Jump to content

In Time - Andrew Niccol (2011)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Syno:

Dans un futur proche, la durée de vie s’achète avec des billets verts. Les riches sont immortels, les pauvres doivent lutter pour survivre. L’un d’eux, un jeune homme dont la mère est décédée faute d’argent, se retrouve à la tête d’une fortune monumentale du jour au lendemain et on l’accuse alors d’être à l’origine du meurtre d’un homme aisé. Obligé de fuir, il embarque dans sa cavale une otage.

 

Un premier trailer pour cette petite bombe réalisé par un demi dieu

 

EeadHpuj9EM

 

Et si vous kiffé comme moi la ziq du trailer la voici

 

JPauKXd8OdE

Link to comment
Share on other sites

Un film qui puise sa bande-son dans Driv3r ? Tu es sûr que c'est pas plutôt réalisé par Postscriptom ?

 

Sinon, j'ai arrêté la bande-annonce à la moité : on dirait qu'elle raconte tout le film dans l'ordre chronologique, comme celle de the murderer. C'est juste une impression ou c'est vraiment le cas ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Ce qui réussit le mieux à Niccol, c'est, définitivement, l'anticipation. Le mec est passionné, ou tout du moins, très concerné par son temps, mais il n'arrive à vraiment le cerner qu'en faisant de l'anticipation, plus ou moins proche de notre monde moderne...les scénars de Truman Show, Gattaca, Simone...ca illustre bien les tocs de notre société, et pourtant, ca tient de la sf. Quand il tente du film explicitement engagé et "actuel", ca foire un peu.

 

du coup, puisque le principe est mortel, j'ai envie de dire pourquoi pas.

 

Mais ca va encore se finir sur une baise et trois explosions, cette histoire.

Link to comment
Share on other sites

T'ain mais je suis célèbre sur ce forum, pour la peine voilà un de mes films pour ceux qui ne connaissent pas, ah, ah, c'est celui qui rend hommage au CUIRASSE POTEMKINE et sa grande scène de l'escalier, on est cinéphile ou on ne l'est pas !...

 

http://www.youtube.com/watch?v=4fTMd1cNzDI

 

Il m'en reste un dernier en stock, 6 ans que je suis dessus je n'arrive pas à le finir...

Link to comment
Share on other sites

@ Binky : En même temps, j'ai envie de te répondre que c'est difficile de tirer une généralité du seul film qu'il a fait qui ne soit pas "S.F." (Lord of war ou il en a fait un autre). D'autant plus qu'un film avec Nicolas Cage, en soi, c'est déjà de la Science Fiction, et que j'ai bien aimé ce film.

Link to comment
Share on other sites

Ah mais tirons des généralités, au contraire

 

En tout cas, de ce que j'en ai vu, le gars est capable de mélanger bons concepts et bonne analyse de sa société, dans un cadre plutôt sf, donc j'ai envie de dire, wait and see.

 

Lord of War est tout sauf une merde, hein ! C'est juste qu'il m'a paru mille fois plus explicite, balourd et maladroit (cette voix offff putaing) qu'un film comme The Truman Show, y'a un véritable savoir des images qui est un peu alourdi par cette narration utilisée avec maladresse...(genre, te dire la morale texto...euh..)

 

Bon, question films de société, le mec est à la base de l'histoire du Terminal, du coup y'a un vraie logique dans son parcours.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Niccol tente de refaire un film du niveau de Gattaca, c'est flagrant jusque dans des grosses ficelles du script. Malheureusement ça ne transcende pas l'idée de base plus que ça, on se fait même vachement chier pendant la deuxième partie (on a l'impression que ça dure 2h20 en tout), ça n'apporte rien et l'action est molle du genou. Ca m'a donné l'impression au final que le postulat de base lui vient d'une idée rejetée de Gattaca, et qu'il a pu monter son projet parce que ça colle bien à l'actualité, mais ça aurait vraiment mérité d'être retravaillé quelques années. Quel dommage !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

tout pareil que steve, le film ne décolle jamais vraiment vraiment de son idée de base absolument excellente. En spoilant un peu beaucoup on se retrouve avec

bonnie and clyde dans le futur qui vole du temps.

et tant qu'a spoiler :

tout le film tient dans la séquence du début avec le centenaire et le premier gros gros transfert de temps, tout est dit là, en 10 min on connait les tenants et aboutissants

y'a un petit coté Z sur quelques plans : sans compter donc l'idée de base, bah le futur c'est des lunettes de soleil et des voitures à vitre teinté ? euh ouais ?

le film se traine dans sa deuxième moitié, une fois que tous les personnages sont présentés. merde dans 2019 ou doom's day ou un autre du genre, y'a des chevaux, des cannibales, des lances flammes, ca vend du rêve quoi. Là pour nous faire rêver y'a au mieux une grosse marche arrière sur l'autoroute. Ok on va dire que c'est pas le propos du film.

Mais justement c'est quoi le propos : l'analogie entre l'argent et le temps et transposer notre société actuelle de manière encore plus absurde et plus c'est absurde plus l'analogie devient frappante et permet donc de réfléchir sur notre condition actuelle. Difficilement mieux depuis Gattacca effectivement. N'empèche que tous les avis convergent vers : putain avec une idée pareil, ca va pas plus loin. Les deux ou trois rebondissements correctement racontés mais cruellement prévisibles.

cillian murphy est parfait comme d'hab, timberlake se débrouille pas mal.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

et bien comme les 3 du dessus.

C'est ringard, je ne sais pas où est passé tout le fric du film mais surement pas dans la direction artistique, les bagnoles sont lisses et mat, il n'y a rien dans les rues, c'est gris, alors je veux bien un futur triste mais un futur raté ça prend pas.

C'est chiant, comme le dit Norman tout est dans le tout début, après il n'y a rien de bien passionnant, il n'y a aucun enjeux, les personnages ne sont pas attachant.

Même que Amanda est pas très agréable a regarder parfois

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

un ramassage en beauté

ça part d'un concept intéressant mais c'est terriblement mal exploité, ça devrait être un blockbuster plein de millions de dollars et ça ressemble à un gros téléfilm.

les inepties, incohérences et clichés éculés fusent tout du long, niccol ne rate jamais une occasion de se prendre les pieds dans le tapis. quelques exemples :

 

- timberlake n'a jamais touché un volant de sa vie et se transforme en pilote à la première occasion

- la mort de la mère est LA scène comique du film, rien ne manque, tout y est.

- la majorité de la population est réduite en esclavage par une force d'oppression qui se limite à 3 bagnoles de flics mal payés pour toute la ville (ou le monde entier, on ne sait pas trop)

- le futur ce sont les années 2010 avec une casio incrustée dans le bras. le seul autre détail futuriste ce sont les bagnoles : elles font un bruit entre le moteur à explosion et la soucoupe volante, j'imagine que le réalisateur n'a pas trop saisi le principe du moteur "hybride"

- un café coûte 4 minutes et un type arrive à dépenser 9 ans en une soirée pour se saouler la gueule à mort au troquet du coin. en imaginant qu'une bière vale 4 cafés, le type en aurait quand même descendu 300 000 ce soir là...

- comment justifier que des gens infiniment riches et immortels sont plus malheureux que les prolos qui crèvent littéralement la gueule ouverte parce qu'ils ratent le bus ? eh bien les riches s'ennuient, voilà, c'est comme ça, c'est un choix de vie. dans Titanic, ils ne faisaient pas la fête, ici c'est encore pire, ils se font construire des palais au bord de la mer et s'interdisent de se baigner dedans.

- pour créer des scènes de tension, les gars dérobent 1 million d'années, ils oublient de se prendre 1 ou deux jours, histoire d'être à l'aise pour rentrer à la maison

 

le pompon, c'est la conclusion, téléphonée depuis le premier quart d'heure,qui nous explique que nos robins des bois "détruisent le système" en redistribuant le temps. comment ça "détruire le système" ? eh bien niccol n'en sait pas grand chose, vu que son "système" tient sur un timbre poste et envoie le générique de fin fissa.

Link to comment
Share on other sites

merci, ce sont quelques exemples, mais plus j'y pense, tout part en vrille dans ce film

rien que le principe des "time zones" c'est le fiasco complet. comment elles sont agencées, combien de temps il faut pour les parcourir, comment elles retiennent la population en otage, ce qu'elles imliquent en termes de classe moyenne oubliée du scénario : tout se contredit, rien ne tient la route.

Link to comment
Share on other sites

Je crois me rappeler qu'il avait pas trop aimé, et c'est vrai que comme souvent chez Nicol le concept peut aller mais ensuite c'est tout ça pour ça quoi... Mais l'actrice est super mignonne, pendant tout le film j'ai cru que c'était celle de Tron L'Héritage, ah, ah, quel nul...

 

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Non mais quelle connerie....

Pourquoi les riches ils se baignent pas dans la mer?

Pourquoi c'est Timberlake qui incarne le justicier crève-la-faim sauveur des peuples du monde (alors que si il y a bien un mec qui est né avec une cuillère en or dans le cul, c'est bien lui)? Ceci dit, je n'ai rien contre lui, c'est juste que si Niccol essaie de faire passer un message, il s'y prend comme un manche.

Pourquoi l'humanité semble avoir été réduite à une centaine d'individus, désintégrant ainsi toutes tentatives efficace d'illustrer l'oppression subie par les petites gens (50 trous du cul qui font la queue devant une banque et qui prennent le bus) à cause des gros richards (50 connards qui se regardent siroter du roteux en pinçant les lèvres).

Chatterie Royal résume bien le fiasco qu'est ce "In Time", un joli foutage de gueule limite insultant.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...