Aller au contenu

I Spit on Your Grave - Steven R. Monroe (2010)


Messages recommandés

i-spit-on-your-grave-2010.jpg?fit=640,94

Citation

Parce qu'elle souhaite se concentrer sur l'écriture de son nouveau roman, Jennifer Hills se rend à la campagne et s'isole dans un chalet loué, loin de toutes distractions. Avant d'arriver à destination, elle s'arrête cependant dans une station-service, où elle fait la rencontre de Stanley, Johnny et Andy, trois colosses des environs, qui s'amusent à ses dépens. Plus tard, alors qu'elle écrit calmement dans son chalet, les trois hommes, accompagnés de leur copain Matthew, un simple d'esprit, lui rendent une visite impromptue. Avec l'aide du Sheriff Storch, ils la violent finalement, jusqu'à la limite de la mort... Laissée pour tel, l'écrivaine orchestre dès lors, dans l'ombre, sa terrible vengeance.

 

 

Pas vu l'original, j'avais le dvd mais je l'ai refourgué avant de le voir.

Bon celui là est pas mal, un peu trop bavard au début, l'avant viol est un peu chiant, on a envie qu'ils s'y mettent histoire que le film commence parce que y'a rien qu'on ai pas déjà vu ailleurs. Après ils passent à l'acte et s'est plutôt réussi, c'est cru, c'est crade mais finalement on a pas trop d’empathie pour la fille, peut être la faute à des éléments secondaires en trop, des persos un peu trop caricaturaux, ce qui nous fait un peu décrocher de LA scène. Chiens de Paille peut dormir tranquille.

Puis viennent les scènes de revanche, et là c'est carrément mieux que le début, les pièges et les mises à mort sont bien hardcore, elles font bien mal où elles passent, par les yeux jusqu'au fion, pas de CGI pour le gore . On peut regretter les fins de scènes un peu trop coupés trop tôt.

 

Bref, c'est sympathique mais trop bavard au début, un poil trop long et moyennement mis en œuvre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dire qu'il il y a presque 6 ans , un forumeur de devildead annonçait comme poisson d'avril un remake de i spit on your grave et que tout le monde avait rigolé! En effet l'actrice a un joli minois et je suis d'accord pas la peine de la déshabiller vu qu'il n'y a rien à voir en dessous.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un remake qui ne s'imposait d'aucune manière.

L'original n'est pas un immense film, mais au moins il dit quelque chose d'un cinéma d'une époque, voire peut être quelque chose d'une époque tout court.

Celui-ci révèlera une certaine idée du néant créatif, même au pur plan de l'exploitation. Pas de rage, pas d'émotion, juste un parcours balisé plouf plouf.

Un distillat d'ennui hautement concentré.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Reçu le BLU RAY Anchor Bay.

 

D'abord techniquement le BR est une pure merveille, images et son somptueux.

 

S'agissant du film lui même, en dépit des critiques plus ou moins mauvaises qui tournent, j'ai été agréablement surpris.

 

La première remarque qui vient à l'esprit, et ce n'est pas forcément un défaut, est que le film ressemble comme deux gouttes d'eau au remake de "la dernière maison sur la gauche" : la partition est très inspirée de celle de John Murphy, idem pour la photo délavée, les décors, la tête de tous les acteurs (les méchants crane rasé avec le front bas et la mâchoire carrée, la victime brune lolita aux petit cul petits seins), la coupure du film en deux parties bien distinctes, le fait d'avoir privilégié la violence sur le sexe à l'inverse des deux films originaux, etc...

 

Cela étant, même si l'histoire est connu archi connue, la sauce prend plutôt bien et la tension est réellement présente.

 

A la différence du remake de la dernière maison sur la gauche, ce film a l'avantage de présenter sa deuxième partie se déroulant de jour, ce qui plus efficace, plus violent et plus dérangeant.

 

Les scènes de torture porn sont bien hard et inventives et n'ont rien à envier à celles, par exemple, des récents SAW.

 

A côté de ça quelques points faibles notamment des incohérences scénaristiques (la pire étant celle grotesque des violeurs qui reçoivent tous un objet du viol avant la revenge, on se croirait dans souviens toi l'été dernier...) et surtout le soin particulier du réal d'éviter quasiment tout plan sur l'anatomie pourtant délicieuse de Sarah Butler...

 

Puisque le film avait vocation à être unrated, pourquoi avoir été aussi soft au niveau fesse, alors qu'au contraire l'une des curiosités du film initial était l'impudeur totale de son héroïne qui se baladait en full frontal pendant les deux tiers du film?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 year later...

Très sympa, si j'ose dire.

 

La partie rape est bien rape (on dirait que ça se termine jamais) et la partie revenge bien revenge .

 

 

Le fusil à pompe dans le cul !

 

Effectivement, stylistiquement, on dirait un faux jumaux du remake de la Dernière Maison, à la différence que le coté grand-guignol passe mieux ici.

 

Dommage tout de meme pour la morale très 70's, présentant une fille habillée trop court et fumeuse de mariejeanne comme candidate idéale au viol. 40 ans plus tard, on peut passer à autre chose, je crois.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 8 years later...

J'ai pris mon temps avant de le regarder celui-ci....

Je ne suis pas particulièrement fan du film original et l'idée de ce remake ne m'inspirait pas plus que ça.

Au final, c'est plutôt une belle surprise. Monroe ne brille pas derrière sa caméra mais il fait le job, et de manière plutôt efficace.

Voir le film après la vague mitou lui est peut-être bénéfique, les commentaires ci-dessus résonnent d'ailleurs bizarrement - pas sûr qu'on lirait la même chose aujourd'hui.

Aussi, à aucun moment la fille n'est habillée trop court  - si ce n'est lorsqu'elle est seule à la maison - mais jamais elle ne va se pavaner en petite tenue devant les rednecks buveurs de bourbon (elle porte un pantalon quand elle les rencontre). Le commentaire du film (pour autant qu'il y en ait un) est plus du côté ville vs campagne - riche vs pauvre - éduqué vs illettré, les violeurs passant à l'acte non pas à cause de l'excitation provoquée à la vue de la citadine, mais à cause d'une histoire d'égo à la con. Qu'on adhère ou non, le film démarre vraiment au moment du viol pour ne jamais baisser en régime. Ca reste tendu jusqu'au final et ça fait mal.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...