Jump to content

Bloody Bird - Michele Soavi - 1987


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Découvert en vhs il y a quelques années, et revu ce soir sur l'édition simple de Neo (on perd l'horrible fourreau mais aussi le documentaire, ce qui est en soit très con) pécho à 3 euros tout neuf. A ce prix là, et pour un tel film, on va pas faire la fine gueule...

 

J'aime bien concevoir la claque que fut le film en son temps, à l'époque où le giallo était mort et enterré, le slasher bien moribon et le cinéma d'horreur italien en phase avancé de décomposition. Comme tout le monde le sait, ce n'est pas dans la folle inventivité du scénario qu'il faut aller chercher mais plutôt dans la maestra de Soavi, brave petit élève de Bava père et fils, d'Argento et de toute la clique du bis rital.

A la revoyure (et merci le dvd Neo) c'est encore meilleur, le film mariant à merveille la brutalité primaire (mais jouissive) du slasher et la grâce morbide du Giallo. On sent déjà un Soavi passionné par les dérives fantasmagoriques en tout genre, surtout durant la seconde partie où le spectateur semble quitter toute réalité tangible en même temps que l'heroïne. Belle manière aussi de mettre en abîme le genre même du giallo au détour de deux séquences incroyables (le réalisateur dirigeant le tueur malgré lui et la mise en scène de l'assassin). Je me souvenais pas que c'était aussi violent par contre (y'a quand même trois meurtres à la tronçonneuse assez gores).

Bref, vive les hibous.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

je rattrape mes retards comme je peux , découvert juste aujourd'hui, incroyable surprise. rien a redire de plus que jérémie sur les qualités et le(s) rare(s) défaut(s), une trame un peu tiré par les cheveux.

la séquence de la clé et de la mise en scène de théâtre morbide sur la fin est vraiment magnifique.

Link to comment
Share on other sites

Pas mieux. Decouvert sur le tard avec le DVD Neo, et grosse claque, qui confirme tout le talent que Soavi a démontré par la suite. Du tout bon à une époque où ça commençait à se faire rare de l'autre coté des Alpes !

Link to comment
Share on other sites

Mon oncle décédé il y a peu avait une copie 35 mm du film chez lui et me l'a fait découvrir ainsi. La claque fut d'autant plus grande que je ne connaissais à l'époque du cinéma d'horreur italien que les nanars de d'amato et de fulci. Ce huis clos est une énorme réussite. La première apparition du tueur ets très ironique puisqu'elel survient juste après qu'un des acteurs de la pièce prononce la phrase "et maintenant mesdames et monsieur...voici le tueur!"

La scène où les deux actrices se cachent dans des cabines de douche et que le tueur rentre dans la pièce est un pur moment de terreur.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

 

Blue Underground gave Fango the scoop on its release of STAGEFRIGHT (a.k.a. DELIRIA, AQUARIUS and BLOODY BIRD) on hi-def disc as well as a new DVD September 23. The movie, in which a theatrical troupe are bloodily slaughtered in a theater after dark by an escaped psychopath wearing an owl mask, will be presented in a brand new 1.85:1 hi-def transfer (1080p on the Blu-ray) from the original, uncut camera negative. The Blu-ray will include DTS-HD 5.1 and 2.0 soundtracks, and the DVD will have Dolby Digital 5.1 Surround EX and Dolby Surround 2.0 audio. Both discs will be fully loaded with extras:

 

• “Theatre of Delirium”: Interview with director Soavi

• “Head of the Company”: Interview with star David Brandon

• “Blood on the Stage Floor”: Interview with star Giovanni Lombardo Radice

• “The Sound of Aquarius”: Interview with composer Simon Boswell

• “The Owl Murders”: Interview with makeup FX artist Pietro Tenoglio

• Theatrical trailer

• Poster and still gallery

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...