Jump to content

L'étrangleur de Boston - Richard Fleischer - 1968


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Ah ben c'est ce qu'on appelle un

 

Suite à la mort de Curtis et du rappel conséquent de sa filmo, je me suis decidé à rattraper cette lacune...sans doute avais-je peur de me retrouver face à un thriller carré et un brin pantouflard ayant assez mal supporté le poids de ses multiples camarades. Et, magie du cinéma, c'est l'inverse qui se produit...

 

La toute première partie (occupant au moins une bonne heure) se focalise entièrement sur la terreur qui s'étend sur la ville de Boston, suite à une vague de meurtres de vieilles, puis de jeunes femmes, et sur l'enquête policière proprement inévitable. En une heure, Fleischer renvoi à dos tous les polars raplapla et les fouilles pistes moisis en s'éclatant comme un petit fou à garnir ses plans de split-screens démentiels (De Palma a dû se branler la nouille comme une folle à la sortie du film), rythmant son film de manière quasi-experimental, toujours à l'affut des détails croustillants ou (et) sordides (le coup du balai, hum hum ).

Quant la seconde partie, c'est un festival Curtis de premier choix, qui nous offre l'un des plus beaux rôles de schizophrène de l'histoire du cinéma

père de famille tranquilou, il n'a alors aucune idée de la frénésie sexuelle et morbide qui l'agite quand il séquestre et fracasse ses victimes

. Même encore aujourd'hui, c'est encore et toujours stupéfiant.

Bref, un putain de classique.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Rattrapé une de mes lacunes en ayant enfin vu "L'étrangleur de Boston". Après en avoir entendu que des louanges depuis des années, je dois dire que je reste un tout petit chouïa sur ma faim quand même... Alors soyons clairs, ça tue. La mise en scène est top, les acteurs, l'ambiance, les split screen, tout ça tue, rien à redire. Après, autant la première partie m'a captivé d'un bout à l'autre, autant la deuxième m'a un peu plus ennuyé. J'ai aimé le parti pris, le jeu de Curtis, les expérimentations de Fleischer, jusqu'au final, sobre mais glaçant, mais j'ai quand même aussi trouvé parfois le temps un peu long. Mais uniquement dans la deuxième partie, la première était juste parfaite. Donc bon, bilan évidemment très positif, œuvre phare du genre, et leçon de mise en scène, je plussoie tout à fait, mais disons que le film dans son ensemble n'est pas forcément THE chef d’œuvre absolu à mes yeux !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...