Jump to content

Django Unchained - Quentin Tarantino, 2012


Kerozene
 Share

Recommended Posts

  • Replies 105
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Il y a un bout de l'affiche de Drum (Warren Oates dans les bras de Pam Grier), pseudo séquelle de Mandingo aux dialogues superbement outranciers. Le Django de Tarantino est d'ailleurs bien plus proche de Drum que du Django de Corbucci.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

les 2h45 passent plutôt bien malgré le gros coup de mou.

comme pas mal de monde, je retiendrai surtout la première partie qui est un solide western, avec une touche d'originalité et de fun.

puis ça part en vrille dès qu'ils mettent les pieds au mississippi. "caméo" de franco nero navrant, voyage interminable et peu utile à l'intrigue, dîner tarantinesque au possible (le cours de phrénologie, pitié...), puis gunfight grand guignol à la john woo (ça c'était sympa mais un peu tardif). surtout toute cette partie repose sur une stratégie commerciale fumeuse qui a pour seul objectif au final de racheter la femme de django à moindre coût, alors qu'ils ont accumulé un magot pendant l'hiver.

et puis il y a aussi cette obsession du racisme qui m'a fait saturer au bout d'un moment. Je veux bien que ce soit pour dénoncer ou justifier une vengeance, mais j'ai trouvé ça lourdingue pendant presque 3h.

enfin on sait tous que le nom "Django" a été collé sur des tas de westerns disparates, notamment pour en faciliter l'export, mais tout de même, un Django esclave qui chevauche avec des lunettes de soleil sur fond de hiphop, ça me laisse encore perplexe, surtout quand on cite l'original à plusieurs reprises

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

MOnique Pantel a kiffé :

 

Oh il est magnifique ! Ah, mamma mia ! Il m'a bouleversée, retournée, lessivée, écoeurée, enchantée, fait pleurer, bien sûr. Avec son western, il a fait un chef d'oeuvre, notre Tarantino. Il est doué, il est extra. J'en tremble, je suis émue. L'Amérique deux ans avant la Guerre de Sécession. Un chasseur de primes allemand engage pour l'aider un esclave noir qu'il libère. On est content, mais hélas, ils vont chercher des gens qu'ils recherchent pour les primes dans l'immense propriété d'une ordure ambulante, qui est jouée par le pauvre Di Caprio. Moi j'aurais pas accepté ce rôle, moi, hein. Il est génial, mais c'est un rôle de salopard ! Et Django, admirablement joué par Jamie Fox (il est génial, ce Django), il veut faire libérer sa femme qui est retenue aussi par le salaud, qui a été prise en esclave. J'ai applaudi, j'ai pleuré, j'en peux plus !

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...