Jump to content

Dinner for Schmucks - Jay Roach (2010)


Benj
 Share

Recommended Posts

  • 3 months later...
  • 5 months later...

Mouaih, c’était pas totalement nul mais ça m'a pas fait lâcher un rire.

En fait y a un truc de vraiment bien dans la version US c'est un léger passage émotion quand Paul Rudd découvre la vie sentimentale de Steve Carell via ces photos de souris mortes. Oui dit comme ça on dirait pas mais a ce moment le film atteint une certaine grâce qu'il ne retrouvera plus jusqu’à la fin.

 

Au niveau des acteurs Carrel assure un peu, Rudd il est bof et Zach Galifianakis vaut un peu plus le coup que dans The Hangover

 

Par contre y a une petite frenchie bien mignonne et à en juger sa carrière sur IMDB a quasi eu que des rôles de Française dans les films US

 

Stephanie Szostak

 

Sinon on y croise un paquet d'acteur issue des séries TV, de ce que je connais (c'est à dire des séries que je suis) on y retrouve.

 

De The Flight of the Conchords

 

Jemaine Clement

 

Kristen Schaal

 

Et de IT Crowd UK

 

Chris O'Dowd

Link to comment
Share on other sites

Tu avais vu l"original ? En comparaison, ça donne quoi ?

 

Déjà c'est plus un huit clos comme la version Veber et mine de rien ça change tout.

Ici ça joue moins sur le texte et sur les quiproquos, c'est plus du comique de situation a base de gag tartalacremesque.

C'est limite une relecture car on y retrouve pas mal de point commun tout en ayant une histoire sensiblement différente (mais globalement tout les axes de scénario du Veber se retrouve ici)

 

J'aimais bien le Diner de Con (enfin à l'époque, pas revu depuis) la j'ai l'impression que Carell est quand même moins con. Ah et puis détail qui a son importance, dans la version US on assiste au fameux diner.

Link to comment
Share on other sites

Vu aussi.

 

j'aime vraiment bien le veber.

 

ici, c'est trop long (114min!), mais pas nul.

 

en fait, c'est un film plutot a part car assez glauque. Tous les personnages sont des nuls ou des cons, le tout vu de maniere plutot froide. le truc des souris fait limite serial killer des le début.

 

un peu intéressant.

Link to comment
Share on other sites

Je rejoins l'avis des autres, c'est moyen, j'ai du sourire 2 ou 3 fois.

J'avais adoré le Veber qui était incroyablement malin, les seuls trucs qu'on retrouve sont un peu désamorcés car le scénar ne va pas au bout de ce qui faisait les qualités de l'original.

Je veux dire le coup du contrôle fiscal ici est limite anodin.

Le repas avec les suisses est drôle.

 

Mais oui si y'a bien une qualité c'est toute l'histoire du perso de Carrell et de sa passion qui sont quand même bien foutu, on dirait du Wes Anderson. Ça m'a rappelé le perso de Carrell dans 40 ans toujours puceau.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

J'ai bien aimé même si effectivement c'est largement trop long. Le Veber était top et gardait le tempo d'une pièce de théâtre. C'est ce qui marchait parfaitement. Mais bon c'était juste du théâtre en 35mm. Là on a un vrai film avec de bons gags, des lourds, de bons acteurs mais effectivement on a pas le scénario de Veber et la façon de le sortir. Donc c'est un autre film au final dont on retrouve pas mal d'aspect du film d'origine.

Le film se paie par contre quelques moments ultra touchant. Cyril en cite un, j'ai beaucoup aimé quand Carrel expose sa passion lors du dîner final.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Pareil qu'au dessus. Bien trop long, alors que paradoxalement y'a plein de trucs qui sont survoles comme dit Benj, le control fiscal, puis le tour de rein, voire le role de Jemaine Clement finalement assez anecdotique (ca partait bien au vernissage de son exposition, et puis franchement ils n'ont font pas grand chose de ce personnage). Je pense qu'aucun de nous n'est la cible du film de toute facon, car peut etre que le film parait plus rythme pour qui ne connait rien a l'intrigue originale. Par exemple, le brunch avec les suisses est poilant, parce que c'est un peu nouveau...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

L'original m'avait bien fait franchement poiler, et faut vraiment être difficile pour ne pas mordre à l'hameçon tant la chose est bien écrite.

Ici, ça aurait pu être pareil... La plus-value est qu'on assiste au fameux dîner en question. Pourtant, cela ne suffit pas. On rigole gentiment, les gags sont plus portés cul (la fausse maîtresse en tenue cuire m'a beaucoup fait rire), cependant le récit se veut très moralisateur avec un message bien lourdaud du style "les cons ne sont pas ceux que l'on pense être", au point d'en être franchement débile, voire pas crédible (la scène mielleuse où Rudd commence à percevoir la bonté de son con est à se tirer une balle, tant on aurait envie de tirer une balle dans la tête du con à sa place) . Du coup on assiste à une adaptation qui se veut plus rock'n roll mais qui ne fini que par être que plus consensuelle, autrement dit plus hollywoodienne et donc politiquement correcte. Raté.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...