Jump to content

Mes Meilleurs Copains -Jean-Marie Poiré- 1988


Binky
 Share

Recommended Posts

Une bande de potes se retrouve dans une maison de campagne. Le narrateur, qui souffre de ne pas avoir tiré son coup avec la belle blonde canadienne qui fut un de ses premiers amours secrets, voit là une bonne occasion pour combler ce manque. Ce petit week end entre "meilleurs copains" pourrait tout aussi bien être une occasion pour se laisser aller aux engueulades, à l'hypocrisie, à la franchise, et évidemment, aux souvenirs emplis de nostalgie...

 

Le meilleur film de Jean-Mi Poiré ! (son meilleur film au premier degré s'entend, pas de quoi rigoler ici comme une baleine face aux incohérences du montage qui se révéleront plus tard dans la carrière du monsieur!).

 

Soit une oeuvre sincère et rigolote, notre The Big Chill bien de chez nous, en moins grave cependant, retracant avec réalisme, affection et humour la période post-68, royaume des babas cools, du pétard et autres substances illicites, des voyages spirituels et spectacles de rues ultra-hyper-giga "engagés, tu 'ois", pour aboutir à un constat assez amer, sur la peur qui envahit toute la population de la nouvelle époque, époque où les anciens fumeurs de oinjs et autres partouzeurs pacifistes sont devenus de simples cadres costume-cravate, et où le Sida fait des ravages...l'antithèse d'un idiéal de paix, de liberté et d'amour, en somme..."tous les matins du monde sont sans retour"

 

Le personnage le plus intelligent, parmi toute cette troupe de faux-derches, se révélera être Dany, interprété par un Daroussin impérial ("Y'a pas mort d'homme" "Moi, tu sais, le racisme anti-jeunes..."), qui fait de la conclusion du film un pur instant d'émotion...

 

Un film réussi sur l'amitié, qui se finit sur les notes superbes de "A little help from my friends" de Joe Cocker...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...