Jump to content

Hugo Cabret - Martin Scorsese - 2011


machun
 Share

Recommended Posts

Le prochain Scorsese sera le film de Noël en 3D. Sortie le 14 décembre

 

 

Hugo Cabret, 12 ans, est orphelin : son père est mort dans un incendie. Son oncle, qui l’hébergeait dans les combles de la gare parisienne dont il règle les horloges, a disparu. Depuis, Hugo se cache de peur de finir dans un orphelinat. Le jeune garçon n’a qu’un but : finir de réparer l’automate que son père avait rapporté un jour. Il est persuadé que la machine cassée a un important message à lui délivrer…

Un vieux marchand de jouet qui tient une boutique dans la gare a peut-être la solution. Aidé par sa petite fille, Isabelle, Hugo va tenter de découvrir le secret qui peut lier l’automate au mystérieux passé du vieil homme, qui n’est autre que George Méliès.

 

iQNkETGfA6k

Link to comment
Share on other sites

:shock:

 

Etrange projet pour le papa de Taxi Driver...

Les années passent et arrive le temps où Scorcese a fait plus de merdes que de bons films...

 

A t'il déjà fait un bon film ?

Ah si, son remake de Cape Fear, ça fait pas bessef.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Bon, bon, bon... Je dois dire qu'à l'annonce du projet, j'étais pas le mec le plus emballé du monde. Que Scorsese veuille faire autre chose, pourquoi pas, mais vraiment, l'annonce de ce truc, ça me laissait totalement de marbre...

Je ne connaissais pas le matos d'origine, les premières images laissaient penser à un truc formellement très bien emballé à tous points de vue, qui transpire l'argent dans chaque plan, mais un peu froid, sans âme, bref, la grosse machine hollywoodienne pour gamins formatée à tous les niveaux...

 

Et bien fort heureusement, le film est à des années lumière de tous les préjugés que je pouvais avoir !

 

Déjà, après avoir vu le film, le choix de Scorsese apparait comme une évidence, tout simplement. Car si le film est un chouette conte de Noël pour toute la famille, c'est avant toute chose, et par dessus tout une formidable déclaration d'amour de son réalisateur à la passion de sa vie : le cinéma ! Le cinéma des débuts, de Melies, des frères Lumière, de Douglas Fairbanks, d'Harold Lloyd, etc... Et cette passion est retransmise à l'écran avec brio, tout en finesse, en humilité et avec une sincérité absolue.

Ensuite, si le film est présenté et vendu comme un film "pour enfants", là aussi, on est bien loin de tout ça. Honnêtement, je pense même que les enfants vont pas être plus captivés que ça, et surtout, que la moitié du film au bas mot leur passera complètement au dessus de la tête. Ce n'est ni spécialement une qualité ou un défaut, c'est juste un constat.

 

Pour ce qui est de la forme, là aussi on est dans du très lourd. La direction artistique est absolument sublime, la mise en scène est dynamique à souhait, la reconstitution du Paris d'époque est cool (même si un peu trop "factice" et "propre"), mais surtout, surtout, la 3D est absolument géniale ! Et ceux qui me connaissent savent que je suis tout sauf un fan du procédé. Mais là, c'est bien simple, c'est juste le meilleur film que j'ai vu depuis "Avatar" pour ce point. C'est vivant, immersif, fun, virtuose. J'étais curieux de voir ce que ferait Marty avec un tel joujou, et bien j'ai vu, et je suis bien calmé !

 

Quand aux comédiens, ils s'en sortent plutôt bien eux aussi, les enfants, les parents, tout le monde. Mention spéciale quand même à Sacha Baron Cohen, toujours aussi excellent de film en film, quel que soient ses rôles.

 

Voilà. Maintenant, pour être tout à fait franc, et pour ne pas "sur-vendre" le film, ce n'est pas non plus le claquage de beignet du siècle pour autant. Pourquoi ? Je ne sais pas trop... Disons déjà que ce n'est pas le type de film qui m'intéresse "plus que ça", tout simplement. Donc même quand c'est bien fait, voire très bien fait, ça ne me transcende jamais. Et c'est encore le cas ici, malgré toutes les qualités que j'ai énoncé plus haut. En gros, vu le sujet, le pitch, l'univers, je pense que personne d'autre n'aurait pu faire mieux que le résultat que j'ai vu, mais bon, ça ne sera pas mon film de chevet pour autant, ni même un sommet scorsesien à mes yeux de fan. Juste un chouette film de Noël, pour tout public, brillant, virtuose dans la forme, passionné et cinéphile dans le fond, et c'est déjà pas mal !

Link to comment
Share on other sites

Bon ben je vais faire un coming out qui sert à rien, mais je n'ai jamais compris la fascination pour Scorcese qui pour moi a fait un film cool il y a très longtemps, façon Blair Witch , soit entre le calculé et le petit bonheur la chance (si quelqu'un peut m'expliquer cette expression je le bénie d'avance) et depuis... Bof.

 

Alors il y a eu des fulgurances, mais il y a eu de sacrées bousaces.

Sur combien ? une 50aine de réalisations ?, ce gars pour moi a cumulé les ratages ("mais c'est pas sa faute.. L'enfer c'est les autres". Dixit MacT ).

 

La sur ce projet je suis en mode "gaule". J'ai hate de le voir. Ca me parle vachement de cinéma. Je ne sais pas. Ca me réconcilie avec ce roublard. Mais je n'ai pas vu le truc encore. Bref.

Link to comment
Share on other sites

Je souscris aux propos de DPG à part que je suis encore plus enthousiaste que lui.

 

J'ai été littéralement émerveillé par ce film, dès les premières minutes, absolument époustouflantes, jusqu'à la fin, même si celle-ci traîne un petit peu parce qu'on sent que Scorsese veut que tout le monde ait son happy end. C'est le seul micro défaut du film.

 

J'ai été scié que ce soit papa Martin qui à 70 balais mette tout le monde à l'amende en ce qui concerne la 3D, ici utilisée avec une intelligence remarquable, à des niveaux multiples. Le côté tentaculaire des entrailles de la gare, les effets de perspective, les poursuites dans la foule, les gros plans du visage du génial Sasha Baron Cohen, tout est transfiguré par l'usage enfin justifié de cette technologie.

Du reste la mise en scène de Scorsese est aérienne, virevoltante, toujours en mouvement, elle fourmille de détails. Presque trop, à mon avis il faut plusieurs visionnages pour profiter du travail fourni.

 

Et puis bien sûr il y a le sujet, ce gamin dont les meilleurs souvenirs sont ceux de son père l'emmenant au cinéma , ça a forcément parlé à Scorsese qui s'est retrouvé dans le personnage d'Hugo Cabret, et qui s'est saisi du matériau pour déclarer son amour à ce cinéma qui le nourrit depuis son enfance. Et ça m'a parlé à moi aussi.

 

Pis le reste, la reconstitution du Paris de l'époque,les flashbacks sur la carrière de Georges Melies (et les ingénieux mélanges d'images originales et de reconstitutions de ses films), Christopher Lee qui bouffe l'écran en trois scènes ...

 

En fait ça manque juste de nichons pour être parfait !

Link to comment
Share on other sites

J'ai eut un sourire tiré d'une oreille à l'autre figé pendant plus de 120 minutes!

Le plan d'ouverture est juste jubilatoire, suivit d'un plan séquence de dingue, c'est du cinéma qui caresse dans le sens du poil tout ceux qui sont un minimum sensible à ses origines... L'histoire met un peu de temps à démarrer - c'est un peu bavard - mais au final c'est que du bonheur, et puis pouvoir emmener ses gosses voir un Scorcese, c'est quand même la classe

Link to comment
Share on other sites

:shock:

 

Etrange projet pour le papa de Taxi Driver... La bande annonce ne me plaît pas du tout, mais parce que c'est Scorcese, je vais me faire un devoir d'y jeter un oeil.

 

Ben moi, j'en suis resté également à la bande annonce qui m'excite pas plus que ça. Visiblement, il faut, unanimement accepté, passer outre.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je n'ai pas ete plus epate que ca. Deja j'ai un probleme avec la gestion du rythme dans les tout derniers Scorcese, et ca se retrouve encore ici. J'ai l'impression que tous les plans durent 2 ou 3 secondes de trop. Ensuite l'histoire d'Hugo est pas passionnante outre le contexte dans lequel elle s'inscrit (apres, a savoir si ca parlera a un grand public, pas sur). Mauvais point aussi : l'accent british deja mouaif, mais en plus celui de Chloe Moretz euuurk. Et puis, on aurait presque dit le Big Fish capricieux de Tim Burton auquel tout le monde est tombe dessus a l'epoque alors que ca n'en meritait pas tant. Je veux pas donner l'impression de detester, ca se regarde bien, mais je souhaitais contre-balancer l'opinion majoritaire sur ce topic.

 

Quant a la 3D, je voudrais pas dire, mais ca sent la mauvais foi a plein tube parce qu'il s'agit d'un "maitre" a la barre. Y'a pas a dire c'est excellent, mais ca a deja experimentee de maniere aussi convaincante dans plein de films totalement ignores dans ces lieux

Link to comment
Share on other sites

Quant a la 3D, je voudrais pas dire, mais ca sent la mauvais foi a plein tube parce qu'il s'agit d'un "maitre" a la barre. Y'a pas a dire c'est excellent, mais ca a deja experimentee de maniere aussi convaincante dans plein de films totalement ignores dans ces lieux

 

Ben je sais pas pour les autres mais sur la douzaine de films 3D que j'ai vus j'en compte 3 pour lesquels le procédé a un intérêt : Sanctum (mais le film était nase), Avatar, et Hugo Cabret, que je mets largement dessus des autres. Pour le reste la 3D a eu tellement peu d'effet sur moi qu'à un moment je me suis demandé si je la "percevais" vraiment bien. Les 3 Mousquetaires, Piranha, Pirates 4, Toy Story 3, Tron, Harry Potter, Destination Finale et autres, à la benne !

 

Après je sais pas, j'ai pas tout vu non plus, peut-être que la 3D de High School Musical 12 ou Assfucking : A Perverted Point of View with Lindsay Lohan in 3D est géniale, mais ça je ne le saurai jamais.

Link to comment
Share on other sites

Ah mais tant mieux si le medium se popularise. Et c'est pas fini. Ca ne rend pas les films meilleurs mais y'a des Dorcels qui ont compris avant Scorcese l'interet de la 3D pour diriger l'attention sur les expressions faciales ainsi que le besoin d'une direction artistique correctement preparee. Et je ne plaisante qu'a moitie.

Link to comment
Share on other sites

Ah mais tant mieux si le medium se popularise. Et c'est pas fini. Ca ne rend pas les films meilleurs mais y'a des Dorcels qui ont compris avant Scorcese l'interet de la 3D pour diriger l'attention sur les expressions faciales ainsi que le besoin d'une direction artistique correctement preparee. Et je ne plaisante qu'a moitie.

 

Pffffff Dorcel il a rien fait de bien depuis le Parfum de Mathilde !

Link to comment
Share on other sites

Chiant et décevant. Déjà parce que ça blablate pour ne rien dire pendant 1h30 sur des choses que l'on devine 3h à l'avance. C'est un conte de Noel ok mais tout le long ça pue la gentillesse. J'en suis resorti comme si j'avais bouffé 300 baba au rhume. Et puis au bout d'1h30 Martin se dit qu'il a une histoire à raconter et nous balance son truc sur Mélies. Mais le problème c'est qu'au lieu que se soit les enfants qui découvre cet univers qui mérite d'être vu et revu ... on leur explique tout comme dans un bouquin de Melies pour les Nuls. Hop l'écrivain. Hop Melies qui s'assoit et leur raconte son histoire. C'est du prémaché et sur ce coup le scénario est mal fignolé. J'aurais préféré une chasse aux trésors. Mais non faut tout leur dire à ces sales gosses. En clair j'ai rien appris et je me suis bien emmerdé...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...