Jump to content

Time and tide - Tsui Hark - 2000


DPG
 Share

Recommended Posts

Le contraire pour ma part.

La première fois, la première demi-heure m'a parue interminable et j'ai ronflé comme un nouveau né.

La deuxième fois, j'ai trouvé le départ très chiant et incompréhensible (normal quoi), lorsque soudain, le film vire complètement pour devenir un pur joyau de maestria visuelle.

Link to comment
Share on other sites

Bon, pour ma 2e (ou 3e je sais plus) vision, j'ai toujours kiffé, mais c'était quand même moins mortel que dans mes souvenirs. Le film possède toujours une énergie folle, c'est incontestable. La folie visuelle emporte tout sur son passage, y a des pures idées de mise en scène, l'utilisation des décors est quasiment du jamais vu. Mais bon, le scenar est toujours aussi bordélique (pr pas dire incompréhensible), les idées dingues sont (comme toujours chez Hark) très inégales, un coup ça passe, un coup ça casse. Malgré ses légers défauts, ça reste quand même un film qu'on a envie d'aimer tellement c'est "autre", totalement fou, surprenant, inégal mais qui ne ressemble à rien d'autre, et où l'envie de filmer de son auteur transpire de chaque plan !

Link to comment
Share on other sites

Le sommet de la carrière de Tsui Hark en ce qui me concerne

 

Ce que j'adore le plus dans le film c'est que PERSONNE n'est capable dire de quoi ça parle !

 

sinon après c'est un chef d’œuvre de tout ce que vous voulez, à chaque vision je suis estomaqué.

Link to comment
Share on other sites

Disons que le scenar, on comprend les scènes, les enjeux, de façon indépendante, à l'intérieur de chaque scène. Mais c'est le lien entre les différentes scènes, les différents persos, etc qui est bp plus bordélique !

Link to comment
Share on other sites

Le scenar est anecdotique. Il fallait placer un accouchement, deux pop stars, des mexicains, des lesbiennes et une scene de frigo que Indy il a tout copié dessus.

 

Tsui a rendu le film d'action le plus fou et inventif de tous les temps. Et pour l'instant personne n'arrive à lui coller le train et approcher la maestra de l'ensemble. Pourtant c'est tout con ce qu'il a fait le père Hark : il a utilisé le décor comme élément principal de toutes les scenes d'action. Et contrairement à d'autres qui s'essaient à la faire, Hark a eu le bon gout d'avoir une pure gestion de l'espace et une caméra cascadeuse qui colle au cul des cascadeurs. L'insecte nuisible a le bon gout de parler d'une courte séquence ici. Ca ne résume pas le tour de force de Tsui Hark mais ça aide à bien voir.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
Revu ya peu, j'ai été un peu consterné par l'utilisation des CGI avant de m'endormir comme une merde. Mais la première fois que je l'avais vu j'avais rien compris mais quand même trouvé ça surpuissant

 

 

Mais pareil quoi. J'avais trouvé que ça poutrait pas mal à la première vision et là, à la revoyure, je trouve que ça devient bien chiant passées les 45 premières minutes. On comprend rien et pour la maestria visuelle, ok peut-être, n'empêche que j'ai trouvé les scènes d'action et les fusillades bien pourraves. Je préfère Piège a Hong Kong, là au moins on se fend la gueule .

 

Par contre la scène de la baie

Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...
  • 3 weeks later...
  • 8 months later...

Je continue de me mettre aux classiques.

Et celui là passe un peu mieux, mais j'ai pas été plus secoué que ça.

Donc oui le scénar est foutraque et c'est dur de tout suivre et de s'impliquer vraiment.

Concernant la maestria de la réalisation, ça ne m'a pas plus sauté aux yeux que ça.

 

Ça m'aurait fait bien chier d'avoir claqué 40 boules pour le BR collector.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...