Aller au contenu

Hiroshima mon amour - Alain Resnais - 1959


kevo42

Messages recommandés

 

 

 

 

 

 

L'histoire

 

Un homme une femme, une bombe atomique, Nevers, la douleur de la mort, et l'amour au milieu. Quelque chose comme ça.

 

Mon avis

 

On retient souvent de la nouvelle vague le côté youpi c'est la fête, on va filmer caméra à l'épaule dans Paris et vas-y que Godard / Christophe Honoré au fond c'est la même chose. Mais bon, quand on voit Hiroshima mon amour, on se rend compte qu'Alain Resnais ain't nothing to fuck with.

Plastiquement c'est beau, c'est même magnifique. Et c'est très très intelligent : c'est pas l'image qui illustre le son (ce que Godard reproche à pratiquement tous les films), mais l'image dialogue avec le son. Surtout au début, où l'héroïne raconte ce qu'elle a vu à Hiroshima : le lit, les mecs cramés, les gamins sans machoire, et en même temps elle n'a rien vu, elle ne sait pas, parce que la mort n'est pas communicable.

Ensuite on rentre dans l'histoire d'amour proprement dite, mais c'est une histoire bizarre, qui préfigure un peu le before sunrise de Linklater, parce que c'est un amour destiné à mourir directement. Enfin, il y a l'histoire de Nevers, la folie, la douleur face à la mort de l'aimé, filmé de façon très concrète, avec les ongles en sang à force de gratter le mur.

 

Le truc un peu compliqué dans le film, c'est la langue de Duras, assez particulière, mais belle et finalement très influente : le comme à la radio de Brigitte Fontaine, notamment, semble tout droit sorti de là, et la diction très particulière des chanteurs de Diabologum aussi.

 

Bref Hiroshima mon amour, c'est pas le film youpi tralalala, quand on le voit, on sait qu'on voit un truc qui nous teste un peu, mais c'est pas du tout insurmontable.

 

C'est même plutôt très bien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu à la fac. J'avais profondément détesté. Un supplice de chaque minute. Mais c'était déjà moins pire que "India song" de Duras.

 

Desproges : "Marguerite Duras n'a pas écrit que des conneries, elle en a aussi filmé" !

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai peur de m'y tenter, vu que j'avais trouvé L'année dernière à Marienbad absolument IMBITABLE. Par contre j'ai adoré tout récemment "Muriel, ou le temps d'un retour".

Je m'interroge du coup...

 

Malheureux, "L'année Dernière à Marienbad" est sublime ! Perso, j'ai rarement été déçu avec Alain Resnais.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

comme kevo j'adore le resnais de cette époque : à l'experimentation radicale, il savait apporter une finesse esthétique rarement égalée et finalement transmettre beaucoup d'émotion.

 

les cahiers essaient de nous faire croire que christophe honoré fait de la nouvelle vague, mais c'est la nouvelle vague qui en est arrivée à faire du christophe honoré

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...