Jump to content

Docteur Petiot - Christian de Chalonge (1990)


Cyril
 Share

Recommended Posts

J'en ai vu un bout completement à l'arrach lors d'une diff nocturne ya plusieurs années...

 

Dans mes souvenirs, sur ce que j'ai vu, c'était un peu bancal, mais avec une ambiance assez "à part", intrigante, et un Serrault assez mortel (comme d'hab).

Link to comment
Share on other sites

pourquoi ca t'interesse, tu veux refaire son travail pour gagner ta tunes vieux grincheux?

 

Nan j'ai vu son histoire sur Wikipedia (je connaissais que le nom) et ce qu'il a fait c'est super sordide. En fait j'ai peur que l'histoire raconté dans le film ne soit pas assez exploit pour moi

 

Moi quand je lis sur Wikipedia

 

Après sa sortie, en mai 1941, il fait l'acquisition d'un hôtel particulier, situé au 21 rue Le Sueur. Détail piquant : au même moment sort sur les écrans le premier film de Clouzot, L'assassin habite au 21. Il y réalisera d'importants travaux : il fait surélever le mur mitoyen, afin de barrer la vue de la cour et transforme les communs en cabinet médical. Lors de fouilles, la police découvrira une cave complètement aménagée, des doubles-portes, une chambre à gaz dont la porte était équipée d'un judas pour regarder l'agonie de ses victimes, ainsi qu'un puits rempli de chaux vive.

 

Le 9 mars 1944, les pompiers sont alertés par des voisins incommodés depuis plusieurs jours par les odeurs s'échappant d'une cheminée de l'immeuble de la rue Le Sueur. Après avoir appelé Petiot chez lui et vainement attendu son arrivée, ils fracturent une fenêtre et pénètrent dans l'immeuble. Ils sont vite alertés par l'odeur et le ronflement d'une chaudière et, descendant dans la cave, découvrent des corps humains dépecés, prêts à être incinérés.

 

Lors de perquisitions, on découvrira soixante-douze valises et 655 kilos d'objets divers, parmi lesquels un pyjama d'enfant

 

Jugé du 18 mars au 4 avril 1946 pour vingt-sept assassinats, il en revendique soixante-trois lors de son procès. Il se défend en proclamant qu'il s'agit de cadavres de collaborateurs et d'Allemands et proclamera jusqu'au bout avoir tué "pour la France". Toutefois, il resta incapable d'expliquer comment un pyjama d'enfant s'est retrouvé dans les affaires dérobées à ses victimes, ni comment des innocents attestés faisaient partie des corps retrouvés.

 

Malgré une très longue plaidoirie (qui dura six heures) de son avocat, maître René Floriot, Petiot est condamné à mort et guillotiné le 25 mai 1946 à la prison de la Santé à Paris par le bourreau Jules-Henri Desfourneaux. À l'avocat général qui venait de le réveiller pour l'exécution, Petiot rétorqua : « Tu me fais chier ». Puis plus tard devant la guillotine : « Ça ne va pas être beau ». Au magistrat qui lui demanda, au moment d'aller au supplice, s'il avait quelque chose à déclarer, il répondra : « Je suis un voyageur qui emporte ses bagages ». D'après les témoins, il mourut un sourire aux lèvres.

Nul ne sut jamais ce qu'il advint de la fortune qu'il amassa avec son prétendu réseau, les estimations des sommes détournées se montant jusqu'à 30 millions d'euros.

 

Bref quand je lis ça je veux pas voir un deux pièces cuisines avec un Serrault en train de se demander si ce qu'il fait est bon ou pas, moi je veux un Dr Giggles complètement fou qui démembre et tue avec un rire sadique

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...