Jump to content

The Eagle (2011) Kevin Macdonald


NickLezob
 Share

Recommended Posts

In 140 AD, twenty years after the unexplained disappearance of the entire Ninth Legion in the mountains of Scotland, young centurion Marcus Aquila (Tatum) arrives from Rome to solve the mystery and restore the reputation of his father, the commander of the Ninth. Accompanied only by his British slave Esca (Bell), Marcus sets out across Hadrian's Wall into the uncharted highlands of Caledonia - to confront its savage tribes, make peace with his father's memory, and retrieve the lost legion's golden emblem, the Eagle of the Ninth.

 

Yx4bnwvGmKM

 

Même pas le courage d'écrire un résumé en français. Quelques jolis paysages et 2/3 excès de violence (dont une décapitation au début) pour le reste c'est limite la purge. Un Centurion du pauvre (qui n'était déja pas extraordinaire) mais qui a couté 2 fois plus cher (et ça se voit pas à l'écran). Le néant a plus de charisme que Channing Tatum, même Donald Sutherland est nul.

Link to comment
Share on other sites

Au moins tu le trouves beau dès que je vois sa tête je pense au Toxic Avenger.

 

Je crois que même Christophe Lambert était plus convaincant dans Vercingetorix. Sans compter que le duo qu"il forme avec Jamie Bell n'est pas crédible un seul instant (ce qui fait un peu chier vu que le film repose essentiellement la dessus). Restent de jolis paysages.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Mouais, mouais, mouais …

 

Un film avec plein de qualités mais aussi … un sacré défaut : un gros manque d’unité.

 

En fait, il y a presque trois petits films dans un

 

Un début qui ressemble à une version hardcore des BD Astérix (Romains vs. Gaulois, fight !).

 

Après, on passe à une sorte de pause digressive sur la société romaine (avec un Donald Sutherland sémillant qui illumine l’image ).

 

Et puis on enchaîne sur un troisième acte orienté aventure.

 

Globalement, le film oscille aussi entre moments guerriers puissants (le dernier baroud d’honneur des soldats hirsutes de la neuvième légion ! ) et envolées poético-métaphysiques (c’est presque malickien aux entournures).

 

Quelque part entre Centurion, Rome, Le 13ème guerrier et Walhalla rising

 

En tout cas, la photo est sublime (les scènes en sous-bois sont magiques !), la BO aussi

 

Un peu moins emballé par la mise en scène, trop heurtée mon goût (les séquences d’action ne sont pas super lisibles). Je reste persuadé qu’un filmage plus classique aurait servi le film.

 

A l’arrivée, je suis mitigé.

 

Œuvre inégale, hybride.

 

De sérieux atouts mais un résultat final moyen

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...