Jump to content

Nightmares - John Lamond - 1980


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

 

Le slasher australien qui le vaut bien

Enfin Slasher, Slasher, on sait pas vraiment non plus sur quel pied Nightmares veut danser : coïncidence étrange, il devance de quelques années un autre Stage Fright dans le mariage giallo/slasher, et qui se déroulait également dans un théâtre. J'ai beaucoup pensé aussi à Madhouse d'Assonitis, qui lui a piqué au passage son style et son scope.

 

Toute gamine, Helen a survécu à un accident de voiture qu'elle a provoqué involontairement, tuant sa mère au passage. Ses errances, le poid de la culpabilité et le souvenir d'une figure maternelle aux moeurs légères la rendront schizophrène. Patiente de brûler les planches, elle auditionne avec succès pour une pièce de théâtre et fait la rencontre d'un acteur de soap qui deviendra vite son compagnon. Mais les pulsions prennent le dessus...

 

Le concept est plutôt amusant, puisqu'il applique le sempiternel trauma maternelle/sexuelle à une créature qu'on verrait plus devant le rasoir que derrière. Le suspens y est très rapidement éventé, mais on suit le tout avec intérêt.

Lamond n'y va pas avec le dos de la cuillère, avec des scènes de sexe assez franches (on y voit une chatoune caressée en gros plan) et une violence sadique dégénérée : ne pouvait se défaire de son trauma (sa mère étant passée à travers un pare-brise), Helen tue systématiquement ses victimes avec des bris de verre, tout en y allant franco.

Le montage des scènes de meurtres tranchent un peu avec la réalisation très soignée (le scope est absolument remarquable), puisque entre le fatal plan sur l'arme et la plaie, on a l'impression de voir un peu des plans sauter violemment. C'est en tout cas très sanglant et assez cru (seins et fesses lacérés, et une victime poursuivie sous la pluie va jusqu'à dégobiller en direct), histoire de coller un peu avec l'aspect grand-guignol. Si le scénario, prétexte, flotte un peu, le soin apporté à la réalisation rend cette série b obscure vraiment aguichante.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...