apparts miteux et papiers peints dégeux à tous les étages, sauf que du coup ils perdent un peu la fraîcheur, la spontanéité et la vitalité qui me plaît tant dans leur cinéma pour une espèce de formalisme dépressif poseur qui me gonfle. Genre du Maxi Ken Loach ripoliné au cinéma 2.0 quoi.

 

Du coup c'est très joli, à base de gros plans, de flous calculés et cie, mais ça pisse pas très loin. La noirceur de la fin relève un peu l'ensemble, mais tout ça pour ça j'ai envie de dire.

 

J'entame le second aujourd'hui, espérons que ça se relève un peu.

Link to comment
Share on other sites

Bon maté les deux suivants, comme le premier y'a des qualités, mais bordel que ça se traine pour rien, que les personnages sont inexistants au possible, que c'est chichiteux pour ne pas dire grandiloquent par moments sur la fin du 3ème film. Et surtout ce qui se dit en 3 films de 1h40 en 1 bon film ramassé de 2h ça passe.

 

Ca se veut un peu la 'great american novel' sur le Yorkshire et l'Angleterre des années Thatcher, et à part l'effort de reconstitution qui est top le reste est un peu cousu de fil blanc et super attendu (les méchants flics qui torturent, les notables pervers, le mongolo qui détient un secret, etc etc) et les coups de théâtre de la fin n'en sont pas du tout pour qui a vu un film ces 20 dernières années. Limite du Dan Brown par moments tellement c'est de la mauvaise fiction emballée dans un truc réalisto-socialo-politique qui pisse à peine trois gouttes.

 

Bref déçu déçu déçu je dirais même que les Oubliées avec Jacques Gamblin avait plus de couilles et de tripes que ce truc là.

Link to comment
Share on other sites

J'ai maté que le 1er, et un peu comme toi. Ca reconstitue super bien l'époque et le lieu, ya quelques bons trucs par ci par là, de bons acteurs, mais dans l'ensemble, je m'étais un poil fait chier, et c'est loin d'être aussi puissant que le bouquin de Peace.

 

(Mais c'est quand même pas aussi à chier que cette ignoble merde de London to Birghton Ici, ça fait pas toc, alors que L to B, c'est exactement ce que tu décris + de la provoc gratuite et gerbante à deux balles)

 

Marrant en tout cas de voir comment la Yorkshire TV, qui produit, se spécialise dans le style "le Yorkshire des 70's, par David Peace". J'ai aussi vu récemment "the damned united", aussi adapté de Peace, et qu'ils produisent également. Et même topo: plutôt sympa, époque, lieu et milieu du foot très bien rendus, bons acteurs, donc la forme bien. Mais le fond...pas grand chose, on n'est jamais surpris, on s'emmerde un peu, et finalement, ça fait très...téléfilm.

Link to comment
Share on other sites

Une adaptation fidèle des bouquins, en somme...

 

Je ne suis même pas allé au bout du premier de la tétralogie (car il y a bien à la base quatre livres : pourquoi n'en avoir fait que trois films ? Mystère) qui, sur ce que j'en ai (péniblement) lu, décalque de manière aussi maladroite qu'indigeste le style d'Ellroy dernière période.

 

A ceci près que de la prose de l'américain transpire, quoiqu'on en pense, un certain vécu.

Tandis celle de Peace ressemble surtout à de la pose.

Autant dire que la probabilité que je jette un oeil sur les films me semble de l'ordre du néant...

 

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...