Jump to content

Killer Elite - Gary McKendry (2011)


Blame
 Share

Recommended Posts

 

Apparement ce n'est pas un remake du Peckinpah. De la partie: Clive Owen à moustache, Statham qui fait du Statham et De niro qui frappe sous une bande sonore de Scorpion pour un actionner.

 

8F1wrDsUqYc

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

Et bien j'avais raison, c'est vachement bien comme film. Il dure 2h mais je suis resté captivé jusqu'au bout.

C'est pas non plus le sujet du siècle mais c'est quand même pas mal comme polar-actionner.

J'ai l'impression que Statham a trouvé un rôle qui lui permet de rentrer dans la cour des "grands", c'est à dire, partager des scènes avec De Niro et Owen c'est pas donner à tout le monde. Même si je pense qu'on est plusieurs à être d'accord pour dire que Jason est depuis longtemps dans le hall of fame des acteurs favoris des décérébrés que nous sommes.

L'histoire est intéressante, le casting est excellent, mention à la moustache de Dominic Purcell, et puis il y a pleiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin de violence avec les mains et les pieds, et aussi plein de BRRRRRAAAAAPPPPPPP!!!!!

Link to comment
Share on other sites

Ca se regarde mais je trouve que le film reste trop le cul entre deux chaises pour convaincre vraiment : un peu trop "grave" (tout est relatif) pour du bis et clairement trop nawak pour quelque chose de sérieux.

Clive moustachu, par contre, c'est la classe absolue (d'autant que son perso est le meilleur du film) !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bon alors globalement, c'est

 

- Pesance Jason Statham, dans le rôle de Stallone dans un film de Stallone d'il y a 25 ans.

- Pesance Clive Owen et sa moustache et parce que le mec qui a inventé la veste en cuir l'a fait que pour que Clive Owen en porte

- Pesance De Niro et son premier rôle potable depuis...euh...

- Pesance De Niro dans le métro

- Pesance, le maillet en carreau de salle de bain

- Pesance histoire vraie avec Statham qui fait des pirouettes sur une chaise et bouffe des SAS au petit déjeuner

- Pesance chouquette, parce que l'histoire d'amour est pas trop envahissante et que si Statham il va parfois roucouler dans la maison en bois de l'Australie, ça sent vite les dessous de bras et la graisse de flingue

 

Mais parfois, c'est aussi

 

- EPS la scène avec le camion et le bleu : wtf ! Il sort d'où ce petit gars et ce gros bahut ?

- EPS la fin, tout ça pour ça, quoi

- EPS Statham qui arrête pas de buter des mecs et a soudain des états d'âme

- EPS histoire de tueur à gage qui sont toujours des histoire de types qui tirent la gueule et veulent raccrocher pour vivre dans une maison en bois

Link to comment
Share on other sites

Bon alors globalement, c'est

 

- Pesance Jason Statham, dans le rôle de Stallone dans un film de Stallone d'il y a 25 ans.

- Pesance Clive Owen et sa moustache et parce que le mec qui a inventé la veste en cuir l'a fait que pour que Clive Owen en porte

- Pesance De Niro et son premier rôle potable depuis...euh...

- Pesance De Niro dans le métro

- Pesance, le maillet en carreau de salle de bain

- Pesance histoire vraie avec Statham qui fait des pirouettes sur une chaise et bouffe des SAS au petit déjeuner

- Pesance chouquette, parce que l'histoire d'amour est pas trop envahissante et que si Statham il va parfois roucouler dans la maison en bois de l'Australie, ça sent vite les dessous de bras et la graisse de flingue

 

Mais parfois, c'est aussi

 

- EPS la scène avec le camion et le bleu : wtf ! Il sort d'où ce petit gars et ce gros bahut ?

- EPS la fin, tout ça pour ça, quoi

- EPS Statham qui arrête pas de buter des mecs et a soudain des états d'âme

- EPS histoire de tueur à gage qui sont toujours des histoire de types qui tirent la gueule et veulent raccrocher pour vivre dans une maison en bois

 

dommage que le film soit rien de tout ca

 

moi ca m'a fait penser a

 

VvFBCrpWQ7I

 

et clive owen et sa tete/voix de snoopy sodomisé, il faut qu'il arrete le cinoche hein...

Link to comment
Share on other sites

Je déterre ma p'tite review ...

 

Premier long-métrage de Gary McKendry, Killer Elite est l’adaptation d’un roman de Ranulph Fiennes (The feather men) présenté comme « inspiré de faits réels ».

 

Se déroulant au début des années quatre-vingt et naviguant aux quatre coins du monde (Amérique du Sud, Australie, Moyen-Orient, Europe, etc.), Killer Elite se veut un mélange d’espionnage et d’action. Imaginez une alliance un peu bâtarde entre les aventures de Jason Bourne et le guys-on-a-mission movie, vous ne serez pas loin du compte. De par son postulat, le métrage évoque aussi des œuvres comme Munich et Ronin, toutes proportions gardées.

 

Plutôt attrayant sur le papier, Killer Elite n’est pas tout à fait probant à l’écran. Selon l’expression consacrée, le film « ne casse pas trois pattes à un canard ». Heureusement, il s’avère d’une nature généreuse. Le casting est plaisant, Jason « Crank » Statham côtoyant ici Robert De Niro, Clive Owen, Dominic Purcell (l’acteur qui a réussi à se relever de Blade 3 et Prison Break, chapeau !) et Adewale Akinnuoye-Agbaje (l’éternel Abedisi de la série OZ). La mise en scène n’est pas honteuse (a fortiori pour une première) et le film possède un certain cachet série B (côté répétitif mais sympa).

 

Le gros point fort du métrage reste cependant sa haute teneur en action. Fusillades (ça défouraille régulièrement), combats à mains nues (Jason tatane), courses-poursuites (à pied ou en voiture), explosions. Tout y est. Pas un instant de répit. Le cahier des charges est scrupuleusement respecté.

 

Si les incohérences narratives (comme l’infiltration facile du QG du SAS) passent encore, le film trébuche en revanche à chaque fois qu’il s’aventure sur le terrain de la géopolitique, de la psychologie ou de l’émotion. Ainsi, et malgré une certaine bonne volonté, il ne parviendra jamais à transcender son statut de Statham movie (presque un sous-genre en soi) version de luxe. Dommage.

 

A l’arrivée, pour peu que l’on ne soit pas d’humeur trop exigeante et que l’on consente à laisser son cerveau au vestiaire, le visionnage de Killer Elite se révèlera plutôt agréable. Un petit divertissement du samedi soir. Ni plus, ni moins.

 

Link to comment
Share on other sites

c'est marrant comme la sensibilité de chacun fait que personne ne voit jamais vraiment le même film.

 

pas faux.

 

mais je te rassure, au final jai pas deteste, mais je me suis limite fait chier (pour tout te dire, je m'attendais au un truc ultra sec, type 70', et j'ai été decu, voila tout)

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...