Jump to content

The Expendables 2 - Simon West (2012)


Yatta-Man
 Share

Recommended Posts

  • Replies 173
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Tu vois, un poster avec des gars qui tirent à la mitrailleuse et un titre par dessus, là, FULL LOVE, moi je trouve que ça créé un truc. Non ?

 

Y’a plein de bons acteurs. Mais moi je sais que j’en suis devenu un depuis le JCVD. Depuis c’est dur de faire des mauvais films qui partent straight to DVD. C’est horrible, parce qu’il y a des gens qui m’arrêtent dans la rue et me disent : « Jean-Claude, c’est quand que tu fais un nouveau film ? On t’a pas vu depuis longtemps… » Alors qu’en fait j’en ai sorti 5 en DVD… C’est dur. Ca fait mal tu vois.

 

Bah, j’ai déconné aussi [soupir]. J’ai eu ma vie. Je ne regrette rien. Absolument rien

 

Puis toute l'interview en fait.

 

Je worship beaucoup ce mec, ça m'a fait plaisir de le revoir placer ses tornado highkicks

Link to comment
Share on other sites

Oh putaiiiiiiiiiiiiin.

 

Je ne sais pas vraiment quoi dire. J'étais consterné et très amusé à la fois pour plusieurs scènes. C'est assez difficile de juger Expandables 2 comme un film. C'est au-delà des carrières des acteurs présents, je ne sais même pas si c'est de l'auto-critique ou du recyclage, ce que je sais, c'est que c'est totalement à part. C'est comme une soirée entre potes et qu'on se raconte des blagues sorties de nulle part dans une bonne ambiance parce qu'on est entre potes. La blague peut être bonne ou mauvaise que ça ne change rien, on va rigoler et s'amuser quand même. Et alors que le premier Expandables a l'ambition d'être un film d'action plutôt convenable, ici c'est du gros n'importe quoi qui tâche, l'équipe ne perd pas de temps et s'éclate!

Au-delà du nanar volontaire ou de l'auto-dérision, on cherche à se divertir. Pour le fun. C'est comme ça. C'est ce qu'on vient chercher de toute façon. Les citations sont pourtant envoyées très facilement. Les anciennes répliques cultes fusent de n'importe où. Schwarzy refait John Matrix en ouvrant une smart, dit "I'm back" comme il rererereredit "I'll be back". Chuck Norris fait une Chuck Norris fact (Mon Dieu). On reprend du Rambo, on va même jusqu'à citer son nom de façon totalement absurde! Jason Statham aurait crié le mot Casserole entre deux coups de couteaux que ça reviendrait au même! Dolph Lundgren ironise sur ses études de physique-chimie. Le duel final est un combat entre Rocky et Kickboxer. Et puis Yippi-kaï-yeah et d'autres trucs. Il n'y a même pas d'univers autour pour que ça donne de l'ampleur, c'est le style très appuyé et démesuré qui fait le tout.

Et les défauts que je trouvais au 1, je les trouve ici en plus gros, en plus soulignés même, et ça m'a plu. Pas une goutte de sang ne coule dans ce film, que du numérique. Mais pas n'importe quelle numérique, le numérique pauvre et cheap auquel on ne croit pas une seconde. Et c'est filmé en gros, sans le cacher, c'est assumé, j'imagine bien les mecs qui font exprès de faire des effets spéciaux cheap pour amuser le spectateur. Et encore, il y a pas mal de plans d'hélicoptères et d'avions eux aussi bien cheap. Le 1 montrait une production Nu image avec plus de fric que d'habitude, là ça tient presque d'une prod Asylum! Le 1 tenait de la série B décomplexé. Ici, c'est carrément de la série Z qui part dans le n'importe quoiiiiii. Stallone qui entre dans la mine en s'écrasant avec son avion, "Track them, Find them, Kill them", les camions du début qui ont l'air de sortir d'un post-nuke, les bras de Terry Crews doivent être plus larges que sa tête, les Expandables ne se mettent JAMAIS à couvert, la Smart dans l'aéroport, etc... C'est beau. Le top du top reste le gosse qui pleure sur ses compagnons morts en Afghanistan. Mais le pire dans son histoire, je dis bien le PIRE, c'est que ces salauds de militaires ont tué... son chien. Et le gars, traumatisé par toutes ces morts, surtout celle de son chien, rejoint l'équipe des Expandables, quelle logique.

Et là dedans, c'est Van Damme qui ressort le plus, magnifique méchant où il cabotine à mort. Et ce doit être le plus digne parmi ce festival de futurs ballons de baudruche dégonflés, celui encore en bonne forme pour faire son coup de pied retourné alors que Papy Stallone peine à courir.

 

Du gros n'importe quoi, un immense défouloir de mauvais goût qui m'a fait pensé, toutes proportions gardées, aux Feebles ou à Machete. Sans en atteindre le sommet par contre et c'est ça qui est plutôt dommage, j'aurais aimé que ça aille encore plus loin dans le délire. Pour le 3, je veux Verhoeven derrière la caméra, ou Robert Rodriguez aussi. Et Christophe Lambert en méchant pour aller encore plus loin.

Un nanar volontaire, un navet volontaire, un navet réussi. Je ne sais pas, je ne sais plus. En tout cas j'ai bien halluciné et passé un chouette moment.

Link to comment
Share on other sites

Marrant comme Bruce Willis et Schwarzy ne jouent pas de personnages dans ce film, de même pour Chuck Norris remarque. Ils sont là pour de la vanne, point barre. Ils sont Willis, Schwarzy, Norris. Point barre.

 

Pour les vannes old school, ça donne quand même un des dialogues les plus absurdes que j'ai entendu dans un film.

 

"I'll be back.

-No, you've been back enough. I'll be back!

-Yippi-kaï-yeah."

Pour citer ensuite Rambo sans AUCUNE raison, j'avais l'impression d'être sur une autre planète.

 

 

Ceci dit, voir une série Z sur grand écran, ça fait vraiment plaisir.

Link to comment
Share on other sites

Je rejoins malheureusement ce qui vient d'être dit juste au dessus. Je dis "malheureusement", parce que j'attendais, ou du moins j’espérais, un peu autre chose, mais bon, j'ai quand même passé un bon moment. On est contents de voir tous ces gars, même si la moitié des noms sur l'affiche sont proches du caméo, donc on sourit à leurs vannes, même quand elles sont nulles, on est contents de les retrouver même s'ils ont l'air d'avoir 100 ans et qu'ils font n'importe quoi sans raison pour meubler 1h40. Les plus jeunes d'entre eux (Statham et Van Damme) s'en sortent le mieux pour les scènes d'action, à côté de ça, Schwarzy semble vraiment de plus en plus monolithique (déjà que jeune, c'était pas Brando niveau acting, mais là...). On enchaine des répliques parodiques, on sait plus trop si on doit rire ou pleurer, mais on est quand même contents d'être là, finalement... On se plait parfois à doucement soupirer en pensant à ce qu'aurait pu donner le même projet traité avec un peu plus de sérieux, ou bien 15 ans plus tôt, mais bon, à quoi bon après tout ? Le film est ce qu'il est, on prend ce qu'il y a à prendre, et pour le reste, on se repassera les œuvres 80's / 90's de tous ces bonhommes.

Link to comment
Share on other sites

Revu ce soir. Séance malheureusement gâchée en partie par des gosses fouteurs de merde (je dis en partie parce-que la salle s'est rebellée telle la team de Stallone pour leur faire fermer leur putain de gueule).

 

Ben c'est encore meilleur la deuxième fois mine de rien : les petites longueurs que j'avais trouvée à la première vision ont disparu. J'ai même trouvé que tout allait beaucoup trop vite et j'en voulais encore à la fin.

 

Sinon, j'avais pas remarqué que nos héros se traitaient de "petite canaille ou ou de "tête de noeuds

Link to comment
Share on other sites

Je rejoins l'analyse de Machun. Un film très moche (mais la plupart du temps dans le bon sens : juste la prochaine fois, ce serait bien d'éviter les gros-plans flous pendant les dialogues), très bête, mais où toute la salle applaudit quand Chuck Norris arrive.

 

Le gros reproche que je ferai au film, c'est l'absence d'un méchant digne de ce nom. Van Damme est super, mais il est trop seul et il est pas assez présent. Un grand film a besoin d'un grand méchant. Pas de Commando sans Bennett, pas de Total Recall sans Richter, pas de Une journée en enfer sans Simon Gruber. On voit juste pas assez Van Damme pour qu'on ressente la peur. De plus il est pas assez épaulé : Eric Roberts avait Steve Austin et Gary Daniels, Van Damme n'a que Scott Adkins, dont le combat contre Jason Tatanne est filmé n'importe comment. Même dans Blade II y a Donnie Yen, la classe quoi !

 

Y a le plaisir évident de voir tous ces mecs fusiller en god mode, munition et vies infinies, et j'ai kiffé le passage où Jet Li détruit entièrement la tête d'un sbire avec le poing. Mais la prochaine fois, faudrait des méchants aussi nombreux (pas juste des figurants, mais des badass), avec du lourd : on veut du Wesley Snipes, on veut du Kimbo Slice, on veut du Genki Sudo, on veut du Jérôme le Banner, on veut du Michael Biehn, du Nicolas Cage, pour équilibrer la balance.

Link to comment
Share on other sites

Même ressenti qu'à peu près tout le monde.

 

Mon impression gobable est celle d'un film cool voire jubilatoire dans son dernier acte, donc le contrat est rempli.

 

Par contre, quand bien même Simon West fait le boulôt, c'est quand même bien laid, Nu Image style, et comme dans le premier, les bastons les plus alléchantes sont filmées dans le noir. Les fans de Scott Atkins vont chialer.

 

Et puis, et ça me fait très mal de le dire, mais Arnold fait vraiment trop vieux pour ces conneries.

 

Le film est bizarrement construit aussi : en gros, t'as un vrai film qui de temps en temps s'arrête pour qu'une vieille gloire passe faire coucou. Impression qui atteint son paroxysme lors du final où tout le monde à l'air de jouer au paint ball en se marrant.

 

Mais en fait je m'en branle. Là, j'ai l'impression d'avoir 12 ans .

 

 

Au début, quand Sly enlève la cagoule du prisonnier et qu'on voit que c'est Schwarzy, j'étais FOU !

 

 

Je veux un Exp 3. Mais avec un vrai directeur photo et Michael Bay.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

ce matin aux toilettes, je me suis dit que c'était mine de rien le meilleur rôle de Chuck Norris depuis Dogdeball (voire depuis La Fureur du Dragon).

 

Et en prenant ma douche, je me suis dit que Expandables était un bon film un peu décevant, tandis qu' Exp 2 est une merde qui fait plaisir.

 

Et en mettant mon slip, je me suis rendu compte que ça faisait un bout de temps que j'avais plus repensé à un film en allant aux toilettes, en prenant ma douche ou en m'habillant. C'est un signe, quelque part.

 

merci Sly. Merci.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 4 months later...
  • 2 months later...

Vu en BluRay chez un pote... Alors le film est effectivement très Z, mais cette impression est clairement amplifiée par la HD, à tel point que j'ai eu l'impression de voir un making of plutôt qu'un film. En revoyant la BA non HD sur youtube, ça me donne l'impression de ne pas avoir vu le même film. Bref, la HD c'est de la merde, c'est moche, c'est d'une tristesse infinie et ça me désole parce qu'il n'y aura plus que ça.

En ce qui concerne le film, c'est incroyablement mal branlé d'un point de vue narratif, c'est truffé de scènes ringardes (l'histoire du jeune sniper qui revient sur son trauma d'Afghanistan et de son chien...., Dolph qui fait le gros méchant clown, Schwarzy qui prouve une bonne fois pour toute qu'il est un acteur de merde, Chuck au bout du rouleau avec sa barbe tintée, Van Damme qui se prend pour Laurence Olivier, etc...) et c'est visuellement épouvantable... Ah merde, c'est encore l'effet BluRay/HD de mes couilles. J'ai envie de le revoir en DVD pour le réévaluer. Et finalement, je n'ai pas ressentit de réel second degré dans l'approche du film, et ça, ça fout vraiment les boules.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je croyais avoir lu que du négatif sur le film mais finalement je me retrouve dans la plupart des commentaires.

Certes y a zéro scénario, les cameo arrivent tous comme un cheveux sur la soupe mais franchement j'ai trouvé l'arrivée de JCVD hyper classe, et la fin quand ils tirent tous dans le tas aussi. Bon c'est n'importe quoi mais je m'en cogne.

Et les studios Bulgares ressortent mieux que dans Ninja.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Revu sur TF1 et je dois dire que c'est vachement mieux passé. Déjà, c'est étrangement moins moche sur petit écran et dès lors qu'on a avalé la construction un peu étrange du film -en gros, et comme un symbole, le film connaît un avant et après Chuck Norris, qui le fait sombrer dans le n'importe quoi-, c'est vraiment bonnard.

 

Les défaut sont toujours là par contre : Scott Adkins devrait high-kické la tronche à Simon West, les dialogues clins d'œil sont d'une pauvreté rare (Dolph s'entend réciter sa fiche wikipedia, enkuler de rire ) et le trauma de Liam Hemmsworth et son clébard, c'est toujours aussi débile.

 

Yu Nan ressemble à Bolo Yeung sans les pectoraux.

Link to comment
Share on other sites

'ai envie de le revoir en DVD pour le réévaluer. Et finalement, je n'ai pas ressentit de réel second degré dans l'approche du film, et ça, ça fout vraiment les boules.

Sans ironie, tu as essayé de le copier sur une vhs ? Tu retrouveras la patine 80's qui manque au film

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...