Jump to content

Harry Brown - Daniel Barber (2009)


riton
 Share

Recommended Posts

 

 

Harry Brown est vieux. Sa journée, c'est une visite sa compagne Kath qui comate à l'hopital, et une binouze au bistrot autour d'une partie d'échecs avec son vieux pote Leonard.

Hélas Kath meurt, et son copain a de plus en plus de mal à supporter le harcèlement des voyous de la cité-dortoir qu'ils habitent. Tout ça va bien évidemment très mal tourner.

 

Sur le papier, c'est un revanche movie de plus, mais dans les faits ce premier film a deux gros atouts.

Le premier c'est Michael Caine, simplement parfait dans son interprétation. C'est pas vraiment une surprise, mais quand on compare sa performance aux ridicules grimaces d'Eastwood dans Gran Torino...

La deuxième qualité, c'est un mise en scène rigoureuse, sans effet de manche ni fioriture, entièrement au service de l'univers noir dépeint par le film. Un monde sinistre, froid, aux éclats de violence sèche et brutale.

 

Après il reste quand même que certains aspects du propos sont pour le moins discutables. Mais dans le genre, c'est ce que j'ai vu de mieux depuis un bon bout de temps.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

OVOSfHFNlcI

 

Le scénariste ne sait pas fait chier quand même, des jeunes qui font chier, un vieux quand a marre et hop carnage.

Après moi je m'en fous j'aime bien si c'est bien fait et là c'est bien branlé, après on va dire réac machin truc habituel... rien à battre.

Michael est sec, c'est très calme niveau réalisation, mais dès qu'il faut faire cracher les flingues ça calme bien vite, la scène chez les toxico est flippante et glauque à souhait.

On peut regretter la fin un peu trop "happy end"

 

Le plan de l'escalier qui mène aux quais rappelle quand même vachement celui de Death Wish

Link to comment
Share on other sites

Du tout bon en effet. On reste en terrain conquis d'un bout à l'autre, ça marche dans les pas des vigilante qui ont précédés, "Death wish" en tête, sans vraiment apporter grand chose de neuf au genre. Mais c'est vraiment prenant, Caine est mortel, le propos reste fort, et terriblement d'actualité (et universel). Il y a quelques scènes qui marquent au fer blanc (chez les dealers ), d'autres un peu plus anecdotiques, voire qui sonnent presque comme des passages obligés. Le final est peut-être pas "tout à fait" à la hauteur, et les persos des flics manquent un peu d'épaisseur, mais c'est vraiment pour chippoter. Pour le reste, c'est du tout bon à tous les niveaux, c'est sec, froid, brutal, assez désabusé, mais profondément humain. Vraiment une bonne surprise, à découvrir au plus vite.

Link to comment
Share on other sites

C'est l'histoire de Michael Caine qui est vieux et qui a un pote vieux qui se fait butter par des sales jeunes, alors il va acheter trois pétoires et flinguer la racaille parce que y'a 150 ans il était chez les Mawines, donc un flingue il sait comment ça marche.

 

Et ben ça pèse carrément lourd et c'est vachement pas drôle en fait. Le film est froid, très touchant, assez glauque parfois et n'oublie pas de sous entendre un certain malaise social, ce que dépeint furtivement le dernier acte (avant de reprendre ses lois de film de genre).

 

J'en suis sorti limite un peu concassé, tiens. Superbe.

Link to comment
Share on other sites

Enfin sorti dans les cinémas Montpelliérains (avec une semaine de retard, peut-être que le film marche pas trop mal et que le bouche à oreille fonctionne) et enfin vu.

 

Bon ben pour moi :

 

 

+

 

 

Pas grand chose à ajouter à ce qui a été dit plus haut, si ce n'est que le début, filmé en caméra subjective, fait débuter le film vraiment très fort (le pote avec qui je l'ai vu ne s'en est toujours pas remis). Et en effet la scène chez les toxicos ça ferait passer Trainspotting et Requiem for a Dream pour Alice au pays des merveilles. C'est intelligemment foutu, bien troussé, violent et sans concession mais pas réac pour deux sous. Certaines répliques de Brown déchirent tout ("Les combattants de l'IRA eux, tuaient pour une cause. Eux... ils tuent pour le plaisir").

40 ans après La loi du milieu, Michael Caine retrouve enfin un rôle à sa mesure.

Link to comment
Share on other sites

j'ai l'impression qu'on a pas vu le même film Je l'ai vu en HD et bon j'ai trouvé ça un peu mou même si le sujet le veut. Mais carnage ? Quand ? J'ai vu une version censurée ?

La scène chez les drogués est sympa mais mieux que Requiem ou Trainspotting ? Non c'est sur j'ai vu une version cut de chez cut, pas possible

Link to comment
Share on other sites

J'ai beaucoup aimé, si ce n'est la toute fin, et c'est toujours chiant de finir sur une déception.

 

Avec les plans post-émeutes nous montrant des gamins qui jouent dans le quartier, ce qu'on n'avait jamais vu avant dans le film, j'ai espéré que c'était pour donner un autre point de vue, que jusque là on avait partagé la vision 100% noire qu'a Harry du quartier, mais que au final, tout n'est ptet pas si pourri, qu'il y a un peu d'espoir.

Et le plan final, lorsqu'il hésite à emprunter le souterrain, bah j'aurais aimé qu'il ne le prenne pas, ou qu'en le prenant, il tombe sur une bande de punks qui l'emmerdent, montrant que tout ce qu'il a fait, ça l'a surement défouler, mais ca va rien changer.

Ca aurait permis un autre regard sur toute l'histoire.

Mais non, là c'est un final genre "papi a fait le ménage, tout va aller pour le mieux à présent"...bon...

 

C'est certes une fin dans l'esprit vigilante du film (pis c'est son film hein il fait ce qu'il veut), mais bon, qui fait un peu perdre en réalisme.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

L’antithèse de Gran Torino.

 

Cette fois-ci, papy fait parler la poudre.

 

Déjà, le film fonctionne, ce qui n’était pas gagné d’avance (un vigilante avec un vieux, ça reste un concept casse-gueule …)

 

Le mérite revient en grande partie à un Michael Caine qui bouffe l’écran

 

Film bien torché visuellement.

 

Réalisation carrée, couleurs mornes. L’ambiance est là.

 

Une mise en scène riche de sens (le plan où Harry est la seule personne de l’immeuble à sa fenêtre, et qui témoigne qu’il est le seul à ne pas s’être résigné), une violence qui claque (même si le sang numérique en amoindrit l’impact) et un passage marquant (la séquence suffocante de l’achat des armes ! ).

 

J’ai trouvé qu’il y avait la petite once de nuance (sans doute à chercher dans le jeu de Caine) qui évitait au film d’être (trop) réac’.

 

A l’arrivée, un beau vigilante mélancolique.

 

J’ai bien aimé

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

Ce film est déprimant, on est davantage dans le polar très noir que le défouloir vigilantesque...

Un rythme lancinant, une atmosphère pesante dans cette cité sale sans horizons, ou les toxicos taillent des pipes à la sauvette pour se payer leur came, ou les dealers se paluchent sous cracks devant leurs exploits sexuels, la présence de Michael Caine dans cet univers miserabiliste fait tâche, quelques scories.... l'inévitable enquête policière paralléle pas vraiment captivante avec la petite flic novice qui découvre la vie et sa hiérarchie... les gerbes de sang numériques... Du classique à base d'infâmes racailles purgés façon vieux flegme anglais.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...