Jump to content

The Informers - Gregor Jordan (2008)


Benj
 Share

Recommended Posts

Une ville gouvernée par les dépendances de toutes sortes - sexe, drogues, argent, pouvoir – où la jeunesse est perdue, où l’amour est éphémère, où chaque nuit est une fuite en avant. Mais tôt ou tard, la fête est finie et la gueule de bois peut s’avérer mortelle…

11lHeI6fq_0

 

P.U.R.G.E.

putain Bret Easton je suis pas un grand fan, mais alors là on touche le tréfonds de sa vision de la vie et des ses experiences. J'avais vu une interview du mec et avait très bien compris comment il avait vécu les 80'-90's.

Mais alors là c'est simple, je ne sais pas qui est responsable, mais ils ont pris tout les clichés inhérent au style et l'ont foutu au mixer pour nous en sortir un potage difficile à avaler.

 

Et vas y qu'on a donc des jeunes accro à la coke, qui baisent sans plaisir, qui sont bi et qui l'assume, qui sont à fleur de peau, qui ont un mal être dans leur coeur d'enfants riches, le vieux baiseur accro à la coke et sa femme accro à la coke et qui baise l'un des jeunes écorchés vifs, un truand kidnappeur d'enfants dont on ne sait pas ce qu'il vient foutre dans l'histoire et pour finir un rocker accro à la coke qui parce que c'est un rocker il a une vie fucked up, baise des mineurs masculins et féminins et a des remords parce que c'est dur la vie de star.

 

Déjà le cul triste et froid ça me fait chier, les problèmes même pas existentiels des jeunes m'emmerdent, mais alors quand c'est réalisé sans talent et servi avec des dialogues cons comme c'est pas permis, là j'abdique devant tant de merde. J'ai cru voir du Larry Clark vs Bret Easton fait par un réalisateur français de gauche sorti de la boite à téléfilm de TF1

Puis niveau subtilité ça se pose en maitre, l'apparition du Sida chez un des perso est du finesse de la taille d'une dalle de béton.

 

Je pense que Jérémie peut aimer, y'a des jeunes qui sont mal dans leur peau alors ils baisent

 

Sinon il reste Amber Heard qui passe la plupart du temps du film full naked (sans chatte dedans) donc voilà pour les pornocrates du forum go for it, perso Amber elle m'attire pas, et encore moins quand elle baise sans joie...

 

Vive la vie.

Link to comment
Share on other sites

 

Je pense que Jérémie peut aimer, y'a des jeunes qui sont mal dans leur peau alors ils baisent

 

 

Non mais en plus ça me tentait bien tout ça

 

Propos sulfureux + Mickey Rourke + Winona Ryder + Kim Basinger + Amber Heard + Easton Ellis + Brad Renfro + Chris Isaak =

 

Et même si ta chronique donne pas envie (je crois pas que le film est bonne réputation en effet), je verrais bien ça un jour

Link to comment
Share on other sites

euh propos sulfureux, bif bof, c'est moins sulfureux que la hausse des prix des cartouches d'encre pour stylos plume.

Après y'a ptet une métaphore qui existe mais alors elle doit être bien caché dans le cul d'Amber Heard.

 

In interviews, Bret Easton Ellis has expressed disappointment with how the film turned out.
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 1 year later...

Bon, objectivement, c'est vrai que c'est pas terrible. Mais j'ai quand même passé un moment pas détestable. En fait, j'ai bien aimé l'ambiance, Ellissienne à mort, sur plein de points, des trucs importants comme des détails. Le problème, c'est que ça raconte juste rien autour. On a rien à foutre de personne, on sent jamais vraiment le mal être qu'ils sont censés tous se trimballer. Ca baise, ça boit, ça sniffe, mais effectivement, rien ne mène à rien, les histoires (si on peut appeler ça comme ça) sont super mal imbriquées les unes dans les autres, et ça se contente de réciter son petit "jeunesse dorée californienne 80's" sans imagination et sans vrai talent. Le cast était cool, il y a des trucs à sauver, mais bon, en l'état, ça reste qd même foiré. Pas détestable, même pas nul, mais juste un peu plat, creux et sans vraie vision à offrir. Rendez vous manqué.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...