Jump to content

The devil's double - Lee Tamahori - 2011


kevo42
 Share

Recommended Posts

Le résumé Allociné :

 

Bagdad, 1987. Le pays est en proie à la trahison et à la corruption, ce qui fait les beaux jours du Prince Noir Oudaï Hussein, fils aîné de Saddam.

Personnage sans foi ni loi, il ne pense qu'à son plaisir immédiat et n'hésite pas à s'emparer des biens d'autrui et à coucher avec n'importe quelle femme qui lui plaît - même lorsqu'elle est mariée. Personne n'a jamais osé lui tenir tête…

Lorsque Latif Yahia, lieutenant d'Oudaï, est convoqué au palais de Saddam, il se voit contraint d'obéir à un ordre délirant : devenir la doublure d'Oudaï - son "fiday" - sous peine de voir exécuter toute sa famille.

N'ayant pas le choix, Latif commence sa nouvelle vie, en "jouant" le rôle d'Oudaï Hussein, un des hommes les plus puissants et les plus haïs du pays. Il apprend à lui ressembler, imitant sa manière de marcher et de s'exprimer. Il découvre aussi la démesure de l'univers d'Oudaï - ses femmes faciles, ses voitures de course, et l'argent qui coule à flot.

Mais il lui faut surtout savoir à qui il peut accorder sa confiance, dans un monde où la moindre erreur de jugement peut s'avérer fatale.

Il comprendra bientôt qu'il ne peut compter que sur Sarrab, concubine d'Oudaï, pour l'aider à sortir de ce cauchemar…

 

Pas trouvé d'affiche mais une photo du film

 

 

et un extrait sur le site d'euronews : http://fr.euronews.net/2011/01/24/festival-de-sundance-de-the-devil-s-double-a-mon-frere-est-idiot/

 

Un film de Lee Tamahori donc, sur l'Irak de Saddam, avec Ludivine Sagnier, ça annonce du .

 

 

Mais surtout, ce qui finira d'éveiller l'attention ici, c'est ce qu'en dit le journaliste d'empire sur le blog du magazine :

 

It's a very rough-edged film, which is both a good and a bad thing. In some ways, it reminded me of a straight-to-video Vestron action movie from the 80s, which I imagine Tamahori may take exception to, but I mean that as a positive, since its aim is to entertain in a slightly cruel and unusual way, not to preach about the situation in the Middle East.

 

Ca va plaire au patron, ça

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
 Share

×
×
  • Create New...