Aller au contenu

Black Swan - Daren Aronofsky - 2010


Messages recommandés

  • Réponses 58
  • Created
  • Dernière réponse
Car si ses sujets (et ses projets, un remake de Robocop ?) sont pour moi de plus en plus chiants sa mise en scène est juste sublime, techniquement c'est incroyable. justement FX ou pas pour toutes les séquences avec miroir. Je me pose la question car sans c'est la classe, avec merci le responsable des effets spéciaux.

 

Une vidéo (qui spoile probablement pas mal, mais je suis faible) sur les effets spéciaux. C'est francement impressionnant. Ca me rappelle le même genre de vidéo qui avait été posté sur le forum, présentant les effets spéciaux dans le Zodiac de Fincher.

 

Rm1fJjGQ_Gk

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un grand film, sans aucun doute. On ne peut pas dire que j'ai toujours été copain copain avec le cinéma d'Aronofsky (en gros, ça me passe complétement au dessus), et celui-ci je l'attendais ferme. Les références sont dirigées, maitrisées ; le langage cinématographique y est habité jusqu'au bout des plumes. Un mot avant tout : viscéral. Le Cronenberg d'hier à la sauce Polanski, ça fait mal.

Une intensité à frémir dès les premières images (qu'on croiraient issues de...Legend !), une Portman qui n'a plus rien à prouver en étoile martyr ; Winona Ryder inquiète, Hershey fait peur (et son chirurgien plastique aussi), Kunis fait du (beau) cuni.

 

Tension érotique fiévreuse, épuisement physique palpable, horreur des sens : la forme est épatante (mon dieu ce travelling circulaire à la toute fin ), on touche la grâce et les ténèbres, mais le sujet est (comme dis plus haut) très classique malgré tout

un cas de schizophrénie comme on en a tant vu

. Un peu comme un certain Shutter Island finalement...

Mais pas de déception, le spectacle en valait largement la chandelle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui bien sûr, c'est plus un raccourci de ma part

 

On est plus dans l'illustration littérale et maladive d'une transcendance, d'une émancipation (à plusieurs niveaux), d'un passage d'un état à un autre. Et beaucoup d'autres choses

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est pour ça que j'ai envie de revoir le film : l'explication finale n'explique rien, en fait.

D'autant plus qu'absolument TOUT est déjà donné dans les 5 premières minutes.

C'est ça qui est si fort avec ce film. Exposer dans le générique tous le contenu de l'histoire (pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de cet opéra, le film nous le rappelle) et les diverses pistes allégoriques, et faire QUAND MÊME un film prenant, attachant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon ben la montagne a accouché d'une souris en ce qui me concerne. Je dirais même que je me suis grandement fait chier durant les 2 premiers tiers du film, avec en plus une mise en scène caméra à l'épaule qui pète la tête et une image toute pleine de bruit (pour faire plus vrai?)

 

Heureusement le dernier tiers du film virant carrément au fantastique devient nettement plus divertissant, avec il est vrai un final de toute beauté (enfin la musique exploitée ! enfin la danse un peu filmée!!), qui me laissera sur une impression plutôt positive, mais de peu!

 

J'ai vu le ballet du lac des cygnes, en vrai, au début de l'année, c'était quand même vachement plus intéressant

Modifié par Invité
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup aimé pour ma part, même si c'est pas forcément THE chef d'oeuvre ultime de la mort qui tue. J'étais bien à fond dedans, et le climax final m'a quand même bien mis sur le cul. Après, je sais pas, le seul petit reproche est sans doute que j'aurais aimé être un peu plus "surpris". Car c'est vrai que, comme ça a été dit précédemment, ça marche quand même clairement dans les pas des films précédents d'Aronofsky. Mais bon, ça reste quand même du très haut niveau, à tous les niveaux, mise en scène, interprétation, lumière, c'est bourré d'idées, aussi bien des trucs très classiques exécutés à la perfection que des petites touches expérimentales qui fonctionnent à merveille. Et c'est clairement le genre de film à voir en salle absolument ! Donc pas loin du claquage de beignet qd même, ce qui est déjà très bien !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hélas, j'aime pas la danse classique, encore moins le cinéma fantastique, et j'ai peur de la folie. Celui-là est passé loin de mon coeur mais Natalie Portman aura l'Oscar. Ce film racoleur va avoir une pluie d'Oscars de toute façon, alors on n'a rien à dire, hein. En tous cas, Vincent Cassel en prof de danse est magnifique et je l'aime beaucoup, il se défend très très bien. C'est pas un chef d'oeuvre du tout. Mais les gens adorent ça.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Beaucoup aimé pour ma part, même si c'est pas forcément THE chef d'oeuvre ultime de la mort qui tue. J'étais bien à fond dedans, et le climax final m'a quand même bien mis sur le cul. Après, je sais pas, le seul petit reproche est sans doute que j'aurais aimé être un peu plus "surpris". Car c'est vrai que, comme ça a été dit précédemment, ça marche quand même clairement dans les pas des films précédents d'Aronofsky. Mais bon, ça reste quand même du très haut niveau, à tous les niveaux, mise en scène, interprétation, lumière, c'est bourré d'idées, aussi bien des trucs très classiques exécutés à la perfection que des petites touches expérimentales qui fonctionnent à merveille. Et c'est clairement le genre de film à voir en salle absolument ! Donc pas loin du claquage de beignet qd même, ce qui est déjà très bien !

 

 

à peu près pareil, je croyais que ca allait autant me secouer que requiem for a dream et en fait non, mais c'est du high level !

 

j'aurai bien aimé le voir sur grand écran...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un peu déçu car j'ai pas trouvé le père Aronofsky furieusement audacieux pendant la plus grande partie du film. Vu le thème, on pouvait s'attendre à voir moults utilisations des miroirs, des doubles physiques, réels ou fantasmés, de contrastes blanc/noir,etc etc et en effet, il en use et en abuse. Malheureusement, tout ça n'est pas super surprenant et j'attendais plus original de la part d'Aronofksy. Il fait l'inverse du perso de Cassel qui prétend qu'il va dépoussiérer le Lac des cygnes en en donannt une vision novatrice.

Après ça reste super classe dans la mise en scène, rien à dire, avec des plans mortels, mais cette fois, c'est au perso de Portman que le film fait écho: techniquement nickel, mais qui oublie de se lacher, ça manque de passion. En tout cas jusqu'au final où il libére l'aspect "fantastique" qu'il semblait retenir jusque là et où là, ça devient absolument

Ca finit donc sur une excellente note, mais avant ça, un peu resté sur ma faim.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu en salles ce jour.

 

Ma critique rejoindrait pour l'essentiel celle de MartinG.

 

D'abord un coup de gueule pour le bruit, pour ma part insupportable.

Je ne suis pas contre un peu de grain au cinéma, mais à ce point je dis non!!!

Pourquoi cette volonté de sous-éclairage ou de pellicule? Pour faire arty???

C'est juste agaçant et si j'avais su je ne serai pas allé le voir en salles.

 

Les caméra à l'épaule aussi!! J'en ai juste marre!! Et si c'est pour payer 8€ pour voir un truc filmé comme les bronzés 3, je fais finir par aller sur megaupload comme tout le monde!!!

 

A part ça (ou à cause de ça??), je ne suis pas rentré dans le film.

Le côté dépressif, le cordon ombilical à couper, les scènes de pleurs hystériques and co je laisse ça au cinéma de Doillon ou d'Haneke (le film m'a fait énormément penser à la pianiste!).

 

Aussi les thèmes sur lesquels tout le monde s'extase sont battus et rebattus et vus en mieux ailleurs (le thème du double par exemple dans fight club, le thème du passage de l'enfance à l'âge adulte avec éveil de la sexualité dans la compagnie des loups, etc...)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apparemment, MisterG et moi même ne sont pas les seuls à bouder l'aspect visuel du film.

 

Une autre critique chopée sur allociné, qui me semble pour une fois intelligente:

"Balck Swan est un film étrange à tous niveaux. Il est de ces films qui ne peuvent laisser indifférent, où chacun est juge de son interprétation, de sa réaction, bonne ou mauvaise, mais forcément radicale. Black Swan (comme son titre l'indique) est le côté sombre de l'opéra, en ceci il est parfaitement incarné. La prestation de Nathalie PORTMAN ne laisse aucun doute, c'est une très, très grande comédienne, qui ne s'est pas évanouie comme tant d'autres après de merveilleux débuts à l'écran relevant de son enfance. Et se profile ici un oscar. Et chaque film l'élève un peu plus au rang de comédienne d'exception. On avait entrevue son jeu de la souffrance dans V for Vendetta, nous n'avions encore rien vu... Malgré tout... Ce film mérite amplement une note médiocre. Non pour la surenchère de violence, non pour le découpage parfois chaotique, certes un réel préjudice pour l'intrigue, mais ces deux points évoquant très bien le fractionnement de l'esprit de la danseuse. Non, si je mets une note basse, c'est que je supporte de moins en moins le manque d'attention que l'on porte à l'aspect technique des films et en particulier aux "grandes sorties". Qui supporterait un "black swan" numérique sans réel photographie, caméra épaule au ras du visage des personnage jusqu'à la nausée, le pointage hasardeux, une scène psychédélique en discothèque sans réel intérêt... S'il n'y avait le jeu fabuleux de Nathalie PORTMAN. On nous avait déjà assené les pixels assassins de "Collatéral" à "Miami Vice" avec un bruit né de l'usage intempestif des isos sur malmenés en dépit du bon sens, en voici un de plus. On n'est plus dans l'écriture graphique quand on fait des choses "moches". Première scène, première horreur : des tâches bleues partout dans l'image, une espèce de mauvais fantasme, ou un manque flagrant de maitrise technique, qui sait ? Trois scènes plus loin, même délire, mais rattrapé à l'étalonnage, on conserve le grain pateux d'une caméra poussée à bout de ses ressources, mais on corrige l'essentiel. Là, je dis non... Soit on garde une cohérence graphique, soit c'est fait par le plus grand des hasards... Et j'en ai bien peur c'est le cas. Du coup, voici ma réflexion personnelle : il est tout simplement lamentable de voir un réalisateur tenter autant pour "descendre" la perfection de ses comédiens. Fainéantise ? Laxisme ? Facilité ? Raté ? Incompétence ? Manque de moyens ? Je retiens l'intention, le propos, l'écriture, le jeu, pour ajouter ceci : allez voir ce film, faites vous votre opinion. Nathalie PORTMAN a elle seule mérite que l'on voit ce film, par contre... Darren Aronofsky est un nom qui m'aura bien déçu. Quand à l'histoire en elle même, c'est à l'image du comportement extrême du génie, de l'obsession qui devient une vie. Et pour ceux qui doutent, qui trouvent le propos extrême, les artistes en sont coutumiers, les fait divers ne manquent pas de nous le rappeler régulièrement, de Curt Cobain à Marilyn Monroe et tant d'autres. Et là, pour peu que l'on souhaite faire un voyage de deux heures dans l'esprit survolté d'une danseuse d'exception, c'est réussi jusqu'au malaise."

 

Bien dit

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Black Swan a ete tourne en Super16 principalement (et egalement avec des Canon DSLR d'apres IMDB). D'apres Libatique, le directeur photo, c'etait justement pour etre capable de promener sa camera sans probleme dans le rythme du ballet. C'est un choix esthetique, je n'accuserai pas Matthew Libatique d'incompetence

 

Mais c'est sur qu'en super 16, t'as du grain, surtout projete en 35mm.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autre élément qu'on peut prendre en compte : Aronofsky est un gros fan des frères Dardennes. Peut-être que pour lui, caméra portée et gros grain sont synonymes de film d'auteur. La rencontre avec le fantastique et le numérique sortent peut-être renforcés par ce contraste.

 

Autre interprétation possible : on lui a peut-être reproché de faire des films trop lisses visuellement après the fountain, et il a voulu donner l'impression de lâcher du lest sur ce point.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vu hier et je dois aussi dire qu'un des premiers trucs qui saute aux yeux et déçoit c'est la photo très moche

donc si aronofsky avait fait du 35mm suprafluide en virvoltant dans tous les sens, j'aurais dit qu'il y avait une superbe maitrise plastique, mais là ce n'est pas le cas. sur la fin néanmoins il y assez de mouvement pour faire illusion

 

sur le fond, effectivement tout à déjà été dit et en mieux. pour moi Aronofsky c'est de toute façon un type qui "synthétise" plus qu'il ne "crée". là on avait une grosse inspiration de Perfect Blue (j'ai même eu l'impression que le film était clairement cité à plusieurs reprises : reflet dans la vitre du métro, portraits qui parlent, prénom de l'héroïne, éclat de miroir, fondu blanc etc) avec un côté rapport malsain au corps et à la sexualité qui lorgne du côté de La Pianiste et de Dans ma Peau et même un petit relent d'Argento sur le personnage de la mère et le film de ballerines. de bonnes références, je dis pas, mais un peu trop présentes.

 

pas un mauvais film, juste un film qui ouvre un peu trop de portes sans y pénétrer. ça donne une impression de richesse mais ça reste assez superficiel au final.

en résumé on reste un peu trop du côté cygne blanc et on n'effleure que très brièvement la démesure du cygne noir, ça m'a semblé très balisé jusqu'à la dernière image.

 

en gros, au sommet de son délire, elle a des plumes en CGI qui lui poussent sur le corps. ok, c'est joli mais ça ne retourne pas le spectateur dans son fauteuil

 

 

sinon ça m'a vraiment donné envie de voir le ballet

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah c'est simple : A-DO-RE

Je n'avais pas adhéré aux premières réalisations de Aronofsky (le cabalistique toc "Pi" ZzzzzzzZzzzzzzz, "Requiem for a Dream", la drogue c'est mal façon bulldozer vas donc chercher un oscar Burstyn, "The Fountain", long clip au délà de tout maniérisme, l'amour c'est beau bobo... en revanche "The Wrestler" m'avait touché, plus authentique dans son traitement sensible)

mais là il semble qu'Aronofsky ait trouvé un sujet en adéquation totale avec sa mise en scène, le résultat m'a impressionné.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Et ben simplement

 

Il m'a fallu une nuit quand même pour m'en rendre compte parce que finalement y'a rien de bien neuf là dedans, mais alors y'a un truc qui fait que j'ai envie de le revoir, bon y'a Natalie qui a amplement mérité tous les prix qu'elle a récolté, mais y'a ce coté ultra sombre qui m'attire à mort.

Sans Natalie ça n'aurait pas été pareil, Aronofsky je n'ai vu que le wrestler donc je peux pas en dire plus, l'image ne m'a pas choquée au contraire, c'est bien jaune qui sent le vieux mur qui en a vu passer des merdes.

Et Mila est woman à mort

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un caca visuel et intellectuel.

 

C'est quoi ce cinéma de poseur filmé n'importe comment, avec une image dégueulasse qu'on dirait tirée d'un DVD édité par des français indépendants ? Je comprends qu'Aronofsky ai juste envie de faire des films pour que les nanas s'y masturbent ou se foutent à poil mais je lui rappelle que Nathalie Portan a passé l'age d'être dans un Besson.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans être un claquage de beignet, j'ai aussi bien aimé. Ca se suit bien, et je trouve pas ça "lourdingue" dans ses symboles, contrairement à ce que je craignais. Pas grand chose à dire, on suit bien cette descente aux enfers psychologique que s'impose cette danseuse étoile alors que personne ne lui en veut réellement. Natalie Portman joue bien, c'est clair, mais bon après j'ai pas trouvé ça exceptionnel non plus. Je ne sais pas ce que valait ses concurrentes en "meilleure actrice" aux oscars, mais bon j'ai pas trouvé ça transcendant. Vincent Cassel est bien aussi, même si mon problème avec lui, c'est que quelque soit le film dans lequel je le vois, je vois Vincent Cassel, et pas le rôle qu'il interprète, mais ce n'est pas gênant. De belles images, et de beaux effets, un peu déservis il est vrai par une image vraiment dégueue. Mais malgré ses aspects négatifs que je développe, j'ai bien aimé, j'ai beaucoup aimé l'ambiance, et la musique de ballet apporte toujours un plus à l'ambiance d'un film. Bref, époustouflant sans plus, ce qui n'est pas une tare.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bref, époustouflant sans plus, ce qui n'est pas une tare.

y'a un smiley pour ça espèce de truffe.

 

Natalie mérite son oscar, elle a perdu du poids, s'est entrainé à la danse et a joué avec sa voix, elle n'a rien à voir avec la Natalie de V pour Vendetta ou autres, elle le mérite, et je suis pas plus fan que ça de Natou, mais là chapeau bas ma louloute.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...