Jump to content

The Hunger Games - Gary Ross, 2012


Kerozene
 Share

Recommended Posts

Un truc apparemment très attendu... sais pas ce que c'est, mais ça sent le survival de SF sympa:

A young girl joins a survival contest in order to save her community in a dystopian future.

 

Par le scénariste de Lassie et Mr. Baseball!!!

 

Avec:Elizabeth Banks, Woody Harrelson, Stanley Tucci, Donald Sutherland, Lenny Kravitz

 

 

Avec poster animé que je sais pas comment on met ici:

http://www.thehungergamesmovie.com/

Link to comment
Share on other sites

c'est battle royale pour les fans de twilight.

 

 

À Panem, dans les ruines des États-Unis, le Capitole a pris le pouvoir. Il s'agit d'une tyrannie terrorrisant la population en organisant tous les ans les « Hunger Games » : dans chacun des douze districts de Panem, un garçon et une fille adolescents sont choisis au hasard pour aller se battre dans une arène, où il n'existe qu'une seule règle : survivre. Le gagnant ou la gagnante deviendra riche, et les autres mourront. Lorsque, le jour de la sélection des participants, appelés tributs, Katniss apprend que sa sœur Primrose est sélectionnée, elle prend sa place immédiatement. Les Hunger Games vont commencer...
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bon alors comme promis, je remonte pour préciser le projet.

 

On pourrait facilement résumer hunger games en disant que c'est battle royale (un état totalitaire sacrifie des jeunes en les faisant s'affronter jusqu'au dernier, pour rappeler son omnipotence) + survivor (c'est présenté dans une émission, les participants deviennent des stars pour les gens de Panem, la capitale).

 

Le côté twilight, c'est parce qu'il y a une sous-intrigue sentimentale, mais honnêtement, elle est très bien gérée et elle n'interfère pas avec la boucherie.

 

Parce que Katniss (l'héroïne), c'est pas une meuf passive façon Bella. Elle essaie même pas de faire la paix comme dans Battle Royale. C'est une chasseuse, et c'est bien pour nous. Si le film n'édulcore pas les livres, on va avoir de très belles scènes à voir.

 

Le choix de l'actrice semble a priori super bien vu, puisque c'est vraiment le même personnage que dans winter's bone : la fille prête à tout pour sauver sa famille, hyper déterminée. Woody Harrelson pour jouer le mentor, ancien gagnant du jeu devenu alcoolo dégueulasse, ça me paraît bien aussi.

 

Autre chose importante : le développement de la série sur les trois volumes est super bien géré : la romancière a bien su prendre son temps, pour que chaque événement soit marquant, sans que ça ait l'air forcé ou illogique, ni sans que ce soit réellement redondant. Et il y a un véritable sens de la conséquence au niveau psychologique.

 

Ce qui peut faire peur dans le projet :

 

- le réalisateur : Il paraît que Pleasantville est un bon film, et il a fait le scénario de Big, mais je sais pas s'il va avoir les bollocks de sortir le gore quand il le faut. J'aurais vraiment voulu voir ce film fait par Verhoeven.

 

- La narration à la première personne du bouquin. J'espère qu'on va pas avoir droit à de la voix off pendant tout le film.

 

- La narration propre aux livres d'offrir un rebondissement à chaque fin de chapitre, qui est pas toujours très adaptée au cinéma.

 

Bref, y a un vrai boulot d'adaptation à accomplir, mais je pense que même si le public ciblé sera ado, on devrait pouvoir y trouver aussi notre compte.

Link to comment
Share on other sites

L’information a filtré via le Twitter d’un électricien de l’équipe d’Hunger Games : Steven Soderbergh sera le réalisateur de seconde équipe du film de Gary Ross. Une fois l’étonnement passé, on se rend compte que ce choix n’est pas si étrange que cela. Soderbergh et Ross se connaissent depuis plusieurs années, le directeur artistique Phil Messina a déjà travaillé avec lui sur Traffic et Ocean’s eleven et d’un point de vue purement pratique, Gary Ross va avoir besoin de renfort : le film doit être bouclé pour sa sortie fixée dans seulement sept mois ! Un projet de plus pour Soderbergh, donc, qui ne va finalement pas prendre sa retraite tout de suite. En moins d’un an, on découvrira trois de ses films sur grand écran : Contagion, Haywire et Hunger Games.

 

Merdalors, jusqu'à maintenant, j'avais envie de le voir ce film...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 4 weeks later...

Ca ressemble un peu à un bis italien des années 80, mais c'est pas forcément un défaut. Je trouve que la bande-annonce est globalement pas très réussie : y a trop de trucs, qui vont trop vite. Ils auraient mieux fait de se concentrer sur une ou deux choses au lieu de vouloir absolument tout raconter jusqu'au début des hunger games (qui arrive quand même assez tard dans le livre).

 

A voir.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Bon y a que moi que ça intéresse, mais comme j'ai préparé une tartine, ça fera un gros thread quand même.

 

On y va.

 

Bon j'ai vu dans à peu près les pires conditions (V.F. + petit écran, plus inclinaison de la salle vers le haut au lieu d'être vers le bas, ce qui t'oblige à te faire mal au cou), ce qui peut influer sur mon jugement.

 

 

Je suis assez mitigé. Le point positif c'est que c'est pas du tout chiant malgré ses 02h22. Il y a même une ou deux scènes plutôt cool et un parti pris visuel qui singe un peu le ciné indépendant façon winter's bone qui est un peu mo-moche (lumière naturelle grise), mais cohérente avec le monde dépeint. Au vu de la laideur des bandes-annonces, c'est déjà pas mal.

 

Mais, à mon avis, le film a un énorme défaut, qui est assez propre à pas mal d'adaptation ciné de romans. Le film privilégie trop l'alignement de scènes à faire car dans le livre, à la construction d'une problématique liée au livre. Ce que je veux dire, c'est que l'univers de Hunger Games, on peut le trouver trop manichéen, pas assez développé (cf. http://twitchfilm.com/news/2012/03/call-them-off-never-mind-the-hunger-games-try-these-instead.php), mais il est très précis, très prenant et il a un sens, une cohérence. Donc, bon, je suis désolé, mais sauter les 100 premières pages parce que c'est de l'exposition, et c'est chiant, c'était pas une bonne idée du tout. Parce qu'au fond il y a trois choses au moins qu'il faut mettre en valeur quand tu adaptes le bouquin :

 

- 1 : l'opposition hyper forte entre les districts et Panem (qui ici n'est appelée que par le terme de Capitol, ce qui brouille un peu une métaphore pas ultra subtile à la base). Elle passe par une représentation géographique (opposition des couleurs pas assez marquée), et surtout thématique : les personnages qui vivent dedans ne sont pas les mêmes, n'ont pas vécu les mêmes choses. Katniss Everdeen, c'est quelqu'un qui vient d'une famille brisée, d'un peuple vaincu, elle peut pas penser comme quelqu'un du capitol. Le changement visuel et mental qu'elle vit au cours de l'histoire est beaucoup plus marqué que dans le film. Mais évidemment, si tu filmes le district que pendant 5 minutes, en ne présentant pas les personnages, tu peux pas donner de consistance.

 

2 - A quoi servent les Hunger games ? C'est dit, mais c'est pas montré. Ils servent à faire souffrir les gens. C'est une épreuve cruelle. Il s'y passe des choses vraiment terrifiantes, et tout le monde doit regarder. Mais si tu fais un film tout public, que tu détournes la caméra à chaque fois qu'il se passe quelque chose, ou que tu noies le tout sous de la shaky cam ou des effets de caméra plutôt ripoux, tu perds 99% du poids émotionnel. Où est la tension ? Où est la violence ? C'était la filiation Fukasaku, voire la filiation Verhoeven, ce côté cynique, bourrin, vicieux, qui te donne envie de croire dans le personnage comme plus fort que tout. Le symbole de l'échec, c'est le perso de Haymitch, qui passe dans le roman d'épave humaine ultra alcoolo parce qu'il n'a pas digéré sa victoire, à celui de gentil bouffon joué par le gentil Woody Harrelson.

 

3 - Et au milieu de tout ça, il y a cette histoire d'amour qui fait que les gens parlent d'un ersatz de twilight, ce qui est un peu bizarre. Ok, y a deux mecs, mais bon, les gens ont encore le droit d'être amoureux à 17 ans, non ? Dans le roman c'était bien géré, et là, c'est plutôt réussi aussi.

 

Ceci dit, le film est pas un échec total, parce que le matériel original est suffisamment fort pour que le film soit plutôt divertissant : c'est l'effet V pour Vendetta, en quelque sorte. Même si le film est pas à la hauteur, il est suffisamment fidèle de loin pour pas être nul à chier.

 

J'aurais juste voulu qu'il prenne le temps de présenter les choses, d'appuyer là où ça fait mal, de créer de la tension : c'est pas facile à faire, d'avoir l'impression d'avoir plus à manger dans le même temps (02h20 c'est quand même à pas dépasser). L'idéal comme toujours quand on adapte un livre, ça reste à mon avis la série TV de luxe façon HBO avec Game of Thrones. Parce que quand on a pas la chance d'avoir un réalisateur ou un scénariste brillant , il vaut mieux être le plus complet possible, par crainte de rater un truc important.

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouve ca plutot chiant. La critique de Kevo represente tout a fait ce que j'ai ressenti, meme si de mon cote je n'ai pas lu les livres. C'est aussi tout a fait conforme aux bandes-annonces. C'est terne, un peu cheapos, on dirait vraiment une bisserie des annees 70-80 pour ce qui est du look, mais pour le cote "contestataire" qui faisait justement les qualites de beaucoup de ces films, faudra repasser. C'est tres tres leger ! Au vu du materiau d'origine j'imagine, il y a de quoi etre decu. L'univers est propice a faire une belle oeuvre sur une generation qui se revolte, ca dure 2h20 et y'a une violence assez hardcore pour du pg-13, donc ca me parait tres volontaire cette decision d'attenuer tout propos un tant soit peu tendancieux.

 

Bon et puis apres, c'est vrai qu'il ne reste plus grand chose a manger, on a deja tout vu ailleurs, y'a aucun acteur qui sort du lot, les cadrages sont vraiment merdiques (ou alors ils ont vraiment force sur l'effet shake en post-prod, c'est super genant), et les moindres trucs interessants passent super vite, on ne comprend pas d'ou ca vient et ou ca va (la question des sponsors, la revolte dans le district 11, le perso de Sutherland, et meme la romance entre les deux du district 12 - les raisons qui doivent pousser Katniss a se lancer sont plus complexes que ce qui est montre a la fin du film je pense).

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Vu qu'on n'arretait pas de me vendre un film pour un ado avec un esprit contestataire, je me suis fendu d'une entrée.

euh... c'est censé contester à un moment ? non parce que pour que message il y est, il faudrait quand meme que le contexte s'y prete. Rarement vu un background autant en mousse avec sa parabole pas fine sur l'antiquité, ses jeux du cirque... Rien ne se tient, et en fait on a juste des gosses qui tuent - quasi hors champ tout le temps - devant des caméras sur fond d'amourette et de bons sentiments (ahahaha la mort de la gamine). Je passe sur les deus ex machina à chaque fois que l'héroine doit faire quelque chose (ou échapper à la mort, genre la lanceuse de couteau).

On est à mille lieues d'un Battle Royale.

J'aurai pu detester le film, mais juste avant j'avais vu John Carter. Alors j'ai relativisé

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

difficile d'apporter un avis original sur ce film, entre kevo, steve et yume, on a fait le tour de la question.

 

il ne faut pas se leurrer, pour qui a vu Battle Royale, ça n'a aucun intérêt : c'est le remake hollywoodien, avec ce que cela sous-entend de formatage aux gouts du plus grand dénominateur commun.

je note à ce titre une des tentatives les plus laborieuses d'arracher des larmes aux spectateurs avec la mort de la gamine. Ross utilise TOUS les clichés possibles en une seule scène : agonie en position "pieta", dernière volonté, montée des nappes de violons, lumière dans les feuillages, cri silencieux, funérailles improvisées avec des pâquerettes... à côté de ça la mort de la mère dans Time Out parait presque sobre...

 

j'ai caressé l'espoir à un moment qu'ils insufflent un peu de la cruauté d'On Achève Bien les Chevaux avec cette histoire de sponsors qui obligent à faire bonne figure au fond du gouffre, mais non, l'idée passe rapidement par le fond de la cuvette, avec la personnalité "kinski alcoolo misanthrope" d'harrelson.

 

ceci dit, le bon goût des costumes et accessoires, les flèches en plexiglas et la structure géométrique en taule au milieu du pré apportent un côté post-apo rital des plus sympathiques (je pense que le film va prendre une patine très kitch sous quelques années) et on ne voit vraiment pas les 2h30 passer. d'ailleurs j'en aurais bien repris un peu parce que la fin tombe totalement à plat.

j'ai cru que c'était pour ménager une suite mais apparemment le roman s'arrête aussi là. c'est dommage car le personnage de Peeta aurait mérité un peu plus de développement. en l'occurrence, on ne sait pas s'il est totalement hypocrite ou juste totalement mal pensé.

Link to comment
Share on other sites

En plus c'est Francis Lawrence qui va le faire, le brillant réalisateur de Constantine et je suis une légende (mais aussi de l'eau pour les éléphants, que j'ai pas vu).

 

Surtout, c'est le réalisateur du clip de What you waiting for de Gwen Stefani, et c'est cool.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...
En plus c'est Francis Lawrence qui va le faire, le brillant réalisateur de Constantine et je suis une légende (mais aussi de l'eau pour les éléphants, que j'ai pas vu).

 

Surtout, c'est le réalisateur du clip de What you waiting for de Gwen Stefani, et c'est cool.

 

 

Autoquote parce que la bande-annonce est sortie :

 

jyPnQw_Lqds

 

Plutôt bien, d'ailleurs.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Ben je vais répéter ce que beaucoup ont dit: ça a le goût du bis rital, en plus friqué, mais c'est parfois du même acabit. Entre les garde-robes de la bourgeoisie et les bidasses playmobile (on dirait les flics de "Woody et les robots" au premier degré), il y a de quoi de fendre la poire! Malheureusement, outre le fait que le film est filmé par un manche (le premier quart d'heure est épouvantable, le coup d'envoi du Hunger Games est une horreur), il y a quelques éléments qui m'ont échappés:

 

Le premier:

 

Pourquoi les mecs du District 11 se révoltent-ils après que l'héroïne nous fasse un joli salut de scout?

 

 

Le deuxième:

 

Comment le grand noir du district 11 sait-il que Katniss a fait tout ce qu'elle a pu pour sauver la petite Rue?

 

 

Mis à part ça, je n'ai pas vu le temps passer, me suis même bien amusé (parfois), et j'ai même été terrorisé par la scène du nid de guêpes génétiquement modifiées. Mais bon, un plan sur une guêpe dans un docu animalier et je manque de tourner de l'oeil, alors bon

Link to comment
Share on other sites

Réponses aux deux questions, dans l'ordre inverse

 

Question 2

 

Les gens savent tout car tout est télévisé. Donc ils savent que Katniss a aidé Rue

 

 

Question 1

 

 

Je crois que le signe de la main qu'elle fait est le salut qui est soit propre à Rue, soit propre au district. Le principe des Hunger Games, c'est d'opposer les districts, mais Katniss brise le truc en montrant qu'ils peuvent s'allier. Ce qui en fait une icône révolutionnaire malgré elle

 

Link to comment
Share on other sites

Réponses aux deux questions, dans l'ordre inverse

 

Question 2

 

Les gens savent tout car tout est télévisé. Donc ils savent que Katniss a aidé Rue

 

 

 

Sauf que les participants au jeu n'ont pas la télévision.... Du coup ton explication ne tient pas la route.

 

 

Question 1

 

 

Je crois que le signe de la main qu'elle fait est le salut qui est soit propre à Rue, soit propre au district. Le principe des Hunger Games, c'est d'opposer les districts, mais Katniss brise le truc en montrant qu'ils peuvent s'allier. Ce qui en fait une icône révolutionnaire malgré elle

 

 

Elle fait le signe - et on le lui rend - lorsqu'elle se porte volontaire pour le Hunger Games. C'est à dire dans son propre district, le 12. Rue vient du district 11. Peut-être s'agit-il du signe de raliement des districts opprimés? Mais ce n'est qu'une supposition... Et puis bon, il suffit de si peu pour mettre le feu aux poudres? C'est quand même un peu léger non?

 

Link to comment
Share on other sites

Oh là là, je suis à la rue avec mes explications.

 

 

En fait, si j'ai bien compris, en général, les hunger games sont généralement gagnés par les tributs de métier, les mecs qui s'entraînent toute leur vie pour ça. Du coup, voir de la solidarité, ça suffit pour donner de l'espoir. Mais la situation était déjà explosive avant, et tu vas voir dans le 2 à quel point.

 

Pour le grand noir, je sais pas. Peut-être que son entraîneur lui a dit ?

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...