Jump to content

L'Apollonide - Bertrand Bonello - 2011


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

La pute est décidément très tendance cette année sur la croisette : après Sleeping Beauty, voilà le nouveau film de Bonello (Le pornographe et Tiresia, c'était lui) qui semble avoir oublié que Canal + a déjà planché sur le monde des maisons closes du début XXème. Mais bon hein, ça me rend toujours curieux...

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Ben j'ai trouvé vraiment bien en fin de compte (alors que Le Pornographe représentait selon moi tout ce qui ne fallait pas faire dans le cinéma français). C'est plastiquement très beau, mais aussi vraiment fascinant, étrange (Lynch n'est pas loin), comme si la fantasmagorie intéressait plus Bonello que la sociologie (ce qui est vaguement remis en doute dans les derniers plans).

C'est en tout cas bien plus inspiré (étonnante utilisation des Moody Blues) et vivant que le super antipathique Maison Close.

Link to comment
Share on other sites

INSUPPORTABLE !!!!!!!!!

 

Interminable, vide, creux, sans aucun intérêt du début à la fin... Au bout de 20-30 mn, j'ai compris que j'allais souffrir. Plusieurs personnes se sont barrées en cours de route de la salle, et si j'avais été seul, c'est ce que j'aurais fait tellement je me suis fais chier comme rarement.... Les 2h ont été une vraie souffrance, à la fin de la séance, j'avais l'impression d'avoir passé ma journée dans la salle ! Affreux affreux affreux....

Link to comment
Share on other sites

Désolé DPG, j'ai pas eu le temps de publier mon avis, ça t'aurait peut-être dissuadé. Mais je suis en effet d'accord en tout point : faussement subversif, ultra nombriliste, chiant comme la mort. Et Adele Haenel qui fait la robot dance comme Peter Crouch :

 

Dans le même genre, j'ai préféré une nuit au bordel de John B. Root, voire même Virginie de Martin Cognito.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je ne trouve pas forcément utile de publier des avis tout juste destinés à démonter. Mais, en l'occurence, si ça pouvait aider qui que ce soit à éviter le désastre...

 

Je voulais aller voir "Restless", ma tendre et chère ce film-ci : ce que femme veut - d'autant que je lui avais quasiment imposé "Warriror" lors de notre précédente séance commune.

Et puis javais, malgré quelques défauts, bien aimé "De la guerre" (le précédent long de Bonello. enfin, je crois, j'ai la flemme de chercher) donc, pourquoi pas...

 

Mais là, c'est, pour faire court, tout juste le pire truc vu depuis des lustres et sans doute l'un des pires tout court subis au cours de mon existence de cinéphage.

Insupportable de la première à la dernière image (enfin, presque, le générique du début est pas mal), lent, mou, chiant, long (l'impression que le tout dure huit heures), creux, d'un vide abyssal, poseur à un point qu'il n'est pas permis, prétentieux, uniformément mal joué et dôté d'un final au mieux maladroit, au pire carémment douteux.

 

Au moins une demi-douzaine de départ durant la projo et à chaque fois l'envie de les suivre (même que j'aurais du : la vie est trop courte pour s'infliger ce genre de souffrance).

Les mauvais films peuvent ennuyer : celui-là parvient à carrément énerver.

 

Heureusement que le "Judge Dredd" (revu, en rentrant de la séance, sur NRJ 12) m'a en partie lavé de cette infâmie (même si on peut dire que c'est soigner le mal par un autre genre de mal).

Link to comment
Share on other sites

L'enfer a une durée : 2h02. Un film bobo, qui n'a rien à dire, esthétisant jusqu'à l'écœurement. La tentative de psychologie "à 2 balles" très convenue, n'arrive même pas à le relever une seconde.

Un film très énervant en fait. Le bordel n'est qu'un prétexte à un clip géant de 2h02, les nichons et le rock lancinant des 70's échouant même à rendre tout ça sexy.

Le seul truc sympa c'est la prostituée de 16 ans qui débarque, elle est un peu toute molle. Elle casse un peu l'esthétique globale du film, c'est une petite bouffée d'air dans un film ennuyeux, asphyxiant au possible.

Link to comment
Share on other sites

Bonello ose rien du tout, tout se passe en hors champ (scènes de cul, moments tragiques, annonces malheureuses...). Ce n'est pas une critique.. mais on peut pas dire que le réal "ose tout". Bref, le film n'est qd même pas une assez sombre merde et les avis sont suffisamment tranchés pour que ça vaille le coup d'y aller quand même Ben!

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 2 years later...

Ben moi j'ai bien aimé.

 

J'en attendais strictement rien, j'en n'avais pas entendu parler, j'ai trouvé le film visuellement très beau, et je me suis pas fait chier. Et d'habitude je suis le premier pour repérer le prétentiard qui essaye d'imposer sa thèse, et même si la toute fin est un peu j'ai trouvé le film assez inspiré, avec de très beaux moments "Kubrickiens".

 

Après je reconnais qu'il faut être dans l'ambiance, avoir envie de se plonger dans le truc, mais même moi qui suis plutôt gros téléfilms Z pour décompresser le dimanche aprème c'est très bien passé.

 

On idolâtre souvent le film de Weir, Picnic à Hanging Rock, dans lequel il ne se passe STRICTEMENT RIEN, ça m'y a fait énormément penser, sauf que là, je ne me suis pas fait chier

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...