Jump to content

Itinéraire d'un enfant gâté - Claude "McT" Lelouch- 1988


Binky
 Share

Recommended Posts

Pas encore de topic sur ce film superbe ? Mais que fait DPG ? Me dites pas qu'il est en vacances ?

 

En fait, ce Lelouch-là, c'est un peu l'histoire d'un miracle, fascinant à regarder, de bout en bout, car c'est si rare, les miracles, même au cinéma...

Un miracle, car cette oeuvre est la parfaite, oui, parfaite !, symbiose entre le metteur en scène, les acteurs, un tout plein de petits riens qui font les grands films. Une mise en scène très soignée de Lelouch, des interprètes au diapason, un scénario sincère et comico-tragique...

 

Quand un cinéaste un peu péteux et pas trop cruel envers lui-même se met à grave déprimer, et ce en même temps que le mastodonte du septième art qu'il capte par le biais de ses angles originaux, cela donne une géniale symphonie, aux plans tout simplement hypnotisants. Sans dec'.

Malgré quelques petits détails 80's style, mais très discrets, hein, c'est fou de voir à quel point tout sonne si juste. C'est triste. C'est beau. C'est pas commun. La gueule de Bébel, figure mythique s'il en est, hanté comme jamais, sa tronche de mélancolique qui prend l'océan en pleine poire, cette histoire, et, surtout, cet Anconina qui devait, certainement sans le savoir, savourer un de ses ultimes rôles bien écrits.

 

Putain, le Anconina, pas une tête inintéressante au demeurant, il a fait Tchao Pantin, le Lelouch...toujours un peu sur un même registre, maladroit, qui inspire la tendresse...et maintenant...Camping 2. putain de putain de putain de merde !

 

Ce n'est pas un Lelouch comme les autres, c'est très accessible, c'est puissant, c'est bouleversant, c'est à voir pour l'émotion fine qui s'en dégage. Une histoire de vie(s), une vraie.

 

Enfin bon, je suis peut être trop influencable

Link to comment
Share on other sites

Un film que j'adore, qui me parle et me touche à chaque fois. Bebel impérial et tellement naturel à la fois. Je me regarde chaque fois qu'il passe à la télé. J'adore la scène où Bebel apprend à Anconina à dire bonjour.

 

Par contre la musique est à chier (les morceaux chantés, je peux plus !). Sans ça, c'était chef d'oeuvre.

Link to comment
Share on other sites

Putain, le Anconina, pas une tête inintéressante au demeurant, il a fait Tchao Pantin, le Lelouch...toujours un peu sur un même registre, maladroit, qui inspire la tendresse...et maintenant...Camping 2. putain de putain de putain de merde !

 

Son dernier bon film, à mon avis, c'est Gangsters, d'Olivier Marchal, dans lequel il est vraiment très bon je trouve.

Par contre, c'était il y a déjà presque 10 ans...

Link to comment
Share on other sites

Un de mes films préférés, tout simplement. Je l'ai vu la première fois à 8-9 ans je pense, j'avais pas tout capté, mais j'avais déjà beaucoup aimé. Et puis je l'ai revu, revu, revu... notamment une fois en salles, dans une immense salle d'ailleurs, et présenté par Lelouch. Et j'aime toujours autant. Limite je trouve même qu'il se bonifie au fil des visions. J'adore les aller retours du scénar, la BO (même si je comprend qu'on puisse passer à côté), les nombreux clins d'oeil qui parsèment le film, je trouve les dialogues formidables, la mise en scène somptueuse, aussi à l'aise dans les passages intimistes que pour mettre en valeur les grands espaces et les superbes paysages du film. Les seconds rôles, tous très bons, à part pt être le fils, un peu fade.. Et puis Belmondo bien sûr, immense, son dernier vrai "grand" rôle, malheureusement... Ce film me touche profondément, à chaque fois, de bout en bout, du manège de Sam Lion gamin aux paysages africains, pas une miette en trop, rien à rajouter. Je crois que je me le refais au moins une fois par an, depuis des années. Dans mon top 10 ever, sans hésitation.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...