Jump to content

Alleluia - Fabrice Du Welz - 201?


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Le prochain film de Welz tournera autour de l'histoire (vraie) des amants Martha Beck & Raymond Fernandez, qui détroussaient sans scrupule des veuves plein aux as. Beatrice Dalle (!), Boulis Lanners (??!) et Virginie Elfira (????!!!) auraient rejoint le casting.

 

Une histoire déjà adaptée au cinéma par trois fois, avec Les tueurs de la lune de miel, Coeurs Perdus et Carmin Profond.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...
  • 4 months later...
mais, Colt 45, ça sort plus ?

 

On en parle cette semaine sur Twitter!

 

Vincent Malausa:

 

" COLT 45 est tellement mauvais que le producteur l'a mis au placard"

 

Fabrice du Welz:

 

" Ne parle pas de ce que tu ne sais pas Malausa. Tu ne sais rien. Alors ferme ta gueule de prétentieux frustré. Et je me réjouis de te croiser pour t'expliquer 2/3 trucs."

 

A part ça ALLELUIA est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs!!

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Je crois que j'ai encore une grosse préférence pour Calvaire, peut-être parce que je n'ai pas une grande passion pour le sujet de départ, mais dans le ton c'est dans la droite lignée (là où Vinyan parfait dans une autre direction) On y retrouve tout le côté craspect, timbré, et parfois sérieusement WTF (la chanson la scène de transe ). C'est branque, poisseux (les scènes de sexe façon Fluide Glacial qui calment bien), assez drôle aussi et les deux acteurs sont monstrueux. J'irais pas crier au chef d'oeuvre mais ça risque bien d'être LE film français de genre de l'année.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 3 months later...

On ne peut pas reprocher à Du Welz de ne pas aller au bout de ses idées. Et de savoir emballer de très belles images, en créant une vraie atmosphère. C'est déjà pas mal vous me direz, mais perso, ça ne me suffit pas, du moins pas là. Pour le reste, encéphalogramme plat, et ennui profond, même si ça n'atteint pas le calvaire ressenti à la vision de "Vinyan". Le début est plutôt bien, prenant, intrigant, surprenant. Mais très vite, on s'enfonce dans le ronron d'une cavale sans queue ni tête, appelée à rejouer en boucle le même segment narratif en introduisant quelques variables. Pas forcément la pire idée du monde sur le papier, mais quand même sérieusement plombant une fois portée à l'écran. Lucas est pas gentil, idée qui, en 2014, est à peu près aussi originale que de voir Nahon en méchant, Lola Duenas fait ce qu'elle peut, et amène une étrangeté plutôt bienvenue, les choix musicaux fonctionnent... Mais le film tourne à vide, irrémédiablement. Ca ne démarre pas, ça ne finit pas. 90 mn après, on se demande presque si le film a eu lieu.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...