Aller au contenu

Sucker Punch - Zack Snyder (2011) Chouquettes Pour Tous!!


Messages recommandés

c'est un faux film superficiel cachant une sacrée profondeur, et qui se termine en plus sur un message d'espoir en direction de toutes les filles abusées, battues, violées, prostituées.

C'est une putain d'ode aux pouvoir de l'imagination, un plan de survie pour toutes les filles amochées du monde entier. Venant de Snyder, en plus !! Monsieur Cinéma Viril himself qui nous ponds un manifeste féministe d'autodéfense mentale !!!

 

haha j'adore le concept "d'autodéfense mentale"

en gros tu te soumets, t'en prends plein la gueule, mais dans ta tête tu t'imagines que tu es super rebelle.

faire d'un film de pussycat dolls qui font des cabrioles au ralenti avec des gros flingues un manifeste féministe, c'est très fort.

 

ce que j'en retiens de ce film outre le fait que je ne suis pas le public-cible mais ça je m'en doutais, c'est qu'on a un peu atteint les limites du postmodernisme (enfin les miennes) : tout ce film n'est qu'un énorme gloubi-boulga de culture pop, un méli-mélo de pub l'oréal, de matrix, de sushi typhoon, de gilliam, de girls band, de jeux vidéo, d'héroic fantasy, de mangas...la liste s'étire à l'envie. comme pour l'accompagnement musical fait de reprises de tubes trop entendus et déjà cités dans d'autres films, il n'y a absolument rien qui n'ait été vu ou fait ailleurs, mais tout est finement mixé, mélangé, aromatisé goût "standard" et balancé à haute cadence, comme sur une ligne de production de knackis.

 

ça aurait quelque part pu être intéressant, si la structure avait été moins répétitive (4 objets à récupérer = 4 "danses" = 4 niveaux avec leur boss de fin) et si ça avait apporté ne serait-ce qu'une ébauche de trash ou de critique de quoi que ce soit. en l'occurrence, on a l'impression que Snyder ne prend aucun recul sur ce qu'il fait, pas même sur son intrigue de fond inspirée de l'affaire Walter Freeman/Rosemary Kennedy qui, malgré l'indulgence polie du spectateur venu pour l'action, ne tient pas la route.

 

le vrai plus du film reste le charme étrange d'emily browning déguisée en poupée lolita avec des super pommettes.

 

conclusion : un WIP passable, même pas une scène de douche

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 75
  • Created
  • Dernière réponse

×
×
  • Créer...