Jump to content

Jay And Silent Bob Strike Back -Kevin "God" Smith- 2001


Binky
 Share

Recommended Posts

Fuck, yeah !

Nos deux zigotos grossiers, Jay l'énervé fou de la bite, et Silent Bob, le mec qui cause que quand c'est nécessaire, partent pour Hollywood histoire de stopper la mise en boîte d'un film (produit par Miramax), adapté d'un comics d'un de leur pote, comics mettant en scène...eux-mêmes, grimmés en super-héros (ou super-zéros, c'est selon). C'est parti pour plus d'une heure de saletés verbales, de grosses vannes, de pets, de fuck pussy shit asshole et co, de vannes en formes de private jokes, de délires ultra-jouissifs qui sentent le fan boy bien décomplexé du gland.

C'est, d'abord, de la bonne grosse comédie bien vulgos et bien poilante.

Puis, c'est aussi un film avec un singe, plein de nanas aux gros seins, qui suit les aventures de deux dealers.

Et aussi...c'est une mise en abîme, où chaque acteur se retrouve à jouer plusieurs rôles, entre fiction et réalité, auto-dérision hilarante et clins d'oeils cinéphages, explosion d'un milieu à coups d'humour bien foireux et bien vu. Le fanboy Smith va encore plus loin que le lointain dans cette veine, il va plus loin que dans le passé. Ca se lâche sévère, de fantasmes superbes en démontages poilants, et ca fait un bien fou.

Enfin, c'est un peu un chant de cygne, même si le très beau Clerks 2 suivra, quelques années plus tard. Ici, tout se finit avec une fête en forme de cadeau sincère, de don hyper généreux offert aux fans de la première heure du grand Smith.A la fin, tous les persos de ses films se retrouvent, le gars fait un léger panorama sur sa petite carrière, et le spectateur amoureux de son cinéma attend déjà, avec impatience, le retour de son cinéma franc, touchant, bien délirant et potache.

 

Parce que des mecs comme ca, y'en a pas mille.

 

Merci, Kev', merci.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...